Ormes-et-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ormes.
Ormes-et-Ville
vitraux d'Ormes-et-Ville au Met
vitraux d'Ormes-et-Ville au Met
Blason de Ormes-et-Ville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Haroué
Intercommunalité Communauté de communes du Saintois
Maire
Mandat
Gilbert Godfroy
2014-2020
Code postal 54740
Code commune 54411
Démographie
Population
municipale
244 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 19″ N 6° 12′ 13″ E / 48.4886, 6.2036 ()48° 29′ 19″ Nord 6° 12′ 13″ Est / 48.4886, 6.2036 ()  
Altitude Min. 234 m – Max. 333 m
Superficie 12,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ormes-et-Ville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ormes-et-Ville

Ormes-et-Ville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Présence gallo-romaine.
  • En 1067, la cure du village fut donnée par Udon, évêque de Toul à l'Abbaye de Saint Epvre de Toul.
  • En 1179, la ville d'Ormes fut donnée pour apanage à Ferry de Bitche par le Duc Simon, son frère.
  • En 1197, le Duc Ferry Ier fit bâtir le château et entourer le bourg de murailles. En 1229, Alix, sœur de Ferry ayant renoncé à toutes ses prétentions sur le Duché de Lorraine, le Duc Mathieu II lui céda le bourg et le fief d'Ormes avec ses appartenances et dépendances.
  • En 1242, Ferry III , comte de Linange déclare qu'il est homme-lige du Duc Mathieu et en a repris ligement le château d'Ormes et ses dépendances.
  • En 1339, Raoul de Lorraine, met aux mains d'Adhémar de Monteil (évêque de Metz), le fief et la châtellenie d'Ormes, tenus par Ferry, pour le posséder jusqu'à ce que le Comte ait réparé les dommages faits sur les terres de Fribourg.
  • En 1438, Antoine, Comte de Vaudémont, ayant appris que les seigneurs Lorrains voulaient l'attaquer, marcha sur eux et les défits entre Ormes et Charmes et 8 jours après, il vint brûler les faubourgs d'Ormes.
  • La Seigneurie d'Ormes fut portée dans la maison de Linange par une princesse de la maison de Lorraine. Elle passa en 1410 dans la maison d'Haraucourt, dont un membre fonda en 1479 un couvent de religieuses hospitalières de Sainte Elisabeth. L'église fut consacrée par Jean de Sorcy, suffragant de Toul en 1471.[1]

Les communes d'Ormes-et-Ville et de Vaudigny ont été détachées de Les Mesnils-sur-Madon qui a pris le nom de Crantenoy en 1987.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Ormes-et-Ville Blason Blasonnement : d'argent à l'orme de sinople issant d'un mur crénelé, fortifié de deux tours de sable maçonné d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Gilbert Godfroy    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 244 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
393 366 383 411 420 436 454 475 450
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
415 401 393 406 414 430 387 350 328
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
292 251 183 167 168 158 139 139 136
1968 1990 1999 2006 2011 - - - -
105 158 177 234 244 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château d'Ormes, fondé en 1197, fut détruit par le comte de Vaudémont au XVe siècle.
  • Maison des Têtes XVIIe/XVIIIe siècles à Ormes.
  • Au lieu-dit l'Engève, centre équestre du Poncet.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

Vitraux d'Ormes-et-Ville au Met
  • Église d'Ormes-et-Ville : tour romane (ancien donjon du château-fort), portail gothique flamboyant du XVesiècle ; boiseries ; Pietà, tableaux ; la sacristie est l'ancienne chapelle castrale.
  • Église conventuelle du XVIe siècle des « Sœurs grises de St François » ; en ruines.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le département de la Meurthe Statistiques historiques et administratives par Henri Lepage Chez Peiffer libraire éditeur 1843
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :