Orléans-la-Source

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orléans-la-Source
Fontaine, place de l'Indien (centre urbain de La Source)
Fontaine, place de l'Indien (centre urbain de La Source)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité agglomération Orléans Val de Loire
Région Centre
Département Loiret
Ville Orléans
Arrondissement Orléans
Canton Orléans-la-Source
Maire délégué Michel Languerre
Code postal 45100
Démographie
Population 17 527 hab. (2009)
Fonctions urbaines Université, Centre de chèques postaux, Centre Hospitalier Régional, France 3 Centre, CNRS, BRGM, IRD, Stade de la Source
Étapes d’urbanisation 1959 : achat des terrains, années 1960 : urbanisation, 1967 : implantation du CNRS, 1968 : lycée Voltaire, 2004 : plan de rénovation urbaine.
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 59″ N 1° 56′ 04″ E / 47.832919, 1.934538 ()47° 49′ 59″ Nord 1° 56′ 04″ Est / 47.832919, 1.934538 ()  
Altitude Min. 104 m – Max. 110 m
Cours d’eau Loiret, Dhuy, lacs
Site(s) touristique(s) Parc Floral
Transport
Gare Saint-Cyr-en-Val
Tramway Tram A
Bus Réseau TAO 1 7 13 24 Ter-Bus
Ulys 3 5 7 8 99
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orléans-la-Source

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Orléans-la-Source

Géolocalisation sur la carte : Orléans

Voir la carte administrative de Orléans
City locator 14.svg
Orléans-la-Source

Géolocalisation sur la carte : Orléans

Voir la carte topographique de Orléans
City locator 14.svg
Orléans-la-Source

Orléans-la-Source est un quartier de la commune française d'Orléans, fondé dans les années 1960, d'une conception urbanistique proche des villes nouvelles, situé dans le département du Loiret et la région Centre.

Il s'agit du plus vaste quartier d'Orléans, où les lieux les plus importants, l'université et le parc floral, se trouvent entourés de nombreuses habitations et entreprises[1],[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Estampe représentant la source du Loiret dite du « Bouillon » en 1833.

Le quartier tire son nom du « Bouillon », source du Loiret, une résurgence de la Loire, apparu en 1672.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entrée du village gaulois reconstitué en 1967 à l'occasion des Floralies internationales organisées au Parc Floral de la Source

En 1959, la ville d'Orléans achète des terrains à la commune de Saint-Cyr-en-Val afin d'édifier le quartier de La Source. Le ministre de la Reconstruction et de l'Urbanisme Pierre Sudreau annonce la création sur le site de La Source d'un campus décrit par la presse de l'époque comme un futur « Oxford-sur-Loire ».

Un collège scientifique universitaire (CSU) dépendant de la faculté des sciences de Paris s'installe au château de La Source en 1960.

Dès 1962 débute l'édification de la cité nouvelle de La Source selon les plans de l'architecte Louis Arretche.

Deux laboratoires du centre national de la recherche scientifique (CNRS) sont implantés en 1967 sur le site de la Férollerie : le centre de biophysique moléculaire et le centre de sélection et d'élevage des animaux de laboratoire[3]. La même année voit également la création de l'institut universitaire de technologie d'Orléans.

En 1968, le lycée Voltaire est construit et le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) est implanté dans le quartier.

Le centre de recherche sur la physique des hautes températures (laboratoire propre du CNRS) s'installe à La Source en 1969[Note 1]

Les derniers édifices prévus en 1962 sont achevés en 1982.

Le décret n°96-1156 du place le quartier dans la liste des zones urbaines sensibles (ZUS) et des zones de redynamisation urbaine (ZRU)[4].

La ligne A du tramway d'Orléans dessert le quartier en 2000[5].

Le laboratoire CNRS « Immunologie et embryologie moléculaires » s'installe en 2001.

En 2002, Orléans-la-Source est choisi comme site pilote dans le cadre du programme Projet social de territoire[6] ; cette même année voit l'implantation du laboratoire départemental d'analyses Pierre Bonnin sur le site de Châteaubriand[7] ;

Une convention avec l'Agence nationale pour la rénovation urbaine est signé en 2004 en présence de Jean-Louis Borloo alors ministre de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale[8].

En 2005, à la suite de trois nuits de violence, les autorités décident de la mise en place d'un couvre-feu pour les mineurs de moins de 16 ans[9].

Le complexe sportif Minouflet ouvre ses portes en 2006[10].

La maison de l'emploi du bassin d'Orléans s'installe dans les anciens locaux des chèques postaux en 2007[11].

L'institut des sciences de la Terre et de l'environnement (ISTE) ouvre ses portes en 2008. Le , le maire d'Orléans Serge Grouard a accueilli dans le quartier de La Source, le Premier ministre François Fillon ainsi que trois de ses ministres, Christine Boutin, Patrick Devedjian et Fadela Amara, dans le cadre du projet Grand chantier de ville de l'ANRU[12]. En décembre 2008, Serge Moati a retenu le quartier de La Source pour illustrer un documentaire traitant des rénovations urbaines qui réussissent[13].

Le , la ministre du logement, Christine Boutin a visité le quartier de La Source afin de promouvoir sa politique de prêt à taux zéro[14].

Le , l'agression d'un chauffeur de bus provoque une grève de quelques jours organisée par les conducteurs du réseau TAO[15].

Le , le conseil municipal d'Orléans a adopté une résolution concernant le protocole de vente d'un terrain de 2550 m². Sur celui-ci, sera construit la nouvelle mosquée d'Orléans la Source ainsi qu’un centre culturel.

Géographie[modifier | modifier le code]

La source du Loiret

Orléans-la-Source est situé à une dizaine de kilomètres au sud du centre-ville d'Orléans, au sud de la Loire et du quartier orléannais de Saint-Marceau, à une dizaine de kilomètre au nord de La Ferté-Saint-Aubin. Le quartier, limitrophe des communes de Saint-Cyr-en-Val, Ardon et Olivet, est situé à l'intersection des région naturelles de la Sologne et du Val de Loire.

Il est traversé au nord par le Dhuy qui vient de Saint-Cyr-en-Val à l'Est et rejoint le Loiret à l'ouest, sur le territoire de la commune d'Olivet.

La source du Loiret se situe dans l'enceinte du parc floral[16].

On trouve également deux lacs, l'un au centre du campus universitaire, l'autre, au sud entre la route départementale 2020 (ex-route nationale 20), la rue George Sand et l'avenue de Concyr.

Les espaces verts sont nombreux, outre le parc floral, on peut notamment citer l'allée des sapins, le campus et le bois de Concyr.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Station Université-L'Indien

Le quartier est desservi par la ligne A du tramway d'Orléans aux stations Université-Château, Université-Parc Floral, Université-L'Indien, Chèques Postaux, Bolière et Hôpital de la Source, terminus sud de la ligne. Avec la construction du nouvel hôpital, une station supplémentaire sera aménagée entre les stations Bolière et Hôpital de la Source. Elle sera située à proximité de l'avenue de l'hôpital, face au centre de maintenance du tramway.

En outre, le quartier est desservi par les lignes 1, 7, 13, 24 et la navette Ter-Bus du réseau de transports de l'agglomération orléanaise.

Le réseau de transport interurbain par autocar du département du Loiret, nommé Ulys, traverse le quartier avec les lignes 3, 5, 7, 8 et 99.

Les routes départementales 2020, 14 et 326 traversent le territoire d'Orléans-la-Source.

Une sortie de l'autoroute A71 située à Olivet et la gare de Saint-Cyr-en-Val, située sur Saint-Cyr-en-Val permettent un accès au quartier.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le centre de chèques postaux

Le quartier est composé de divers grands ensembles : le parc floral, le stade de la Source, une zone d'activité, les lycées Voltaire et Gauguin, l'université d'Orléans, les centres de recherche scientifique et des habitations.

L'habitat est essentiellement en immeubles avec appartements à loyers modérés, avec parfois des problèmes inhérents aux cités des banlieues[17].

Il existe également plusieurs zones pavillonnaires plus cossues telle que celle de l’Orée de Sologne, extérieure aux zones HLM du quartier.

À ses origines, Orléans-la-Source se voulait une « cité pilote du XXIe siècle ». Son urbanisme est dessiné par l'architecte Louis Arretche de 1962 à 1982[18]. Il utilise notamment le concept de « système modulaire des pavillons » conçu par Jean Prouvé[19] et dessine le plan masse de la ville dont « les princes seront les piétons » en une seule cité pour l’université et les habitants, avec le souci de préserver un maximum d’arbres.

La consultation des documents de travail de Louis Arretche[20] permet de répertorier l'ensemble des réalisations envisagées ou réalisées pour Orléans-la-Source : une église et un centre paroissial avec un clocher détaché (1962, non réalisé), un ensemble de 1 000 logements HLM pour l'office public d'habitations à loyer modéré (OPHLM) d'Orléans sous la forme de 41 barres (1963-1964), un ensemble de 160 logements HLM pour la compagnie immobilière pour le logement des fonctionnaires civils et militaires (CILOF) sous la forme d'un ensemble de six tours (1963-1966), l'hôpital (1964), le pavillon administratif de la SEMEPO, société d'économie mixte destinée à gérer le parc floral (1964-1965), un ensemble de 175 logements sous la forme de trois barres pour la société d'économie mixte de construction de la ville d'Orléans (SEMI) et la SACI (1964-1966), la résidence Les Bois de la source sous la forme d'un ensemble de trois barres regroupant 303 logements autour d'un jardin avec un parking souterrain pour l'union française immobilière (1964-1967), un centre commercial à rez-de-chaussée avec façade modulaire pour la SEMPEL, société d'économie mixte pour l'équipement du Loiret (1964-1968), centre de tri chèques postaux et piscine pour le Ministère des postes et télécommunications (PTT), la direction régionale d'Orléans et l'association sportive des PTT (1964-1973), des groupements de maisons individuelles (notamment 100 maisons pour La Ruche ouvrière en 1965, 220 maisons pour la SEMI de 1966 à 1968 et 410 maisons pour la société civile immobilière L'Orée de Sologne en 1973), une serre-restaurant dans le parc floral pour la SEMEPO (1966-1967), un immeuble de bureaux pour l'INSEE (1968-1972), l'hôtel des postes (1969-1977), le groupe scolaire n°7 regroupant cinq classes maternelles et dix classes primaires en modules accolés (1973-1982), le centre commercial de la Bolière pour la SEMPEL (1974-1976), ensemble de 727 logements sous la forme de barre disposées en carré sur la dalle du centre urbain (1974-1977), quatre immeubles regroupant 87 logements, autour de deux bâtiments de bureaux abritant un commissariat et une annexe de la mairie (1978-1980).

La bibliothèque universitaire des sciences

En 2004, au regard des multiples difficultés rencontrées dans le quartier, Orléans-la-Source est inclus dans un projet de renouvellement urbain signé avec l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Il prévoit la démolition de 589 logements sociaux, la réhabilitation de 1 200 logements sociaux, la reconstruction sur site de 170 logements et hors site de 419 logements sociaux. Par ailleurs, la réalisation d’une médiathèque et du complexe sportif Minouflet, l’aménagement des espaces publics et la restructuration des voiries sont également inclus dans le programme.

Sur le campus, la bibliothèque universitaire des sciences réalisée par les architectes Pascal Rollet et Florence Lipsky a reçu le prix de l'Équerre d'argent en 2005[21].

Administration[modifier | modifier le code]

Le quartier d'Orléans-la-Source constitue à lui seul un canton, il comporte par ailleurs une mairie de proximité.

Démographie[modifier | modifier le code]

  • 1968 : 3 681
  • 1975 : 17 013[22]
  • 1990 : 21 968
  • 1999 : 21 370
  • 2009 : 17 527[23]

Éducation[modifier | modifier le code]

Le lycée Voltaire

Le quartier d'Orléans-la-Source est situé dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription d'Orléans-Sud. Dans ce quartier d'Orléans,on trouve neuf écoles maternelles, sept écoles élémentaires, une école primaire (maternelle & élémentaire), une école spécialisée et élémentaire, deux collèges et deux lycées[24].

  • écoles maternelles : Romain Rolland, Louis Pasteur, Antoine Lavoisier, Denis Diderot, Henri Poincaré, Gaston Galloux, René Guy Cadou, Jolibois, Les guernazelles.
  • écoles élémentaires Romain Rolland, Louis Pasteur, Antoine Lavoisier, Denis Diderot, Henri Poincaré, Gaston Galloux, Les guernazelles.
  • école primaire : Pauline Kergomard.
  • école spécialisée et élémentaire : René Guy Cadou. Cette école accueille des enfants en situation de handicap (troubles spécifiques du langage, déficience auditive et déficience visuelle) originaires du département du Loiret mais aussi d'autres département de l'académie, ainsi que des enfants du périmètre scolaire répartis dans des classes du Cp au Cm2. L'objectif de cette école est l'inclusion des enfants en situation de handicap dans les classes de l'élémentaire.
  • collèges Alain Fournier, Montesquieu
  • lycée Voltaire construit en 1968 par les architectes Andrault et Parat ;
  • lycée professionnel Paul Gauguin ;
  • école d'adaptation scolaire : centre d'hébergement des gens du voyage.

Université et recherche[modifier | modifier le code]

Le château de La Source, siège de la présidence de l'université d'Orléans

L'Université d'Orléans[25] est implantée dans le quartier de La Source ainsi qu'une école d'ingénieurs, Polytech'Orléans.

Site Galilée de Polytech'Orléans

Plusieurs organismes de recherche scientifique possèdent d'importants laboratoires et sites dans le quartier[Note 2], il s'agit de ceux du Centre national de recherche scientifique (CNRS)[26],[27], du centre scientifique et technique national du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)[28] et du centre d'Orléans de l'Institut de recherche pour le développement (IRD, ex-ORSTOM).

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Le quartier comporte plusieurs infrastructures à vocation locale, régionale ou nationale.

Sport[modifier | modifier le code]

  • Stades de La Source et de Concyr ;
  • Complexe sportif Minouflet ;
  • Complexe nautique Matthieu Jarry ;
  • Gymnases Gilbert Cathelinau, La Bolière, André Gresle, Romain Rolland ;
  • Dojo Patrick Jenté et salle de boxe Marcel Cerdan ;
  • Dojo et salle de tennis de table Harismendi et Geymond.

Culture[modifier | modifier le code]

  • Théâtre Gérard Philippe ;
  • Médiathèque[29].

Autre[modifier | modifier le code]

Hélicoptère du Samu au CHRO

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le centre de recherche sur la physique des hautes températures est issu d'un déménagement de Meudon (92). Ce laboratoire est devenu après fusion avec le CERI, un autre laboratoire du CNRS implanté en 1977, le CEMHTI (conditions extrêmes des matériaux ; Haute température et irradiation).
  2. En outre, à proximité de La Source, l'Institut national de recherche agronomique (INRA) dispose d'un important site (centre de recherche d'Orléans) situé dans la commune limitrophe d'Ardon.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Courtois, « Orléans : réveiller La Source », Le Monde,‎ 19 janvier 1989
  2. Régis Guyotat, « Orléans rajeunit son campus. Municipalité et université s'unissent pour donner un cœur au quartier de La Source et réussir la liaison étudiants-population. », Le Monde,‎ 30 juin 1991
  3. Célébration : 40 bougies pour le campus d'Orléans !. Fabrice Demarthon. Le journal du CNRS ; Quarante ans de recherche à Orléans-La Source. Bruno Marnot. La Revue pour l’histoire du CNRS, n°21 - été 2008, mis en ligne le 3 juillet 2010. Consulté le 15 avril 2009.
  4. Atlas des zones urbaines sensibles et zones de redynamisation urbaine. Système d'information géographique du Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique.
  5. Orléans étrenne un tram « vert » et un pont monument. Régis Guyotat. Le Monde du 22 novembre 2000.
  6. Un " projet social de territoire " pour La Source. Le 29 avril 2002.
  7. Le laboratoire départemental inauguré. Le 14 mars 2003.
  8. Présentation de l'ANRU et des projets de rénovation urbaine dans le département du Loiret. Le 4 août 2006.
  9. Première nuit de couvre-feu à Orléans. Le Monde du 9 novembre 2005 (avec AFP).
  10. Le complexe sportif Minouflet inauguré. Le 19 décembre 2006.
  11. La Maison de l'emploi a ouvert ses portes. Le 15 juin 2007.
  12. À La Source, François Fillon rend hommage à la banlieue imaginaire. Mourad Guichard, le 15 décembre 2008 sur LibéOrléans.fr ; François Fillon à La Source
  13. Projection du film de Serge Moati
  14. Christine Boutin préfère «les visages radieux» aux médias sournois. Mourad Guichard, le 5 mars 2009 sur LibéOrléans.fr
  15. Agression d'un chauffeur: la paralysie des transports orléanais prend une tournure politique. Mourad Guichard, le 24 avril 2010 sur LibéOrléans.fr
  16. Site officiel du parc floral de La Source
  17. À Orléans, peu à peu, le « ciment de la République » s'effrite. Régis Guyotat. Le Monde du 8 décembre 2004 ; À Orléans, des violences qui n'étonnent personne. Mourad Guichard. Libération du 18 octobre 2006 ; À Orléans, jets de pierres et feux de poubelles à la Source. Mourad Guichard. Libération du 19 octobre 2006 ; Une voiture de police banalisée prise pour cible à Orléans. Le Monde du 21 octobre 2006 (avec AFP) ; À Orléans, un besoin de voter « pour sortir de la violence ». Régis Guyotat. Le Monde du 29 décembre 2005 ; La révolte de la rue Bossuet. Régis Guyotat. Le Monde du 6 juin 2006.
  18. Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment, n°4600, 24 janvier 1992, pp. 92-94 ; Chapitre I. Ville nouvelle d'Orléans-La Source (1962-1982).
  19. Notice du Parc floral sur la base Mérimée.
  20. Le fonds de documentation Arretche est consultable dans la base ArchiWebture (inventaires d'archives d'architectes en ligne) sur le site de la cité de l'architecture et du patrimoine.
  21. L'Équerre d'argent distingue la bibliothèque du campus d'Orléans. Frédéric Edelmann. Le Monde du 31 janvier 2006 ; Bibliothèque universitaire des sciences du campus d’Orléans-La-Source sur le site de la DDE du Loiret. Le 15 septembre 2006.
  22. La bibliothèque succursale d'Orléans-La Source. François Hauchecorne & Bernard Locher. BBF, 1977, n° 9, p. 563-576. Données démographie 1968 et 1975. Consulté le 14 avril 2009.
  23. INSEE recensement 2009 : population du canton d'Orléans-la-Source
  24. Éducation : liste des écoles de la circonscription d'Orléans-Sud, liste des collèges du Loiret et liste des lycées du Loiret sur le site de l'inspection académique d'Orléans.
  25. Portail de l'université d'Orléans
  26. Site du campus CNRS d'Orléans
  27. Les laboratoires du CNRS implantés à la Source sont les suivants : l'institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT, centre Augustin-Thierry), le centre de biophysique moléculaire (CBM), le centre de transgenèse et archivage animaux modèles (TAAM), le groupe de recherche sur l'énergetique des milieux ionisés (GREMI), le laboratoire travaillant sur les conditions extrêmes (haute température et irradiation) et les matériaux (CEMHTI), le centre de recherche de la matière divisée (CRMD), l'institut de combustion aérothermique réactivité et environnement (ICARE), le laboratoire d'immunologie et d'embryologie moléculaire (IEM), l'institut de recherche sur les archéomatériaux (IRAMAT), l'institut des sciences de la terre d'Orléans (ISTO), le Laboratoire de Physique et Chimie de l'Environnement et de l'Espace (LPC2E), l'observatoire des sciences de l'univers en région Centre (OSUC)
  28. Site officiel du BRGM
  29. La médiathèque d'Orléans-la-Source inaugurée. Le 6 avril 2009 sur le site du conseil général du Loiret.
  30. Le cyclotron du CNRS d'Orléans

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Orléans-La Source », L'Architecture d'aujourd'hui, no 118,‎ février 1965

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]