Organisation professionnelle des transports d'Île-de-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Optile
Image illustrative de l'article Organisation professionnelle des transports d'Île-de-France
Bus de la ligne 95-19 du réseau de bus Busval d'Oise,
à Franconville (Val-d'Oise).

Situation Île-de-France
Type Autobus
Lignes 1 079[1]
Arrêts 25 704[1]
Véhicules 4 181 autobus et autocars en service quotidiennement[1]
Fréquentation Plus d’un million de voyages chaque jour[1]
284 millions de voyages par an[1]
Exploitant Keolis, Transdev
Réseaux connexes (BUS) Autobus d'Île-de-France
RATP (xx, 1xx, 2xx, 3xx, 4xx, 5xx, spéciales…)
Noctilien (Nxx, N1xx)
Optile (Liste des réseaux)
T Zen (ligne 1)
Mobilien (lignes 100…)
SNCF Transilien
En projet (lignes T Zen 2 à 5, TCSP Barreau de Gonesse, TCSP Massy - Saint-Quentin, etc.)

L’organisation professionnelle des transports d’Île-de-France (Optile) est l’organisation française regroupant l’ensemble des entreprises privées exploitant des lignes d'autobus régulières inscrites au plan de transport de la région d’Île-de-France (plus de 90 entreprises en 2005).

Alors que les lignes de bus de la RATP irriguent Paris et sa petite couronne, celles des entreprises de l’Optile desservent essentiellement la moyenne et la grande couronne.

Supervisé par le syndicat des transports d’Île-de-France (STIF), l’Optile a reçu du syndicat, en 2008, un budget de 491 millions d’euros[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’'organisation professionnelle des transports d’Île-de-France est née en octobre 2000, de la fusion de l’Association professionnelle des transporteurs routiers (APTR) et de l’Association pour le développement et l’amélioration des transports en région Île-de-France (ADATRIF).

Optile[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Logotype de l’organisation.

L’Optile est une association loi de 1901 qui a pour mission d’assurer la gestion administrative des lignes régulières exploitées par ses adhérents, c’est-à-dire par l’ensemble des entreprises privées de transport de voyageurs en Île-de-France. Les adhérents comptent des entreprises familiales historiquement implantées en Île-de-France et de grands groupes de dimension internationale comme Keolis ou Transdev. Ils exercent du transport public sur des lignes régulières urbaines et interurbaines, du transport scolaire et/ou du transport spécialisé, c’est-à-dire du transport privé, comme du transport à la demande, du transport de personnes à mobilité réduite ou du transport occasionnel[3].

Elle représente aussi ses entreprises adhérentes auprès des organismes chargés de transports dans la région, de coordonner ses actions, améliorer ses réseaux. L’Optile est l’intermédiaire entre les transporteurs et l’autorité organisatrice des transports franciliens, le STIF car elle gère l’ensemble des recettes réalisées sur les lignes régulières faisant l’objet d’une compensation avec le STIF, soit plus de 460 millions d’euros par an. Cette association doit permettre d’assurer la pérennité économique de ses entreprises adhérentes[3].

Les réseaux[modifier | modifier le code]

Les membres de l’Optile exploitent des réseaux de bus et de cars de la région d’Île-de-France, permettant ainsi la desserte de 1 100 des 1 300 communes de la région, concentrant plus de 5 millions d’habitants. Pour ce faire, sont utilisés quotidiennement plus de 4 000 bus et cars, soit près de la moitié du parc de bus et de cars régional pour l’exploitation d’un millier de lignes régulières, desservant près de 26 000 points d’arrêt, pour un chiffre d’affaires de 682 millions d’euros[3]. Ainsi, Optile, ce sont les réseaux de bus et de cars, départementaux, urbains ou de structures intercommunales, de « bassins » et spécialisés, suivant :

Réseaux départementaux[modifier | modifier le code]

Sur le réseau Seine et Marne express.
Sur le réseau des Transports rapides automobiles.
Sur le réseau Apolo7.
Sur le réseau Sénart Bus.

Réseaux urbains ou de structures intercommunales[modifier | modifier le code]

Réseaux des collectivités
Réseaux des transporteurs

Réseaux de « bassins »[modifier | modifier le code]

Sur le réseau Comète.
Sur le réseau des Cars Rose.
Sur le réseau CIF.
Livrée STIF sur le réseau Sénart
Réseaux des collectivités 
Réseaux des transporteurs

Réseaux spécialisés[modifier | modifier le code]

Réseaux des transporteurs

Exploitation[modifier | modifier le code]

Exploitants[modifier | modifier le code]

Bien qu’il y ait des entreprises familiales indépendantes dans l’association, la majorité des autres entreprises appartiennent à l’un des deux groupes de dimension internationale : Keolis ou Transdev.

Keolis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Keolis.

Le groupe Keolis est un opérateur européen privé du transport public de voyageurs, né de la fusion des groupes Cariane et Via GTI en 2001 qui figure parmi les acteurs les plus importants du transport public en Europe.

En Île-de-France, Keolis, à travers ses filiales, exploite, entre autres, les réseaux : Athis Cars avec Bord de l’Eau et Orgebus, Courriers de l’Île-de-France (Filéo, Goëlys, Grand R…), Garelle & Navarre avec Seine Sénart Bus, Phébus, TICE.

Transdev[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transdev.

Le groupe Transdev est présent dans 28 pays, sur les cinq continents, et constitue le référent mondial du transport collectif de voyageurs. Il résulte de la fusion de Veolia Transport, marque transport du groupe Veolia Environnement, opérateur privé de transport public local, présent dans plus d’une trentaine d’agglomérations de plus d’un million d’habitants, et de Transdev, quatrième opérateur privé de transport public local, leader mondial de l’exploitation de tramway et leader européen du transport à la demande.

En Île-de-France, Transdev, à travers ses filiales, exploite, entre autres, les réseaux : AMV avec PEP’S, Cars d’Orsay, SITUS avec CEAT, Espaces avec Marne et Morin, N’4 Mobilités avec Sit’bus, Sénart Bus, SETRA, STBC avec Apolo7, STRAV, TRA, TransVO, TVF, Val d’Europe Airports.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Le service d'une partie des lignes du réseau Optile est assuré par des autobus. Ainsi, en Île-de-France, on peut trouver, par exemple, des Heuliez (GX 117, GX 127, GX 327, GX 427…), des Irisbus Agora (Agora Standard, Agora L(ong), Agora Line), Citelis (Citelis 12, Citelis Line, Citelis 18) ou des Mercedes-Benz Citaro (Citaro 12m, Citaro G…).

Sur les autres lignes, le service est assuré par des autocars. Ainsi, en Île-de-France, on peut trouver, par exemple, des Irisbus Crossway ; Setra

Tarification et financement[modifier | modifier le code]

Validateur Navigo présent dans les bus et tramway.

La tarification des lignes est identique sur tous les réseaux de bus franciliens et accessibles avec les mêmes abonnements. Un Ticket t+ permet un trajet simple quelle que soit la distance, avec une ou plusieurs correspondances possibles avec les autres lignes de bus et de tramway pendant une durée maximale de h 30 entre la première et dernière validation. En revanche, un ticket validé dans un bus ne permet pas d’emprunter le métro ni le RER.

Le financement du fonctionnement des lignes (entretien, matériel et charges de personnel) est assuré par l’exploitant. Cependant, les tarifs des billets et abonnements dont le montant est limité par décision politique ne couvrent pas les frais réels de transport. Le manque à gagner est compensé par l’autorité organisatrice, le STIF, présidé depuis 2005 par le président du conseil régional d’Île-de-France et composé d’élus locaux. Il définit les conditions générales d’exploitation ainsi que la durée et la fréquence des services. L’équilibre financier du fonctionnement est assuré par une dotation globale annuelle aux transporteurs de la région grâce au versement transport payé par les entreprises et aux contributions des collectivités publiques[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]