Organisation de développement énergétique coréenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

40° 05′ 43″ N 128° 20′ 29″ E / 40.09528, 128.34139

Répartition des fonds de la KEDO.

L'Organisation de développement énergétique coréenne, dont l'acronyme anglais est KEDO, est un consortium international, dont la création avait été décidée en 1994 dans le cadre d'un accord fondé sur l'abandon de tout programme nucléaire militaire nord-coréen en contrepartie d'un accès élargi et pacifique de la Corée du Nord à l'énergie atomique (voir l'article détaillé Armes nucléaires en Corée du Nord).

Historique[modifier | modifier le code]

Financement de la KEDO par États (1995 à 2005)
État millions de dollars US
Corée du Sud 1 455
Japon 498
États-Unis 405
Communauté européenne
de l'énergie atomique
122
Australie 14
Autres 18

L'organisme, formellement fondé le 15 mars 1995 et le projet, et associant les deux Corées, les États-Unis, le Japon et l'Union européenne ainsi que d'autres nations, prévoyait la construction de deux réacteurs nucléaires à eau légère en Corée du Nord. Chaque réacteur avait une capacité de 1000 mégawatts. Il s'agissait de remplacer le réacteur nord-coréen de type Magnox.

Les travaux de construction avaient démarré en 1998 à Sinpo en Hamgyong du Sud en collaboration avec le laboratoire de recherche nucléaire de Yongbyon, la centrale devant à l'origine être opérationnelle en 2003.

En 2002, Washington a gelé sa participation à cet accord, en accusant Pyongyang de poursuivre un programme clandestin d'enrichissement d'uranium. En novembre 2003, KEDO avait décidé de geler le projet. Dans ce contexte, les membres du conseil d'administration du consortium ont décidé, le 31 mai 2006, de mettre fin à la construction des deux réacteurs, malgré le coût des premiers travaux estimés à 1,5 milliard de dollars. La Corée du Nord a refusé de rendre 45 millions de dollars de matériel sur le chantier[1].

Le 9 octobre 2006 a lieu le premier essai nucléaire nord-coréen.

Des réunions sous son égide ont tout de même lieu en 2007 en vue d'améliorer les relations entre la Corée du Nord et les États-Unis.

Pays participants[modifier | modifier le code]

  • 1994 : États-Unis, Corée du Sud, Japon
  • 1995 : Australie, Canada, Nouvelle-Zélande
  • 1996 : Argentine, Chili, Indonésie
  • 1997 : Union Européenne, Pologne
  • 1999 : République Tchèque
  • 2000 : Ouzbékistan

Directeurs exécutifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Myoung-Gun Lee, « Reactor Project Ends in Failure », The Dong-A ilbo,‎ 9 janvier 2006 (consulté le 13 juillet 2011)
  2. (en) « Stephen W. Bosworth - Biographic Sketch », Institute for Corean-American Studies (consulté le 14 avril 2010)
  3. (en) « 2006 Asian Studies Conference », Case Western Reserve University,‎ 25 March 2006 (consulté le 14 avril 2010)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]