Ordre militaire de Saint-Henri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ordre militaire de Saint-Henri
(de) Militär-St. Heinrichs-Orden
Image illustrative de l'article Ordre militaire de Saint-Henri
Croix de chevalier de l'Ordre militaire de Saint-Henri

Type Ordre militaire
Décerné pour Mérite militaire
Statut Plus décernée
Description Croix maltaise en émail blanc avec des couronnes en émail vert entre les branches
Ruban bleu clair avec rayures jaunes
Chiffres
Date de création 1736
Dernière attribution 1918
Importance
Précédent Ordre d'Albert (de) Ordre de la Couronne de Saxe Suivant

Image illustrative de l'article Ordre militaire de Saint-Henri
Ruban de l'ordre.
Etoile et Grand-croix de l'Ordre militaire de Saint-Henri

L’ordre militaire de Saint-Henri (en allemand : Militär-St. Heinrichs-Orden) est une un ordre militaire du Royaume de Saxe, créé le 7 octobre 1736 par Auguste III de Saxe, roi de Pologne et électeur de Saxe. C'est le plus ancien ordre militaire de l'Empire allemand.

La devise de l'ordre était (la) « Virtuti in bello ».

Historique[modifier | modifier le code]

L'ordre subit de nombreuses transformations au cours des XIXe siècle et XXe siècle, et se dissout avec la chute de la monarchie saxonne, avec la défaite de l'Empire au cours de la Première Guerre mondiale.

Classification[modifier | modifier le code]

L'Ordre était divisé en six classes :

    • Grand-croix (Großkreuz)
    • Commandeur 1re classe (Kommandeurkreuz I. Klasse)
    • Commandeur 2e classe (Kommandeurkreuz II. Klasse)
    • Chevalier (Ritterkreuz)
    • Médaille d'or
    • Médaille d'argent

En général, le rang social du récipiendaire déterminait le grade qu'il allait recevoir : la Grand-croix revenait aux monarques et aux officiers suprêmes, la Croix de Commandeur 1re classe aux généraux, la Croix de Commandeur 2e classe aux officiers supérieurs (avec quelques exceptions), et la Croix de Chevalier aux officiers.

Description[modifier | modifier le code]

Le badge était une croix maltaise en or, émaillée de blanc. Autour du médaillon central en or, un anneau en émail bleu contient les mots FRIDR•AUG•D•G•REX•SAX•INSTAURAVIT, et au verso, la devise de l'ordre VIRTUTI IN BELLO (« Bravoure au combat »). Au centre du médaillon en émail jaune avec le portrait de Saint-Henri, le dernier empereur saxon du Saint-Empire romain germanique.

Entre les branches de la croix, des couronnes en émail vert étaient intégrées, symbole de Saxe. Le badge était suspendu au ruban par une couronne royale en or.

La Grand-croix était plus grande que la Croix de Commandeur, et celle-ci était plus grande que la Croix de Chevalier.

L'Étoile de l'ordre, décernée avec la Grand-croix et la Croix de Commandeur 1re classe, était une étoile octogonale en argent avec une large version du médaillon avec Sait-Henri, sans le texte autour, celui-ci étant gravé au dos.

Le ruban de l'Ordre était bleu clair avec des rayures jaunes de chaque côté.

La Croix de Chevalier était portée sur la poitrine, à gauche. Les Croix de Commandeur étaient portées autour du cou, avec l'Étoile de Commandeur 1re classe sur la poitrine. la Grand-croix était portée avec une écharpe de l'épaule à la hanche, avec le badge au niveau de la hanche. L'Étoile de la Grand-croix était portée comme celle de Commandeur 1re classe

Récipiendaires[modifier | modifier le code]

Sources 

Grand'croix[modifier | modifier le code]

Commandeurs[modifier | modifier le code]

Chevaliers[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, 12 Grand-croix furent décernées, 14 Croix de Commandeur 1re classe, 153 Croix de Commandeur 2e classe et 2 728 Croix de Chevaliers.

Roi Frédéric-Auguste III, portant une version spéciale de la Grand-croix en collier, l'étoile de l'Ordre à la poitrine et la Croix de Chevalier sur ses barrettes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Mazas, Théodore Anne, Histoire de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis : depuis son institution en 1693 jusqu'en 1830, vol. 2, Firmin Didot frères, fils et Cie,‎ 1860, 2e éd. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]