Ordre mevlevi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Sema, cérémonie Mevlevi *
UNESCO logo.svg Patrimoine culturel immatériel
de l’humanité
Un derviche tourneur en mouvement
Un derviche tourneur en mouvement
Pays * Drapeau de la Turquie Turquie
Région * Europe et Amérique du Nord
Liste Liste représentative
Fiche 00100
Année d’inscription 2008
Année de proclamation 2005
* Descriptif officiel UNESCO

L'ordre Mevlevi est un ordre musulman soufi fondé à Konya au XIIIe siècle par Jalal al-Din Rumi, dont les membres sont souvent appelés « derviches tourneurs » en référence à leur danse appelée samā‘ (ou sema), dont les mouvements rappellent ceux d’une toupie.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ordre des Mevlevis, souvent appelés « Derviches tourneurs » en Europe, a été fondé par Sultan Veled, le fils de Djelal-Eddine Roumi, pour propager l'enseignement de son père.

Parler d'une voie soufie demande quelques précautions de vocabulaire : les mots « confrérie » ou « ordre » proviennent du vocabulaire employé pour les ordre de moines chrétiens, or il n'y a pas de moines dans l'Islam, pas plus qu'il n'y a de célibat institutionnalisé. Si l'on considère l'aspect d'une organisation qui s'est développée avec le temps, avec ses lieux d'implantation et ses rituels ou ses particularités concrètes, il redevient possible d'employer des termes qui décrivent des réalités matérielles de ce type, mais il faut veiller à ne pas perdre de vue que, jusqu'aux détails vestimentaires les plus infimes, les aspects concrets sont la traduction de notions directement inspirées de l'enseignement des maîtres soufis. Cet enseignement étant clairement différent de celui des moines chrétiens, ces précautions linguistiques sont nécessaires.

Le terme originel (en arabe) est tariqa, ce qui signifie exactement « voie » ou « chemin ». La voie Mevlevi situe les arts traditionnels comme des moyens au travers desquels les disciples progresseront afin de « raffiner » leur goût et leur personne, ce qui n'est pas une démarche courante, y compris au sein des autres voies soufies. Cette voie Mevlevi était bien établie dans l’Empire ottoman (1299-1920).

Si de nombreux membres de l’ordre servaient des positions officielles dans le califat, il est à noter qu'ils devaient choisir entre celles-ci et d'éventuelles responsabilités d'enseignement des disciples au sein des Mevlevi Hane, les lieux de réunions des derviches Mevlevis. On ne pouvait pas être à la fois haut fonctionnaire auprès du Sultan, et avoir un rôle important au sein des tekke Mevlevis.

C’est durant cette période que l’ordre produisit plusieurs poètes et musiciens renommés, comme Sheikh Ghalib, qui est considéré comme le deuxième Pir ou Sheyh de référence après Roumi, Ismail Ankaravi ou Abdullah Sari. La musique instrumentale et les chants jouent un rôle important dans le samâ', qui vient de l'arabe « sama » et signifie « l'écoute ». Des compositeurs comme Dede Efendi ont composé des ayin (les compositions de musique cérémoniale), qui sont encore jouées de nos jours lors des cérémonies.

L’ordre s’est étendu aux Balkans, en Syrie et en Égypte (où ils sont connus comme Mawlawi).

L’ordre des Mevlevi partage des similitudes avec d’autres ordres soufis comme les Qadiri, (fondé en 1165), les Rifa’i (fondé en 1182), mais se distingue d'autres ordres moins liés à l'orthodoxie comme les Bektashis ou les Kalendris.

L’ordre fut déclaré hors-la-loi en Turquie lors de la révolution (1925) et le Mevlevi Hane de Konya, où se trouve le tombeau de Djelal-Eddine Roumi, fut converti en musée par Kemal Atatürk. En 1950, le gouvernement turc légalisa l’ordre à nouveau et permit aux Derviches tourneurs de faire une représentation annuelle le 19 décembre, date anniversaire de la mort de Jalâl ud Dîn Rûmî. C'est ainsi que l’ordre existe toujours en Turquie, officiellement conduit aujourd’hui par le 20e arrière-petit-fils (22e génération) de Rûmî, Faruk Hemdem Celebi.

Par la suite, il y eut de nombreuses représentations des cérémonies de Derviches tourneurs, depuis les premières tournées qui eurent lieu à Londres ou en 1972 aux États-Unis. Il y eut également une représentation pour le pape Jean-Paul II. En avril 2007, ils se produisirent aux États-Unis à guichets fermés dans les plus grandes villes du pays.

Une des particularité de l'organisation de cette voie Mevlevi est que traditionnellement il y avait non pas un, mais deux shayh, maîtres spirituels, dans les Mevlevi Hane : un qui s'occupait ouvertement de l'organisation du lieu et un autre qui éveillait les cœurs des disciples. Par adab (convenance et savoir-vivre traditionnel), la désignation du shayh visible était entérinée par le Celebi de Konya, c'est-à-dire le descendant le plus âgé de la famille de Djelal-Eddine Roumi résidant à Konya ; mais comme dans les autres tariqas soufis, la désignation du shayh capable d'éveiller les disciples se faisait par le précédent shayh capable de le faire.

Samâ'[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Samâ'.

Le danseur tourne d’abord lentement puis très rapidement, jusqu’à ce qu'il atteigne une forme de transe, durant laquelle il déploie les bras, la paume de la main droite dirigée vers le ciel dans le but de recueillir la grâce d’Allah, celle de la main gauche dirigée vers la terre pour l’y répandre. L’origine de cette manifestation reste inconnue.

Cependant, l'islam orthodoxe réfute catégoriquement ce type d'agissements, assimilés à des innovations religieuses.

Silsila de l'Ordre Mevlevi[modifier | modifier le code]

L'Ordre Mevlevi est caractérisé par une silsila ou chaîne initiatique de transmission spirituelle qui remonte jusqu'au prophète et à son cousin et gendre Ali. Au cours du temps, ces maîtres prestigieux ont revivifié le secret spirituel (sirr) afin que la silsila reste vivace et actuelle. Les deux premiers personnages de la chaine initiatique Mevlevi sont Ahmed Mahmud Muhammed Mustafa (en turc) ou Mahomet[1] et Ali ibn Abi Talib[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alberto Fabio Ambrosio, Ève Feuillebois, Thierry Zarcone, Les Derviches tourneurs : Doctrine, histoire et pratiques, Paris, éd. Cerf, coll. « Patrimoines. Islam »,‎ 16 novembre 2006, 212 p. (ISBN 2204081396)
  • (en) Esthétique et symbolique