Ordre hermétique de l'Aube dorée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Golden Dawn (film)
Hermetic Order of the Golden Dawn in the Outer
Autres appellations Ordre hermétique de l'Aube dorée,
Golden dawn
Création 1888
Dissolution 1905

L’Hermetic Order of the Golden Dawn in the Outer (Ordre Hermétique de l'Aube Dorée à l'extérieur) était une société secrète anglaise qui fut fondée à Londres par William Wynn Westcott en 1888, avant de se disloquer, de 1900 à 1905, à la suite de conflits internes. S’inscrivant dans la mouvance occultiste propre au dernier tiers du XIXe siècle, la « Golden Dawn » (c'est ainsi qu'est communément désigné l'Ordre) se présentait comme une école consacrée à l’étude des sciences occultes (à leur systématisation, leur organisation) et à leur enseignement.

Origines de la Golden Dawn[modifier | modifier le code]

On trouve trois hommes à l’origine de la Golden Dawn, par ailleurs membres d’un ordre maçonnique : la Societas Rosicruciana in Anglia.

Aux origines de l’Ordre[modifier | modifier le code]

L’anecdote entourant la fondation de la Golden Dawn est une histoire contestée. Tout aurait commencé en 1884, lorsque le Dr W.W. Westcott, membre haut placé de la S.R.I.A., soumit à ses « confrères » W.R. Woodman et S.L. Mathers des manuscrits codés. À l'en croire, c'est le révérend A.F.A. Woodford (en), pasteur anglican, qui, ayant trouvé ces obscurs textes dans les rayonnages poussiéreux d'une petite librairie de Farrington Street à Londres, lui aurait confié le soin de les déchiffrer.

William Wynn Wescott décode lesdits manuscrits et y découvre notamment les coordonnées d’une certaine Anna Sprengel[1], domiciliée en Allemagne et soi-disant membre d'une mystérieuse société secrète rosicrucienne. Westcott se serait alors résolu à engager, le 12 octobre 1887, une correspondance avec celle-ci.

Après cinq mois de prétendue liaison épistolaire, Westcott aurait reçu, par l'intermédiaire de Sprengel, une charte officielle de la dite société, ayant pour nom Temple Licht, Liebe und Leben - Lumière, Amour et Vie, Woodman et Mathers et leur donnant la permission de fonder en Grande-Bretagne une fraternité rattachée à celle d’Allemagne[2]. Elle devait avoir pour nom « Aube dorée de l'extérieur » (Golden Dawn in the Outer).

Westcott demande l'aide de son compère Samuel Liddel Mathers afin de mettre en forme les ébauches des Rituels d'initiations de l'Ordre, ce qu'il fit remarquablement. Dès lors, Mathers s'occupera des enseignements Magique de l'Ordre. Westcott de la Kabbale et du système Rosicrucien et le Révérend Ayton de la branche Alchimique (qui ne verra jamais le jour).

Fondation et ramifications[modifier | modifier le code]

En mars 1888, à Londres, fut inaugurée la loge « Isis-Urania », première loge « officielle » de l'Ordre hermétique de l'Aube dorée. L’événement fut publiquement annoncé dans une revue théosophique en 1889. L’« Isis-Urania » était également dénommée « Temple n°3 » du fait de la pseudo-existence de deux premières loges allemandes — n’étant pas, elles, « dans le monde extérieur » — (la première, le « temple-mère », étant celle dont était censée faire partie l’énigmatique Anna Sprengel, et la seconde étant désignée sous le nom de « loge Hermanubis » dans les lettres qu'elle aurait adressées à Westcott).

De 1889 à 1905, la Golden Dawn implanta des loges secondaires à Bristol (la loge « Hermès », n°4), à Bradford (« Horus », n°5), à Édimbourg (« Amon-Râ », n°6), à Paris (« Ahathöor », n°7), et enfin à Weston-super-Mare (« Osiris », n°8).

Au sein de la Golden Dawn[modifier | modifier le code]

Hiérarchie[modifier | modifier le code]

Le parcours initiatique au sein de la Golden Dawn, dénommé « Cursus studiorum magicorum », était subdivisé en treize niveaux :

  • Premier Ordre : l’Ordre de l’Aube Dorée ou « Ordre extérieur ». Ce premier ordre, dont le nom sert aussi à désigner la fraternité dans son ensemble, visait à la formation théorique des initiés :
    • un grade d'introduction, Néophyte 0=0
    • Zelator 1=10
    • Theoricus 2=9
    • Practicus 3=8
    • Philosophus 4=7
  • Seigneur du Portail : second grade d'introduction au second ordre.
  • Second Ordre : l’Ordre de la Rose Rouge et de la Croix d’Or (Ordo Rosae Rubeae et Aureae Crucis) ou « Ordre intérieur » : Ce deuxième ordre octroyait le statut d’« Adepte » et enseignait les techniques et rituels magiques pratique jusqu'alors uniquement étudiée intellectuellement dans le premier Ordre. Ce troisième et dernier ordre, repris ensuite par Aleister Crowley[3], comprenait les grades :
    • Adeptus Minor 5=6, grade sous divisé en Zelator Adeptus Minor (Z.A.M.), Théoricus Adeptus Minor (T.A.M.), Practicus Adeptus Minor (P.A.M.)
    • Adeptus Major 6=5
    • Adeptus Exemptus 7=4
  • Troisième Ordre : l’Ordre de l’étoile argentée (Ordo Astrum Argentum ou Argenteum Astrum) :
    • Magister Templi 8=3
    • Magus 9=2
    • Ipsissimus 10=1

Cette structure est inspirée de l'Arbre des Sephiroth (élément majeur de la Kabbale).

Membres[modifier | modifier le code]

Parmi les membres de la Golden Dawn, on retrouvait Arthur Edward Waite, le poète William Butler Yeats, l'artiste Pamela Colman-Smith, l’actrice Florence Farr, le peintre Isabelle de Steiger, Algernon Blackwood, Allan Bennet, Aleister Crowley, John Brodie-Innes, Annie Horniman (fondatrice avec Yeats de la Société Théâtrale Nationale d'Irlande, puis de l'Abbey Theatre), les écrivains Arthur Machen dans la branche de A.E. Waite, et Enoch Soames, Henry Rider Haggard, Sax Rohmer, John Todhunter, etc. Il est possible, mais non prouvé, que l'écrivain irlandais Bram Stoker ait fait partie de l'ordre.

Grands Maîtres de l'Ordre hermétique de l'Aube dorée
de 1888 à 1891 William W. Westcott, Samuel L. McGregor Mathers, William R. Woodman
de 1891 à 1900 William W. Westcott, Samuel L. McGregor Mathers
de 1900 à 1901 William W. Westcott
de 1901 à 1903 William B. Yeats
de 1903 à 1905 Arthur E. Waite (éminence grise : William A. Ayton ?)

Enseignements[modifier | modifier le code]

L'enseignement de la Golden Dawn reposait principalement sur l'étude de la Kabbale, des arts Divinatoires :

  • Astrologie
  • Tarot divinatoire
  • Géomancie
  • l'Alchimie et l'Hermétisme
  • la Talismanie
  • le Voyage Astral, (nommée projection Astrale par la Vision de l'esprit)
  • l'étude des textes traditionnels (exégèse guématrique)
  • la Gnose
  • les religions monothéistes autant que le paganisme,
  • la Haute-Magie et tout ce que cela comprend de disciplines, afin que l'initié explore les tréfonds de son être intérieur, de sa nature et de la Nature qui l'environne
  • l'apprentissage de la Magie énochienne.

L’étude de la Kabbale (également nommée Qabale lorsqu'elle est étudiée conjointement à l'hermétisme), commençait dans l‘« Ordre Extérieur » et était approfondie dans l’« Ordre Intérieur » ; l’énochien, quant à lui, était uniquement enseigné aux « Adeptes » (membres de l’« Ordre Intérieur »). En dehors de ces deux fondements, les initiés s'adonnaient également à des disciplines occultes « secondaires » telles que la tarologie, la géomancie, l’alchimie, etc.

La fin de la Golden Dawn[modifier | modifier le code]

Douze années après sa fondation, la Golden Dawn partit en morceaux. Cet éclatement est l'aboutissement d’un vaste écheveau d’évènements qui, somme toute, découlerait fondamentalement de la lutte de pouvoir entre Mathers – basé à « Ahathöor » depuis 1890 – et Westcott – basé à « Isis-Urania » – qui durent se partager l’administration de la Golden Dawn à la suite du décès de Woodman en 1891.

Les deux hommes entrèrent en conflit au sujet des Rites de l’Ordre qu’ils devaient ensemble mettre au point. Mathers prétendit alors être en relation avec les « chefs secrets » censés diriger la Golden Dawn en coulisses, et s’en servit comme prétexte pour témoigner de penchants despotiques progressivement croissants, qui ne furent d'ailleurs pas au goût de tous les Adeptes… Les tensions occasionnées parmi les membres, en cette dernière décennie du XIXe siècle, débouchèrent sur le « schisme de 1900 ».

Le « schisme de 1900 »[modifier | modifier le code]

Ce rejet massif de l’autorité de S.L. Mathers fut la réaction de l'« Isis-Urania » lorsqu'il tenta de soumettre l'Ordre à son contrôle total. La méfiance des Adeptes de Londres s’intensifia à la suite de l'expulsion de Annie Horniman, qui fut la bienfaitrice, et la bourse du couple Mathers. Malgré ce que disent certains auteurs ne connaissant pas l'historique de l'Ordre, ce ne fut pas à la suite de l'initiation d'Aleister Crowley (à l'époque encore jeune initié que rien ne distinguait des autres[3]) par Mathers au temple parisien « Ahathöor ». Aussi, après que Mathers eut envoyé son nouvel initié pour tenter de faire plier les membres du temple londonien et d'imposer à tous sa nouvelle vision autocratique de l'Ordre, ainsi que les Rituels et enseignements que lui seul avait écrits, ce dernier préféra faire scission, ne reconnaissant que l'autorité de Westcott et Florence Farr et entraînant en même temps dans son camp les autres Temples de Grande-Bretagne.

S.L. Mathers annonça alors, dans une lettre de 1900 adressée à Florence Farr (dirigeante de la loge Isis-Urania depuis 1897), que les écrits codés au fondement de la Golden Dawn n'étaient que des faux fabriqués de toutes pièces par Westcott. Ce dernier, à la fois excédé et harcelé par la bureaucratie Victorienne, argua être accaparé par ses nouvelles responsabilités à la S.R.I.A. (il y était à l’époque promu à un poste important) pour se retirer de ses fonctions de Chef Adepte, bien qu'il demeurât dans l'ombre.

Ce ne fut pas la première fois que Mathers souhaita éliminer Westcott de l'Ordre pour devenir le seul chef, ce ne fut qu'une tentative de plus.

À la même époque, Mathers fut éclaboussé par le scandale de l'« affaire Horos », un couple d'escrocs que Mathers avait pris pour des Adeptes, croyant même que cette femme était un Avatar de Madame Blavatsky, mais ces derniers se serviront des rituels de l'Ordre pour escroquer et même abuser sexuellement de jeunes femmes. Les rituels de l'Ordre furent publiés dans la presse et les temples britanniques changèrent le nom de l'Ordre en « Hermetic Society of the Morgen Rothe ». Les trois chefs sont alors, Brodie-Innes, J. Felkin et P. Bullock.

Après le retrait apparent de Westcott en 1901, Yeats fut élu pour le remplacer à la tête du Temple Isis Urania. Mais l'institution n'était pas à l'abri de nouveaux bouleversements… En effet, d'autres divergences apparurent dans les temps qui suivirent —— toutes reliées à celle d'ordre doctrinal qui opposa, de 1903 à 1905, Yeats et son successeur Waite au sujet d'une réforme entreprise par ce dernier : l'Ordre devait-il rester « magique » ? Oui pour la majorité, les autres préférant l'aspect « mystique », donnant lieu à un nouveau « schisme ».

La réforme de Arthur E. Waite[modifier | modifier le code]

En 1903, Arthur Edward Waite succéda à Yeats comme Grand Maître. Le premier acte de celui-ci en vertu de son nouveau statut fut une réforme des principes fondamentaux de l'Ordre : il proclama la primauté de l'accomplissement spirituel (accent mis sur la connaissance ésotérique et la quête de la Vérité) sur l'accomplissement matériel (que présuppose l'occultisme en général, et la magie en particulier). Voyant dans cet acte de négation du fondement même de la Golden Dawn (à savoir la pratique des sciences occultes) l'annihilation pure et simple de l'Ordre, l'ancien Grand Maître Yeats s'opposa vivement à Waite. Deux camps se formèrent alors : l'un regroupant les partisans de la réforme et représenté par William Alexander Ayton, (relativement peureux en matière d'opérativité), bras droit de Waite, et l'autre rassemblant, aux côtés de l'ancien Grand Maître Yeats, les conservateurs.

La querelle dura deux ans, après quoi le camp Yeats[4] finit par aller fonder son propre ordre (La Stella Matutina, l'« Étoile du Matin ») — transposition parfaite de la Golden Dawn avant la réforme de Waite, faisant sécession de ce qui prit alors le nom de Holy Order of the Golden Dawn (« Saint Ordre de l’Aube dorée » ; l’expression « saint ordre » illustrant davantage les nouvelles tendances mystiques insufflées par Waite) et qui continua du reste à être ébranlé par des luttes intestines jusqu'à sa dissolution en 1915, à la suite du départ de Waite. Après ce « schisme de 1905 », qui fut le véritable coup de grâce pour l'Ordre Hermétique de l'Aube dorée, certains initiés restés neutres dans la lutte entre le camp Yeats et le camp Ayton préférèrent aller fonder, seul ou par groupe, leur propre fraternité.

Plusieurs branches virent alors le jour :

  • L'Ordre hermétique de la Stella Matutina, qui fut dirigé par le Docteur Felkin, et qui existe encore de nos jours.
  • L'Ordre réformé de la Golden Dawn, qui devint The Holy Order of the Golden Dawn, puis Fellowship of Rosy Cross, par A.E. Waite.
  • L'Ordre rosicrucien de l'Alpha et Omega, fondé par Brodie-Innes, (qui passa de la Stella Matutina et retourna vers Mathers). Cet Ordre repris par Mathers, vivota pendant quelques années, puis à la mort de Samuel Mathers, sa femme Moina Mathers tint l'ordre d'une main de fer ; jusqu'à créer de nouveau schismes. Cette branche implantée aux États-Unis donna naissance plus tard à B.O.T.A. (Buiders of the Adytum), fondé par Paul Foster Case qui fut expulsée par madame Mathers, ou encore Society of the Inner Light, fondée par Dion Fortune, initié par Brodie-Innes au sein de l'Alpha et Omega. De nouvelles tentatives étranges de faire renaître l'Ordre Rosicrucien de l'Alpha et Omega, virent le jour à la fin des années 1990, en France, Suède et États-Unis.
  • L'A∴A∴ ou Argenteum Astrum, fondé par Aleister Crowley et d'autres anciens membres de la Golden Dawn, mais dont la vision intégra au cursus la mystique orientale et le Yoga ; sans parler de la « prétendue » révélation de Crowley, le Livre de la Loi — Liber Al vel Legis, qui transforme la Golden dawn en une structure Thélémite. Cette branche possède actuellement plusieurs visages et chefs qui s'entredéchirent. Seul l'Ordre associé à l'O.T.O. semble encore en activité à ce jour.

Actuellement, et depuis la fin des années 1990, plusieurs structures se réclament de la filiation authentique de la Golden Dawn. La plupart d'entre elles proviennent des États-Unis et sont devenues très structurées et « business » :

  • The Hermetic Order of the Golden Dawn International, devenu Order of the Morning Star, puis récemment Esoteric Order of the Golden Dawn qui comprend de nombreux temples aux États-Unis et en Europe, fondée par Robert Zinc.
  • The Hermetic Order of the Golden Dawn, provenant des enseignements que Israel Regardie transmit à Chic Cicero. I. Regardie fut le secrétaire de Aleister Crowley, puis il rejoignit les branches survivantes et moribondes de la Stella Matutina et publia de nombreux ouvrages sur la Golden Dawn, ses pratiques et ses rituels.

De ce groupe proviennent différentes branches, également nommées Stella Matutina :

  • Une branche (prétendument ininterrompue) de la Stella Matutina de Nouvelle-Zélande, fondée par le Dr Felkin et divulguée par Pat Zalewski, qui prend racine en Nouvelle-Zélande, en Australie et au Québec.
  • Une branche, aux filiations incertaines, de l'Ordre Rosicrucien de l'Alpha et Omega, fondée par J.P. Ruggiu (France), Robert Word (États-Unis) et D. Griffin (Suède et États-Unis).

Ordres issus de la Golden Dawn[modifier | modifier le code]

Les plus connus des « ordres dérivés » de l'Ordre Hermétique de l'Aube dorée sont :

  • La Stella Matutina (« branche Yeats ») — sus-mentionnée ; groupe traditionaliste scissioniste qui, désapprouvant la réforme de Waite, fonda cet ordre pour faire perdurer la Golden Dawn originelle.
  • Le Saint Ordre de l'Aube dorée (« branche Waite ») — également mentionné ; nom que prit la Golden Dawn à la suite de la réforme ; auto-dissout en 1915[5].
  • L'Ordre Rosicrucien Alpha & Omega (« branche Mathers ») — arrêté en 1939.
  • L'Astrum Argentum (« branche Crowley »).
  • L'Ordre Solaire (« branche Brodie-Innes »).
  • L'Ordre de la Lumière (« branche Pattinson »)
  • Builders Of The Adytum (« branche Paul Foster Case »).
  • et d'autres…

Ordres dont les fondateurs ont été Responsables dans différents organismes de Builders Of The Adytum - BOTA

  • BOTA Europe (« branche Daniel Wagner »). Branche dissoute en 1996
  • BOTA Europe BE (« branche Daniel Wagner »). Branche dissoute à la suite d'accords juridiques entre BOTA et Daniel Wagner
  • Artisan of Light (« branche Jacob Fuss »)
  • Fraternitas Lvx Occulta (« branche Paul Clark»)
  • August Order of the Mystic Rose (« branche Robert Word »)
  • AOR (Branche issue de Fraternitas Lvx Occulta crée en 2004 et non pas 1989 comme le prétend sont fondateur Hamid Mirzaie alias Elias Rubenstein » qui fut Responsable FLO pour les pays de langue germanique).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Labouré, Les enseignements kabbalistiques de la Golden Dawn, éditions Télètes, 1991.
  • Nicolas Tereshenko, Les ancêtres rosicruciens de la Golden Dawn, éditions Télètes, 1992.
  • Jean Pascal Ruggiu, Les rituels magiques de l'Ordre hermétique de la Golden Dawn, éditions Télètes, 2002.
  • Jean Pascal Ruggiu, La magie hénochéenne de l'Ordre hermétique de la Golden Dawn, éditions Télètes, 1994.
  • Fred MacParthy, La Formule du Pilier du Milieu selon l'Ordre hermétique de la Golden Dawn et la Stella Matutina, éditions Sesheta-Publications, 2006. Réédition sous le titre de Rituel et formule du pilier du milieu de la Golden Dawn, éditions Sesheta-Publications, Rouen, 2012 [présentation en ligne]
  • Fred MacParth, Les Flying Rolls de l'Ordre Hermétique Golden Dawn, Gnose des Rose Croix du XIXe siècle, éditions Sesheta-Publications, 2006. Réédition en 2013 sous le titre de Les ENSEIGNEMENTS SECRETS DE LA GOLDEN DAWN ou “les 36 FLYING ROLLS” du Second Ordre, R.R. et A.C. éditions Sesheta-Publications.
  • Fred MacParthy,  Les ARMES MAGIQUE de la GOLDEN DAWN, Création et Consécration, 2013 éditions Sesheta-Publications.
  • Fred MacParthy,   RITUELS MAGIQUES des 4 ÉLÉMENTS et de l’ESPRIT de la GOLDEN DAWN, 2013 éditions Sesheta-Publications.
  • Francis King, Magie Rituel et Sociétés Secrètes, éditions Denoels, 1972.
  • Matthieu Léon et Philippe Pissier, Dogme et Rituel de l'Ordre Hermétique de l'Aube Dorée, Montpeyroux, Les Gouttelettes de Rosée, 1999.
  • Magie énochienne de la Golden Dawn, Éditions Trajectoire, Escalquens, 2011. Contient deux appendices : le "Liber 84 vel Chanokh" et un extrait de la "Vision et la Voix" d'Aleister Crowley. ISBN 978-2841975693.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un article sur les Lettres de Madame Sprengel
  2. L'une des légendes veut que le voyant Frédérick Hockley, élève de Francis Barrett et professeur de Mackenzie, meure en 1885, laissant derrière lui une vaste bibliothèque, comportant notamment des manuscrits chiffrés avec sans doute un code de la « Polygraphie » de l'abbé Trithème, initiateur de Cornelius Agrippa. Woodford, ami de Mackenzie, reçoit de lui ces documents. Il n'est pas Maçon, mais connaît le goût de Westcott pour les grimoires. Il lui passe les textes, que Westcott refile à Mathers pour décodage. Dans ces manuscrits, qui se révèlent être des notes kabbalistiques en abrégé, Westcott trouve l'adresse d'une rosicrucienne rattachée à la plus ancienne et la plus sûre branche de la vraie Rose+Croix d'origine, Die Goldenne Dammerung (L'Aurore Dorée) : Anna Sprengel, à Nuremberg.[réf. nécessaire]
  3. a et b Aleister Crowley & l’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée - Blog EzoOccult, 18 décembre 2001
  4. (en) The Life and Works of William Butler Yeats - The National Library of Ireland
  5. Un site sur l'August Order of the Mystic Rose(en anglais)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]