Ordre de l'Empire britannique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ordre de l’Empire britannique
Image illustrative de l'article Ordre de l'Empire britannique
Grand-croix de l'ordre de l’Empire britannique

Type Ordre honorifique
Décerné pour Ordre de mérite
Statut Toujours décerné
Chiffres
Date de création 1917
Importance
Précédent Ordre des compagnons d'honneur Ordre du service impérial Suivant

Image illustrative de l'article Ordre de l'Empire britannique
Rubans civil (en haut) et militaire (en bas)

L’Excellentissime ordre de l’Empire britannique (Most Excellent Order of the British Empire) est un ordre de chevalerie du système honorifique britannique. Il est établi en 1917 par le roi George V.

La devise de l'ordre est For God and the Empire (« Pour Dieu et l'Empire »). C'est le moins important des ordres de chevalerie britanniques et il compte le plus de membres avec plus de 100 000 membres vivants dans le monde, tous grades confondus.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'ordre comporte deux divisions et cinq grades.

Les divisions sont « militaire » et « civile ». Les médailles illustrées sont de la division civile. La division militaire se remarque par une ligne verticale étroite au centre du ruban.

Les grades sont (titre abrégé entre parenthèses) :

  • Chevalier / dame grand-croix (Knight / Dame Grand cross) de l'ordre de l'Empire britannique (GBE) ;
  • Chevalier / dame commandeur (Knight / Dame Commander) de l'ordre de l'Empire britannique (KBE/DBE) ;
  • Commandeur (Commander) de l'ordre de l'Empire britannique (CBE) ;
  • Officier (Officer) de l'ordre de l'Empire britannique (OBE) ;
  • Membre (Member) de l'ordre de l'Empire britannique (MBE).

Les chevaliers et les dames ont le droit d'ajouter Sir ou Dame devant leur prénom.

croix de l'Empire britannique

Le dernier titre est la Médaille de l'Empire britannique (British Empire Medal (BEM)) qui n'est plus attribuée au Royaume-Uni, mais continue de l'être dans certains pays du Commonwealth.

Le nombre de membres dans l'Ordre est limité à 100 Grand-Croix, 845 chevaliers et dames et 8 960 commandeurs. De plus, chaque année, un maximum de 858 officiers et 1 464 membres peuvent être promus.

L'ordre possède une chapelle dans la crypte de la cathédrale Saint-Paul de Londres, mais ses offices les plus importants sont célébrés au niveau supérieur.

Insignes[modifier | modifier le code]

Le Collier est une chaîne d'argent constituée de six médaillons portant les armes royales alternant avec six médaillons portant le monogramme GRI (Georgius Rex Imperator : « George roi et empereur » en latin). Seuls les Grand-Croix reçoivent le collier, qu'ils portent autour du cou.

Le Badge est une croix surmontée d'un médaillon en argent. Il comporte les effigies de George V et de sa femme Mary, entourées d'un cercle rouge portant la devise de l'ordre en lettres d'or. Sur l'autre face se trouve le monogramme GRI. Le médaillon est sommé de la couronne de l'empire. Les Grand-Croix suspendent le Badge au Collier. Les chevaliers et dames le suspendent à un ruban porté autour du cou.

L’Étoile est une étoile en argent à huit branches portant le même médaillon que celui du badge. Seuls les Grand-Croix, les chevaliers et les dames la portent.

Récipiendaires[modifier | modifier le code]

Conditions de réception[modifier | modifier le code]

Bien que la plupart des récipiendaires soient britanniques ou d'autres pays du Commonwealth, l'honneur est occasionnellement accordé à des étrangers. Toutefois, ils ne pourront pas utiliser l'appellation Sir ou Dame, à moins qu'ils ne deviennent un sujet du monarque britannique (tels Sir Yehudi Menuhin et Sir John Paul Getty Jr.). De plus, les étrangers ne sont pas pris en compte dans les quotas d'adhésion annuels.

Une liste alternative : le refus des honneurs[modifier | modifier le code]

Le vendredi 20 janvier 2012, à la demande de la BBC qui invoque le droit à la liberté de l'information[1], le gouvernement britannique fait paraître une liste de 277 personnalités qui refusèrent le titre de chevalier, dame, commandeur ou officier, entre 1951 et 1999, et qui sont morts depuis[2]. Parmi elles se trouvent C. S. Lewis (en 1952), Graham Greene (en 1956), Aldous Huxley (en 1959), Evelyn Waugh (en 1959), Trevor Howard (en 1982), Roald Dahl (en 1986), Francis Bacon (en 1960), Sean O’Casey (en 1963), Lucian Freud (en 1977), etc. Le peintre Laurence Stephen Lowry refuse à cinq reprises, entre 1955 et 1976, les honneurs qui lui sont faits.

En 2003, l'historien et journaliste anglais Patrick French, a refusé d'être nommé membre de l'OBE, afin de « conserver son indépendance en tant qu'écrivain ». French a aussi déclaré : « Il est ridicule qu'une distinction accordée au XXIe siècle comporte le mot “Empire” ! »[3],[4].

À cette liste il convient d'ajouter ceux qui acceptèrent dans un premier temps les honneurs, pour les refuser par la suite, en raison d'un fait historique ou autre. Ainsi John Lennon renvoie-t-il sa médaille en 1969, accompagnée d'une lettre manifestant son opposition à l'implication britannique dans l'affaire du Nigeria-Biafra (Guerre du Biafra), ainsi qu'au soutien apporté par le Royaume-Uni aux États-Unis dans la guerre du Viêt Nam[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carol Coulter, « O'Casey declined CBE offer in 1963, British records reveal », in The Irish Times, 27 janvier 2012.
  2. http://www.cabinetoffice.gov.uk/sites/default/files/resources/document2012-01-24-075439.pdf
  3. BBC news, Soutik Biswas, British historian Patrick French turned down the offer of an OBE to "guard his independence as a writer"., Octobre 2003
  4. Jean-Claude Perrier, « L'Inde se penche sur son Naipaul », Le Figaro, 19 juin 2008.
  5. Sarah Lyall, « In Britain, a Partial List of Those Who Declined to Be Called 'Sir' », New York Times, 27 janvier 2012, A6.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]