Ordre de l'Aigle rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aigle (homonymie).
ordre de l’Aigle rouge
Image illustrative de l'article Ordre de l'Aigle rouge
Étoile de l'Aigle rouge

Type Ordre de chevalerie
Décerné pour Appartenance à la famille royale ou mérite
Statut Plus décernée
Description Croix maltaise en or émaillée de bleu avec des aigles noirs entre les branches et les initiales royales dans le médaillon au centre
Ruban orange moiré
Chiffres
Date de création 1705
Dernière attribution 1918
Total de récompensés 407
Importance
Précédent Ordre de la Couronne Ordre de l'Aigle noir Suivant

Image illustrative de l'article Ordre de l'Aigle rouge
Ruban de l'Ordre de l'Aigle rouge

L’ordre de l’Aigle rouge (en allemand : Roter Adlerorden) était un ordre de chevalerie du royaume de Prusse. Fondé par Georges Ier Guillaume de Brandebourg-Bayreuth en 1705. Il était conféré aussi bien aux civils qu'aux militaires en reconnaissance de leurs services mais ne pouvait être octroyé qu’aux officiers et aux civils de rang équivalent. Il existait cependant une médaille de l’ordre qui pouvait être conférée aux personnes de rang inférieur.

Historique[modifier | modifier le code]

L’ordre de la Sincérité, fondé le 17 novembre 1705 par Georges Ier Guillaume de Brandebourg-Bayreuth margrave de Brandebourg-Bayreuth, était le prédécesseur de l’ordre de l’Aigle rouge. Il fut dissous puis recomposé en 1712 à Brandebourg-Bayreuth et, en 1734, à Brandebourg-Ansbach, qui possédait alors l'ordre de l'Aigle de Brandebourg.

Les statuts ont encore été changés en 1777, et l'ordre fut alors renommé ordre de l’Aigle rouge. Il ne comprenait qu'une seule classe, et était limité à 50 chevaliers.

En janvier 1792, les provinces Brandenburg-Bayreuth et Brandenburg-Ansbach sont annexées par le Royaume de Prusse, et le roi Frédéric-Guillaume II de Prusse a transformé l'ordre en ordre royal prussien le 12 juin 1792. Après l’ordre de l'Aigle noir, c'était le deuxième plus important ordre honorifique du royaume, par ordre de préséance.

En 1810, le roi Frédéric-Guillaume III de Prusse révisa les statuts de l'ordre, le divisant en 3 classes. En 1830, une étoile fut ajoutée pour la 2e classe, ainsi qu'une 4e classe à l'ordre. Ils furent encore révisés en 1861, incorporant la Grand-croix comme plus haute classe.

Selon les textes régissant l’ordre de l’Aigle noir, ses membres se voyaient automatiquement conférer la distinction de la Grand-croix de l’ordre de l’Aigle rouge, ainsi que la 1re classe de l’ordre de la Couronne.

En 1918, une médaille militaire affiliée a été créée et accessible aux non-nobles et aux simples soldats.

La monarchie s'effondra le 9 novembre 1918. Les récipiendaires de l'ordre continuent à porter leurs décorations au cours des époques de la République de Weimar, du Troisième Reich et après.

Classification[modifier | modifier le code]

Étoile et badge de l'Ordre de l'Aigle rouge

Jusqu'à 1918, l'ordre a évolué en 6 classes :

  • Grand-croix - membres masculins de la famille royale, membres de l’ordre de l'Aigle noir et souverains étrangers
  • 1re classe - officiers supérieurs et hauts dignitaires des gouvernements étrangers
  • 2e classe - officiers supérieurs et nobles
  • 3e classe - officiers et nobles mineurs
  • 4e classe - sous-officiers
  • Médaille - hommes du rang et non-nobles

Ces 6 classes ont été décernées avec de nombreuses variations :

Variations Grand-croix 1re classe 2e classe 3e classe 4e classe Médaille Caractéristiques
Épées X X X X X Distinction remise en temps de guerre
Épées dans l'anneau X X X X Récipiendaire de classe « sans épée » ayant reçu auparavant une classe inférieure « avec épées »
Couronne X X X X X X Distinction additionnelle (surtout pour les membres de la famille royale)
Feuilles de chêne X X X Distinction préalable de la classe inférieure
Brillants X X X Distinction spéciale
Sceptres X  ?
Nœud X Distinction préalable de la 4e classe
Badge Ordre de Saint-Jean de Malte X X X X X X Prussiens titulaires de l'Ordre de Saint-Jean de Malte
Nombre du Jubilé X X X X X X Médaillon avec le chiffre « 50 » pour récompenser 50 ans de service

Il existe aussi des versions spéciales des étoiles de la 1re à la 4e classe pour les non-chrétiens.

Description[modifier | modifier le code]

  • Grand-croix : croix maltaise émaillée en blanc, avec des aigles rouges entre les branches. Au centre, un médaillon en or portant les initiales royales entourée par un anneau en émail bleu comportant la devise de l'ordre Sincere et constanter.
  • 1re à 3e classe : croix pattée émaillée en blanc.
  • 4e classe : croix pattée en argent.

De la 1re à 4e classe, le médaillon central figure un aigle rouge sur un fonc d'émail blanc, avec les initiales du roi Frédéric-Guillaume à l'envers.

  • Médaille : médaille ronde dorée avec une couronne prussienne au-dessus, avec une croix pattée gravée au centre et les initiales royales au dos.

L'étoile de l'ordre se portait à la poitrine, en forme d'étoile octogonale dorée (pour la Grand-croix), argentée (pour la 1re classe) ou à cinq branches argentée (pour la 2e classe). Le disque central figurait un aigle rouge sur un fond d'émail blanc, entouré par un anneau (en émail bleu pour la Grand-croix et blanc pour les autres) comportant la devise de l'ordre Sincere et Constanter.

Le ruban de l'ordre était blanc avec deux rayures orange, mais les récompenses pour les combattants étaient souvent décernées avec un ruban noir et blanc, similaire à celui de la Croix de fer.

Liste de récipiendaires[modifier | modifier le code]

Nuvola apps kpager.svg  Récipiendaire de l'ordre de l'Aigle rouge 

Vicomte de Vaublanc, (1803-1874), chevalier de l’ordre de l’Aigle rouge.
  • Hector Berlioz (1803-1869), compositeur français, chevalier de l’Ordre en 1847.
  • Vicomte de Vaublanc, (1803-1874), historien, Grand Maître de la Maison de la Reine de Bavière, chevalier de 1ère classe de l’Ordre.
  • Wilhelm Baron Lenk von Wolfsberg (1809-1894), général autrichien (Feldzeugmeister), chevalier de deuxième classe de l’Ordre.
  • Alexandre Braun, (1847-1935), juriste et sénateur belge ; chevalier de l’Ordre.

Articles connexes[modifier | modifier le code]