Ordre de bataille de l'armée belge (1914)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

C'est l'ordre de bataille de l'armée belge au départ de la Première Guerre mondiale en août 1914.

Suite à une réorganisation majeure de l'armée autorisée par le gouvernement en 1912, l'armée belge se composait de 350 000 hommes (150 000 dans l'active, 130 000 dans les garnisons de forteresse et 70 000 réservistes et auxiliaires). Cependant, cette réorganisation n'était pas encore complète car son achèvement était prévu pour 1926 et seulement 117 000 hommes étaient mobilisables.

Le commandant en chef était le roi Albert Ier. Son chef d'état-major était le Lieutenant-Général Chevalier de Selliers de Moranville.

Armée[modifier | modifier le code]

En outre, il y avait des garnisons à Anvers, Liège et Namur. Et chacune était placée sous les ordres d'un commandant local.

Puissance[modifier | modifier le code]

Chaque division se composait de trois brigades mixtes (comprenant deux régiments d'infanterie et un régiment d'artillerie), un régiment de cavalerie, un régiment d'artillerie et diverses unités de support. Chaque régiment d'infanterie se subdivisait en trois bataillons. Il y avait, par brigade, une compagnie de mitrailleurs possédant 6 mitrailleuses. Un régiment d'artillerie se composait quant à lui de trois batteries de quatre canons chacune.

La force nominale d'une division variait de 25 500 à 32 000 hommes tous grades confondus, avec un effectif total de dix-huit bataillons d'infanterie, un régiment de cavalerie, dix-huit mitrailleuses et quarante-huit canons. Deux divisions (la 2e et la 6e) ont chacune eu un régiment additionnel d'artillerie, pour un total de soixante canons.

La Division de cavalerie avait deux brigades de deux régiments chacune, trois batteries à cheval, un bataillon de cyclistes, et des unités de support. Son effectif total avoisinait les 4 500 hommes et les 12 canons.

Références[modifier | modifier le code]

  • Annexe 5 : « Order of battle of the Belgian Army in August 1914 », dans J. E. Edmonds, History of the Great War: Military Operations, France and Belgium 1914, Macmillan & Co., Londres, 1922

Sources[modifier | modifier le code]