Ordination des femmes dans l'Église catholique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ordination de femmes, dans l'Église catholique romaine est exclue par le droit canon : « Seul un homme baptisé reçoit validement l'ordination sacrée » [1].

Depuis la fin du XXe siècle, cela a été un sujet de controverse, qui a été l'objet de revendications et a suscité des affirmations doctrinales insistantes de la part du Saint-Siège ; entre autres : Lettre apostolique Ordinatio Sacerdotalis de Jean-Paul II (22 mai 1994), Motu proprio Ad Tuendam Fidem, également de Jean-Paul II, 18 mai 1998, sur les vérités tranchées de manière définitive et devant être tenues par tous (accompagné par un document de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi pour l'expliciter), et enfin De gravioribus delictis du 15 juillet 2010 (qui prévoit une excommunication aussi bien pour celle qui tente de recevoir cet ordre sacré que pour celui qui tente de conférer un ordre sacré, avec en plus pour ce dernier une possible déposition : art. 5).

La question ne se pose pas simplement en termes de discipline ou de pastorale, mais fait intervenir des questions théologiques et doctrinales centrées sur la nature de l'ordination. En d'autres termes, il ressort de ces documents pontificaux que l'invalidité provient de raisons théologiques fondamentales, et non pas seulement du fait que le Code de droit canonique l'a déclaré. De telle sorte que même si le Code n'en parlait pas, ces ordinations seraient invalides quand même.

Positions théologiques[modifier | modifier le code]

Les fondements théologiques de l'exclusion des femmes du ministère religieux catholiques sont exposées dans la déclaration Inter Insigniores de la congrégation pour la doctrine de la foi en 1976[2]. Il y est tout d'abord rappelé que la question du sacerdoce ne saurait être abordée en termes d'égalité des droits

«  c’est méconnaître complètement la nature du sacerdoce ministériel que de le considérer comme un droit : le baptême ne confère aucun titre personnel au ministère public dans l’Église. Le sacerdoce n’est pas conféré pour l’honneur ou l’avantage de celui qui le reçoit, mais comme un service de Dieu et de l’Église ; il fait l’objet d’une vocation expresse, totalement gratuite : “Ce n’est pas vous qui m'avez choisi ; c’est moi qui vous ai choisis et institués”. »

Le prêtre, agissant "in persona Christi"[modifier | modifier le code]

Selon la doctrine catholique romaine, le prêtre est un sacrificateur qui agit in persona Christi : « tenant le rôle du Christ, au point d’être son image même »[3]. Or, toujours selon la théologie catholique, « l’incarnation du Verbe [(Jésus)] s’est faite selon le sexe masculin : c’est bien une question de fait, (...) indissociable de l’économie du salut. » [4].

Selon la théologie catholique, exprimée par le canon de la messe, si la messe est "le sacrifice de toute l'Eglise", l'offrande de tous les fidèles, laïcs comme religieux, hommes comme femmes, sacrifice dans lequel le prêtre n'est que ministre (Catéchisme de l'Église catholique article 1369[5], comme le Christ l'a été de son père et de l'Humanité qu'il sauve, le prêtre déclare "ceci est mon corps " lorsqu'il élève l'hostie et non "ceci est le corps du Christ", c'est donc le Christ lui-même qui agit par le biais visible du prêtre : (Catéchisme de l'Église catholique article 1410 )"C’est le Christ lui-même, grand prêtre éternel de la nouvelle Alliance, qui, agissant par le ministère des prêtres, offre le sacrifice eucharistique. Et c’est encore le même Christ, réellement présent sous les espèces du pain et du vin, qui est l’offrande du sacrifice eucharistique." [6]

Certains tenants de l'ordination des femmes arguent qu'un prêtre ne représente pas le Christ, agissant en son nom et non à sa place. Ils rappellent que le sacrement du baptême est accessible aux femmes puisqu'il est en fait possible à tout homme ou femme, même non croyant, de baptiser une personne en danger de mort. Ils considèrent que ce sacrement se donne également in persona Christi[7]. Une telle conception de l'action sacerdotale, où les prêtres agissent "au nom de" et non "à la place" du Christ, s'éloigne de la doctrine catholique traditionnelle sur le sacerdoce et l'Eucharistie.

Les évêques comme successeurs des apôtres[modifier | modifier le code]

D'autres partisans de l'ordination des femmes estiment que le fait que le prêtre agisse "in persona Christi" est lié au sacrement de l'Ordre reçu par le prêtre (et à un degré plus élevé, par l'évêque) et non à son sexe. Ils mettent donc en doute l'invalidité de l'ordination des femmes enseignée dans les divers documents doctrinaux.

Les Évangiles mentionnent que le Christ a choisi comme apôtres ceux qu’il voulait (Mc 3,13-14 ; Jn 6,70) et il l’a fait en union avec le Père, « par l’Esprit Saint » (Ac 1,2), après avoir passé la nuit en prière (Lc 6,12).) L'Église catholique pense que puisque Jésus a choisi des hommes comme apôtres, l’Église - le Corps du Christ - fidèle au choix du Seigneur, appelle des hommes à Son service. Ainsi le Catéchisme de l'Église catholique, en 1992, rappelle que : « Le Seigneur Jésus a choisi des hommes pour former le collège des douze apôtres, et les apôtres ont fait de même lorsqu'ils ont choisi les collaborateurs qui leur succéderaient dans leur tâche. Le collège des évêques, avec qui les prêtres sont unis dans le sacerdoce, rend présent et actualise jusqu'au retour du Christ le collège des douze. L'Église se reconnaît liée par ce choix du Seigneur lui-même. C'est pourquoi l'ordination des femmes n'est pas possible. »[8]

Dans la lettre apostolique Ordinatio Sacerdotalis du 22 mai 1994, le pape Jean-Paul II confirme solennellement cette position : « C'est pourquoi, afin qu'il ne subsiste aucun doute sur une question de grande importance qui concerne la constitution divine elle-même de l'Église, je déclare, en vertu de ma mission de confirmer mes frères (cf. Lc 22,32), que l'Église n'a en aucune manière le pouvoir de conférer l'ordination sacerdotale à des femmes et que cette position doit être définitivement tenue par tous les fidèles de l'Église[9]. » La Congrégation pour la doctrine de la foi a précisé que ce document n'entre pas dans le champ du "magistère extraordinaire", mais qu'il relève bel et bien de l'infaillibilité au titre du magistère ordinaire : il fait donc partie du « dépôt de la foi », comme vérité issue des écritures saintes, constamment conservée par la Tradition de l'Église[10]. Certains théologiens ont regretté une telle décision, ainsi le dominicain Claude Geffré estime qu'"on assiste à une extension considérable du pouvoir d'infaillibilité du pape dans la mesure où il peut promulguer un enseignement comme définitif et irrévocable sans consultation préalable de l'épiscopat mondial"[11].

La complémentarité des sexes dans la doctrine catholique[modifier | modifier le code]

La mise en question la plus radicale des positions de l'Église catholique sur l'ordination des femmes porte sur la conception de la différence des sexes elle-même. L'Église est en effet attachée à l'idée de complémentarité et d'égalité de dignité[12]. L'interchangeabilité des sexes est perçue comme un leurre. Dans cet ordre d'idée, le décret Presbyterorum Ordinis de 1965 rappelle que l'Église catholique s'appuie notamment sur un passage de l'épître aux Romains[13] pour comprendre la différence faite dans l'accès au sacerdoce : « (... ) même Seigneur, voulant faire des chrétiens un seul corps, où "tous les membres n'ont pas la même fonction" (Rom. 12, 4), a établi parmi eux des ministres qui, dans la communauté des chrétiens, seraient investis par l'Ordre du pouvoir sacré d'offrir le Sacrifice et de remettre les péchés »[14].

Pour l'Église, continuer l'œuvre de Dieu est le devoir de chaque être humain ; il doit le faire selon sa vocation (qui est un appel reçu). Celle-ci peut être de transmettre la vie pour certains ; de transmettre les moyens de faire son salut pour quelques-autres. Ainsi, la maternité comme l'ordination sont non des droits mais des possibilités auxquelles chacun, peut répondre librement s'il y est appelé. Dans Mulieris Dignitatem Jean-Paul II indique ainsi que la femme participe à la création de la vie à un degré d'intimité particulier : « L'homme, même s'il prend toute sa part dans cette fonction des parents, se trouve toujours «à l'extérieur» du processus de la gestation et de la naissance de l'enfant, et, à bien des égards, il lui faut apprendre de la mère sa propre «paternité». » ; « Il faut donc que l'homme ait pleinement conscience de contracter une dette particulière envers la femme, dans leur fonction commune de parents »[15].

Un simple attrait, aussi noble soit-il, ne constitue pas une vocation; celle-ci doit être reçue et non pas seulement ressentie. Ainsi pour l'Église, l'attrait d'une femme au sacerdoce, tout noble et généreux qu'il soit, ne constitue pas un droit à le recevoir[16] ; de même beaucoup d'hommes, pensant avoir la vocation sacerdotale, se voient réorientés au séminaire vers une vocation laïque.

Au contraire, certains partisans de l'ordination des femmes [Lesquels ?], sans nier ces différences et cette complémentarité, estiment toutefois qu'il y a plus de ressemblances entre les hommes et les femmes que de différences et que l'essentiel est que tous soient enfants de Dieu[réf. souhaitée].

D'autres, comme l'association FHEDLES, reprennent à leur comptes les acquis des études de genre — les différences entre hommes et femmes sont pour beaucoup des constructions sociales — pour remettre en cause la différenciation entre les rôles masculins et féminins dans l'Église [17].

Certains[Qui ?] voient dans la mise en valeur de la maternité une cause d'exclusion des femmes de la cité (ce qui ne concerne pas l'Eglise) et du clergé ordonné[réf. nécessaire].

Plusieurs théologiens sont favorables à l'ordination des femmes. Le Père Rigal, dans son livre "l'Eglise à l'épreuve de ce temps" (ed Cerf) Modèle:Reférence incomplète cite entre autres le Cardinal Daniélou, le Père Yves Congar, le Cardinal Martini qui en 1996 estimait que la question devrait être discutée en Concile.

Responsabilités confiées aux femmes dans l'Église catholique[modifier | modifier le code]

Diaconesses[modifier | modifier le code]

Le titre de diaconesse a existé par le passé au sein de l'Église. Une Phœbé aurait été diaconesse: Saint Paul la recommande dans Romains, XVI, 1-3. Ces diaconesses étaient des veuves et des vierges chargées de catéchèse, assistance au baptême des femmes, animation de prières[18]. Ce rôle n'était jamais sacerdotal ; il s'est éteint entre le VIe et le IXe siècles, d'abord dans l'église d'Occident, puis en Orient. Toutefois, il existe un débat entre les historiens pour savoir si ces femmes recevaient ou non une forme d'ordination sacramentelle : les sources historiques, en effet, ne laissent pas facilement apparaître la distinction entre ordres majeurs et ordre mineurs[19].

Le concile de Vatican II a rétabli le diaconat comme un état permanent, les diacres étant spécifiquement chargés « d'administrer solennellement le baptême, de conserver et de distribuer l'eucharistie, d'assister au mariage au nom de l'Église et de le bénir, de porter le viatique aux mourants, de lire aux fidèles la Sainte Ecriture, d'instruire et d'exhorter le peuple, de présider le culte et la prière des fidèles, d'administrer les sacramentaux, de présider au rite des funérailles et de la sépulture. »[20]. Ce rôle du diacre permanent a une certaine ressemblance avec celui que tiennent les pasteurs protestants dans leur communauté. Cependant, le diaconat est également un des trois degrés du même sacrement (sacrement de l'ordre) que reçoivent les prêtres et les évêques :

«La doctrine catholique, exprimée dans la liturgie, le Magistère et la pratique constante de l'Église, reconnaît qu'il existe deux degrés de participation ministérielle au sacerdoce du Christ: l'épiscopat et le presbytérat. Le diaconat est destiné à les aider et à les servir. C'est pourquoi le terme sacerdos désigne, dans l'usage actuel, les évêques et les prêtres, mais non pas les diacres. Néanmoins, la doctrine catholique enseigne que les degrés de participation sacerdotale (épiscopat et presbytérat) et le degré de service (diaconat) sont tous les trois conférés par un acte sacramentel appelé « ordination », c'est-à-dire par le sacrement de l'Ordre.[21] »

La doctrine et la discipline catholique romaine ne conçoivent pas d'ordination sacramentelle de femmes à quelque degré que ce soit. Le pape Benoît XVI aurait envisagé d'instaurer le lectorat (qui, dans la tradition, est un ordre mineur, non sacramentel) pour les femmes, ce que certains refusent absolument car ce serait un pas vers le sacrement de l'Ordre.[réf. nécessaire]

En 2010, le pape Benoît XVI a supprimé dans le canon 1008, concernant les diacres, le mention de fonctions remplies « en la personne du Christ Chef » (in persona Christi Capitis)[22].[réf. insuffisante]

Abbesses[modifier | modifier le code]

Le catholicisme confie à une femme la responsabilité pastorale d'une communauté religieuse féminine : elle est qualifiée d'abbesse, parfois de prieure. Une abbesse est instituée à ce rôle par la bénédiction abbatiale, analogue à celle que reçoivent les abbés hommes, et qui n'est pas une ordination. Elle a sur sa communauté une autorité ordinaire comparable à celle de l'évêque sur son diocèse, mais n'exerce pas de fonction liée à la prêtrise. Ainsi, les abbesses ne célèbrent pas l'Eucharistie, mais dirigent la prière de la communauté.

Responsabilités pastorales[modifier | modifier le code]

Il y a de nombreuses femmes qui ont des responsabilités pastorales dans l'Église. Elles enseignent dans les séminaires, peuvent diriger des universités de théologie, sont aumônières de lycée ou d'hôpital. Sans parler du catéchisme massivement dispensé par des femmes.

L'appel ressenti par des femmes pour le presbytérat ou le diaconat[modifier | modifier le code]

Des femmes ressentent un appel vers les ministères ordonnés. Ignoré ou réprimé, il est toutefois parfois authentifié par des pasteurs, des communautés chrétiennes ou des proches, comme cela apparait dans l'enquête menée par Pauline Jacob pour sa thèse de doctorat : "L'authenticité du discernement vocationnel des femmes qui se disent appelées à la prêtrise ou au diaconat dans l'Église catholique du Québec" (Université de Montréal, 2006)[23]

Dès 1970 en France et en Belgique était fondé une "Amicale des femmes aspirant au ministère presbytéral" animée par Valentine Buisseret et Béatrix Dagras. Sous la pression épiscopale, cette amicale dut interrompre ses activités et renoncer à publier comme prévu les témoignages de femmes réunis.

En 1978 ont été publiés les résultats d'une étude psychologique menée auprès de 110 femmes aux États-Unis[24].

Mentionnons qu'une docteur de l'Église comme sainte Thérèse de Lisieux fit part de son désir d'être prêtre, y renonçant par humilité à l'exemple de François d'Assise et par la découverte profonde que la vocation baptismale à l'amour est à la source de tous les appels particuliers[25].

Le mouvement en faveur de l'ordination de femmes dans l'Église catholique[modifier | modifier le code]

Les femmes qui ressentent un appel ne militent pas forcément au sein du mouvement pour l'ordination de femmes. Et ce mouvement ne compte pas uniquement des femmes qui ressentent un appel personnel.

L'histoire du mouvement a notamment été retracée par Ida Raming dans son article « Naissance et développement du mouvement pour l’ordination des femmes dans l’Eglise catholique romaine d’Europe »[26].

Il est mené aujourd'hui par des réseaux comme "Femmes et Ministères" au Québec et, au niveau international, par Women's Ordination Worldwide (WOW).

Ordinations illicites[modifier | modifier le code]

Par un évêque catholique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Ludmila Javorová.

Ludmila Javorová est la seule femme catholique ayant reçu l'ordination sacerdotale dont on connaisse le nom. Elle a été ordonnée en 1970 par l'évêque de Brno, Felix Maria Davídek, alors que l'église catholique en Tchécoslovaquie traversait la période communiste en fonctionnant de façon clandestine. Cette ordination n'est pas reconnue par les instances officielles de l'Église[27].

Autres cas[modifier | modifier le code]

Le 12 juillet 2002 sept femmes catholiques reçoivent l'ordination sacerdotale sur le fleuve Danube, par un évêque indépendant, Romulo Braschi, membre de l'« Église catholique apostolique charismatique de Jésus Roi »(branche de l'église vieux catholique). Les circonstances de cette ordination, et notamment le choix du consécrateur, expliquent que cet acte ait été diversement reçu au sein des groupes habituellement partisans de l'ordination des femmes[28].

Le 25 juillet 2005 sur le fleuve Saint-Laurent, deux de ces femmes, revendiquant la qualité d'évêque, membres de l'organisation américaine Women's Ordination Conference (« Conférence pour l'ordination des femmes »), elles-mêmes non reconnues par l'Église catholique, ont accompli le rituel d'ordination à la prêtrise et au diaconat sur deux Canadiennes et sept Américaines :

Passant des paroles aux actes, les évêques Gisela Forster et Marie-Christine Mayr-Lumetzberger ont ordonné quatre femmes prêtres et cinq femmes diacres à l'occasion d'une cérémonie calquée sur le modèle catholique romain dont elles se réclament. [29]

Ces ordinations ne sont pas valides, souligne Mgr Anthony Meagher (archevêque de Kingston - Ontario, Canada), car «les personnes qui proposent de conférer ces « ordinations » n'ont pas l'autorité de le faire et les personnes voulant être « ordonnées » ne sont pas éligibles». Le geste de ces femmes entraîne l'excommunication latae sententiae, c'est-à-dire que leur excommunication découle directement de leur consentement à l'ordination et que le Vatican n'a pas besoin de la prononcer pour qu'elle soit effective.

Le Vatican a édicté un décret annonçant une excommunication immédiate et automatique des femmes prêtres ainsi que des évêques les ayant ordonnées[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. CIC n°1024
  2. Inter Insigniores : Déclaration de la sacrée Congrégation de la Doctrine de la Foi sur la question de l’admission des femmes au sacerdoce ministériel, texte sur le site womenpriests.org
  3. Inter Insigniores,§ 25, particulièrement note 16
  4. Inter Insigniores,§ 28, Site womenpriests.org
  5. Catéchisme de l'Église Catholique - IntraText
  6. Catéchisme de l'Église Catholique - IntraText
  7. Suzanne Tunc, Des femmes aussi suivaient Jésus. Essai d'interprétation de quelques versets des évangiles, Desclée de Brouwer, 1998, extrait sur womenpriests.org
  8. CEC §1577
  9. Ordinatio Sacerdotalis §4
  10. Réponse à des dubia, voir auissi la Note doctrinale jointe à Ad Tuendam Fidem
  11. dans profession, théologien, Albin Michel, 1999
  12. http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P1C.HTM Catéchisme de l'Eglise Catholique, article 369 et suivants  :" Égalité et différence voulues par Dieu-369 L’homme et la femme sont créés, c’est-à-dire ils sont voulus par Dieu : dans une parfaite égalité en tant que personnes humaines, d’une part, et d’autre part dans leur être respectif d’homme et de femme. " Être homme ", " être femme " est une réalité bonne et voulue par Dieu : l’homme et la femme ont une dignité inamissible qui leur vient immédiatement de Dieu leur créateur (cf. Gn 2, 7. 22). L’homme et la femme sont, avec une même dignité, " à l’image de Dieu ". Dans leur " être-homme " et leur " être-femme ", ils reflètent la sagesse et la bonté du Créateur." L’un pour l’autre " – " une unité à deux " -article 371 Créés ensemble, l’homme et la femme sont voulus par Dieu l’un pour l’autre.
  13. Rom 12. 4
  14. Décret sur le ministère et la vie des prêtre, Presbyterorum ordonis, 7/12/1965
  15. Jean-Paul II, Mulieris Dignitatem chapitre VI, Maternité-Virginité
  16. http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P4R.HTM article 1578
  17. « Catho et pour l'étude du genre, c'est possible? », Slate.fr, 19 septembre 2011
  18. Théo, Encyclopédie catholique, Fayard - Article « Diaconesse ».
  19. (en) Problématique mentionnée par exemple dans Grant her Your Spirit, Phyllis Zagano.
  20. Constitution dogmatique sur l'Église Lumen gentium, n°29.
  21. Catéchisme de l'Église Catholique, § 1554.
  22. Benoît XVI, « Motu proprio Omnium in mentem », 26 octobre 2010
  23. Dont l'essentiel a été publié sous le titre "Appelées aux ministères ordonnés" par les éditions Novalis, Université Saint-Paul, Ottawa, Canada, 2007.
  24. F. Ferder, Called to Break Bread, Mt Rainier, MD, Quixote Center, 1978.
  25. LANGLOIS Claude, Le Désir de sacerdoce chez Thérèse de Lisieux, Salvator, 2000 et 2002 ; BRUDERE Baiba, « Je me sens la vocation de prêtre » (Ms B, 2v°). Enquête sur le sacerdoce commun chez Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face et l'apport de son expérience pour l'accomplissement de cette vocation aujourd'hui, Paris, Cerf, collection « Œuvres de Thérèse de Lisieux et études » 2008.
  26. RAMING Ida, « Naissance et développement du mouvement pour l’ordination des femmes dans l’Eglise catholique romaine d’Europe », in BERLIS Angela et METHUEN Charlotte (éd.), Annuaire de l’Association Européenne des Femmes pour la recherche théologique, n° 8 : Approches féministes de l’Histoire et de la Religion, Leuven : Peeters 2000, pp. 225-240. [1]
  27. Ludmila Javorova, femme prêtre tchèque. Rome ne reconnaît pas son ordination clandestine sous le régime communiste, article du journal Libération.
  28. Catholicisme : la controverse autour de l'ordination de sept femmes sur le Danube
  29. Voir l'article complet du Devoir.
  30. Vatican says will excommunicate women priests, Reuters, 29 mai 2008

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Revue de droit canonique : "Femmes, pouvoir et religions", t. 46/1, Institut de droit canonique de Strasbourg, juin 1996
  • Concilium no 281 : "Le refus d'ordonner des femmes et la politique de pouvoir", 1999.
  • Actes du séminaire "Dans les Eglises, les femmes sont aussi ministres", organisé par Droit et Liberté dans les Eglises et par Femmes et Hommes en Eglise, 1995.
  • Actes du colloque "L’accès des femmes aux ministères ordonnés dans l’Église catholique : une question réglée", octobre 2006, Centre justice et foi / Centre St-Pierre / L'autre Parole / Femmes et Ministères.
  • BARNHOUSE R. T., FAHEY M., ORAM B., WALKER B., "The Ordination of Women to the Priesthood: An Annotated Bibliography", Anglican Theological Review, 1976, no 6, p. 81-106
  • Élisabeth Behr-Sigel, Le ministère de la femme dans l'Église, Paris, Cerf, 1987.
  • Élisabeth Behr-Sigel, Discerner les signes des temps, Cerf, 2002.
  • Sarah Bélanger, Portrait du personnel pastoral féminin au Québec. Les soutanes roses. Étude réalisée pour le groupe Femmes et Ministères, Montréal, Bellarmin, 1988
  • M.J. Bérère, R. Dufourt, D. Singles, Et si on ordonnait des femmes ?, Le Centurion, 1982
  • M.J. Bérère, "L’ordination des femmes dans l’Église catho­lique : les décisions du magistère", Revue de droit canonique, t. 46/1, 1996, p. 7-20.
  • Piero Antonio Bonnet, « Ceux qui sont exclus des mandats dans l'Église », in Concilium, no 217 : cahier « Le pouvoir dans l'Église », 1988, p. 143-151.
  • Baiba Brudère, « Je me sens la vocation de prêtre » (Ms B, 2v°). Enquête sur le sacerdoce commun chez Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face et l'apport de son expérience pour l'accomplissement de cette vocation aujourd'hui, Paris, Cerf, collection « Œuvres de Thérèse de Lisieux et études » 2008
  • Yves Congar, "Diaconesses", in Catholicisme 3, p. 719-721
  • Jean Daniélou, "Le ministère des femmes dans l’Église ancienne", in La Maison-Dieu 61 (1960), p. 70-96.
  • Monique Dumais, « Une théologie du service pour les femmes. Une mise en tutelle inéluctable ? », in Concilium, no 214 : cahier : « Les femmes. Le travail et la pauvreté », 1987, p. 135-143.
  • Magalie Flores-Lonjou, "Femmes, accès aux ministères dans les églises et non-discrimination entre les sexes. Problèmes juri­diques", Revue de droit canonique, t. 46/1, 1996, p. 115-134.
  • Olivette Genest, « Femmes et ministères dans le Nouveau Testament », Studies in Religion / Sciences Religieuses 16/1 (1987), p. 7-20.
  • Olivette Genest, "La justification du non-accès des femmes aux ministères ordonnés dans l’Église catholique romaine relue à la lumière de l’exégèse biblique", in ''Actes du colloque "L’accès des femmes aux ministères ordonnés dans l’Église catholique : une question réglée", octobre 2006, Centre justice et foi / Centre St-Pierre / L'autre Parole / Femmes et ministères.
  • Elsie Gibson, Femmes et ministères, Casterman, 1971 (préface d'Yves Congar)
  • Margo Gravel-Provencher, La Déclaration Inter Insigniores, Analyse et prospectives à partir de la pensée de Hans Urs von Balthasar http://www.interinsigniores.ca/ Voir aussi en avant-propos la référence Margo Gravel-Provencher, , "Oeuvre commune d'Adrienne von Speyr et Hans Urs von Balthasar comme interpellation des nouveaux ministères féminins", à la fin de la rubrique 'Avant-propos' (Communication ACFAS 2011)
  • Gruden-Piper, «Questions brûlantes sur la différenciation sexuelle et les ministères dans l'Eglise» : Revue Réformée, janvier 1993 p. 18-19.
  • Roger Gryson, Le ministère des femmes dans l’Église ancienne, Gembloux, Duculot 1972
  • Roger Gryson, "L’Ordination des Diaconesses d’après les Constitutions Apostoliques", MSR 31 (1974) p. 41-45.
  • Janine Hourcade, La Femme dans l’Église. Étude anthropologique et théologique des ministères féminins, éd. Tequi, 1986
  • Jacques Joubert, "L’ordination des femmes et le dépôt de la foi. À propos d’une "réponse" de la Congrégation pour la doctrine de la foi", Revue de droit canonique, t. 46/1, 1996, p. 29-36.
  • Alfred Kuen, La femme dans l'Église, Éditions Emmaüs, St-Légier, 1994
  • Alfred Kuen, "Le ministère au féminin", Servir en l’attendant, no 2, Communautés et Assemblées Evangéliques de France, mars-avril 2002.
  • Ephrem Else Lau, « Religieuses et chrétiennes laïques comme collaboratrices dans Église », in Concilium, no 214 : cahier « Les femmes. Le travail et la pauvreté », 1987, p. 109-115
  • Hervé Legrand, "L'ordination des femmes au presbytérat", in LAURET Bernard et REFOULE François (éd.), Initiation à la pratique de la théologie. Tome III : Dogmatique 2, Paris, Cerf, 1993, p. 260-264.
  • Hervé Legrand, " Traditio perpetua servata ? La non-ordination des femmes : tradition ou simple fait historique ? ", in Rituels, Mélanges offerts au père Gy, Cerf, 1990
  • Claudette Marquet, Femme et homme il les créa…, éd. Les Bergers et les Mages, 1984
  • A.G. Martimort, Les Diaconesses. Essai historique, coll. "Bibliotheca Ephemerides liturgicae Subsidia" no 24, Rome, C.L.V., Edizioni Liturgiche, 1982.
  • F. McDonough, « Les femmes et le nouveau droit ecclésiastique », in Concilium, no 205 : « L'Église. Son droit, sa réalité », 1986, p. 99-108
  • Sylvie Paquette Lessard, «La figure de Phoébé (Rm 16,1-2): Un modèle pour repenser les ministères féminins aujourd’hui.», Scriptura Nouvelle Série 4/1 (2002) 78-100
  • Rosemary Radford Ruether, "Une Église de libération du patriarcat – la praxis des ministères parmi des disciples égaux", in WOW, Ottawa, juillet 2005 : deuxième conférence œcuménique internationale de WOW sur l'ordination des femmes
  • Rosemary Radford Ruether, « L'Église des femmes. Apparition de communautés liturgiques féministes », in Concilium, no 206 : "Religion populaire. Contexte culturel. Points de vue théologiques", 1986, p. 71-80.
  • Ida Raming, The exclusion of Women from Priesthood, Scarecrow Press, Metuchen N.Y. 1976 (original allemand 1973).
  • Ida Raming, "Naissance et développement du mouvement pour l’ordination des femmes dans l’Eglise catholique romaine d’Europe", Approches Féministes de l'Histoire et de la Religion, Angela Berlis & Charlotte Methuen (Eds.) (Annuaire de l'Association Européenne des Femmes pour recherche théologique, no 8), Leuven : Peeters 2000, p. 225-240.

. Jean Rigal, "L'Eglise à l'épreuve de ce temps", 2007, cerf

  • Élisabeth Shüssler Fiorenza, «Servir à table. Une réflexion de théologie critique féministe sur la diaconie », in Concilium, no 218 : cahier « La diaconie. Une Église pour les autres », 1988, p. 109-120.
  • Élisabeth Shüssler Fiorenza, "Nous sommes l’Église – une assemblée de prêtres", in WOW, Ottawa, juillet 2005 : deuxième conférence œcuménique internationale de WOW sur l'ordination des femmes
  • Élisabeth G. Sledziewski, "Ordinatio sacerdotalis : frileuse Pente­côte", Revue de droit canonique, t. 46/1, 1996, p. 21-27.
  • Suzanne Tunc, Brève histoire des femmes chrétiennes, éd. Cerf, 1989
  • Suzanne Tunc, Des femmes aussi suivaient Jésus. Essai d'interprétation de quelques versets des évangiles, éd. Desclée de Brouwer, 1998
  • Christiane Turmel, "Les femmes en situation de responsabilité dans l’Église catholique en France", Revue de droit canonique, t. 46/1, 1996, p. 53-58.
  • Pierre Vallin, « Le ministère des femmes dans l’Église », Études, décembre 1977, p. 685-689
  • Ad Van Den Helm, "La femme dans l’Église catholique : un statut mar­gi­na­lisant", Revue de droit canonique, t. 46/1, 1996, p. 37-52.
  • René Van Eyden, « La femme dans les fonctions liturgiques », in Concilium, no 72 : cahier « Le ministère dans les assemblées liturgiques », 1972, p. 63-76.
  • John Wijngaards, L'ordination des femmes dans l'Église catholique, éd. Association Chrétiens autrement, 2005
  • WOW, « Voici l’heure : Célébration de l’appel des femmes à un presbytérat renouvelé dans l’Église catholique – A Celebration of Womens’Call To A renewed Priesthood In The Catholic Church » – Première conférence internationale sur l’ordination des femmes, Dublin, Irlande, 29 juin- 1er juillet 2001.
  • WOW, Ottawa, juillet 2005 : deuxième conférence œcuménique internationale de WOW sur l'ordination des femmes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]