Orde Charles Wingate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orde Charles Wingate
Image illustrative de l'article Orde Charles Wingate

Naissance 26 février 1903
Naini Tal, Uttarakhand, Inde
Décès 24 mars 1944 (à 41 ans)
près de Bishnupur, Manipur, Inde
Origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Allégeance Flag of the United Kingdom.svg
Grade Major-General (Général de Division)
Années de service 19211944
Conflits Grande Révolte arabe de 1936-1939 en Palestine mandataire
Seconde Guerre mondiale
Campagne d'Afrique de l'Est
Campagne de Birmanie
Commandement Force Gidéon
Chindits
Distinctions DSO (13 sept. 1938)[1]
DSO (30 déc. 1941)[2]
DSO (5 août 1943)[3]
Citation (1 avril 1941) à l'ordre de l'armée[4]

Orde Charles Wingate (26 février 190324 mars 1944, DSO and 2 Bars - 1938, 1941, 1943) est un général de l'armée britannique.

Débuts dans l'armée[modifier | modifier le code]

Le capitaine Orde Charles Wingate (35 ans). « Jeune et brillant officier britannique au comportement excentrique (...) élevé dans une famille extrêmement puritaine avec une lecture littéraliste de la Bible et une angoisse permanente de son salut, [il] s'est converti immédiatement au sionisme »[réf. nécessaire].

Wingate est issu d’une famille militaire coloniale en Inde, il était sioniste, chrétien par conviction sous influence de sa mère, intellectuel par goût et excentrique anglais par tendance contre le formalisme rigoureux d’une société conformiste, surtout dans une famille de tradition militaire et protestante, gardienne de la loi et de l’ordre. En 1921, il intégra l'Académie militaire royale de Woolwich (Royal Military Academy, Woolwich). Nommé sous-lieutenant d'artillerie de forteresse le 23 août 1923, il commença à apprendre l’arabe pour, finalement, être affecté au Soudan par son cousin, Sir Reginald Wingate, Gouverneur général du Soudan.

Arrivé au Soudan, il s’est joint à la Force de défense du Soudan en 1928 pour patrouiller le long de la frontière abyssinienne et attraper des trafiquants d’esclaves et des braconniers d’ivoire. Là, il a changé les méthodes classiques de patrouille pour tendre des embuscades. À la fin de son service en 1933, il a mené une courte expédition infructueuse à la recherche de l'oasis perdue de Zerzura, dans le désert libyque, et il s’est marié en 1935, à 32 ans, avec Lorna Moncrieff qui avait 16 ans.

Affectation en Palestine[modifier | modifier le code]

En 1936, Wingate est affecté en Palestine sous mandat britannique à l’État-major comme officier de renseignement. Là, il voit la création de l’État juif comme un devoir religieux et l’accomplissement d’une prophétie biblique. Il fait alliance avec les meneurs politiques juifs lorsque commence la guérilla arabe par des attaques contre, à la fois, les fonctionnaires et les installations du mandat britannique et les communautés juives, connues sous le nom de « Grande Révolte arabe ».

Wingate s’engage politiquement auprès des dirigeants juifs et émet l’idée de former des commandos juifs conduits par des officiers britanniques ayant l’expérience et la formation militaires. Il soumet personnellement cette idée au général Archibald Wavell, commandant des forces britanniques en Palestine.

Avec l’accord de Wavell, Wingate convainc l’Agence juive et le commandement de la Haganah, le groupe armé juif d’autodéfense et le général Haining, le nouveau commandant britannique en Palestine, de permettre la création en juin 1938 des Special Night Squads (escadrons de nuit spéciaux). Formés de volontaires britanniques et juifs de la Haganah, ces escadrons tendent des embuscades contre les Arabes qui s'en prennent aux oléoducs de la British Petroleum et aux kibboutzim isolés.

Wingate entraîne et conduit ces patrouilles dans des opérations punitives contre les villages qui ont aidé ou hébergé des saboteurs. Ces méthodes sont sérieusement désapprouvées par les autorités britanniques et suscitent même la désapprobation de certains sionistes. Selon l'historien Tom Segev, Wingate a violé les droits civiques les plus élémentaires et certaines de ses actions peuvent être considérées comme une violations des conventions de la Seconde conférence de La Haye en 1907 sur le droit de la guerre.

Son engagement politique et militaire en faveur de la création d’un État juif est considéré par ses supérieurs hiérarchiques comme incompatible avec sa position d’officier des renseignements britannique dans ce pays et, en mai 1939, il est muté en Grande-Bretagne.

Ainsi, Wingate est devenu un héros des communautés juives de Palestine et apprécié de Moshe Dayan, entraîné par lui et qui a déclaré avoir tout appris de lui.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

On retrouve Wingate en janvier 1941 en Éthiopie. Sous les ordres du général Archibald Wavell, il va monter l'insurrection des Éthiopiens contre l'Italie et ramener l'empereur Hailé Sélassié à Addis-Abeba le 5 mai.

En 1942, Wavell, alors en poste en Inde, le fait demander pour des opérations de guérilla en Birmanie. La 77e brigade mobile indépendante, constituée de réservistes britanniques, de fusiliers birmans et de Gurkhas, deviendra, après un entraînement très dur, les Chindits. En février 1943, ils mènent une première opération derrière les lignes japonaises en Birmanie, qui est un échec particulièrement coûteux, mais dont l'aventure est saluée par la propagande. En mars 1944, ils effectuent une seconde campagne dans la région de Myitkyina afin de soutenir la progression des troupes chinoises du général Stilwell.

Le 24 mars 1944, promu général, il meurt dans un accident d'avion lors d'une inspection.

Les œuvres[modifier | modifier le code]

Wingate doit certainement sa notoriété au fait d'avoir organisé et mené au combat les Chindits. Ses idées, mises en œuvre par d'autres se révélèrent fécondes, qu'il s'agisse en Égypte des patrouilles de pénétration en profondeur qui ont donné naissance au Long Range Desert Group (LRDG), ou, plus généralement, sur les opérations spéciales, ont imprégné la création du Special Air Service (SAS).

Ses chindits seront à l'origine des Raiders scouts en France[réf. nécessaire].

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Biyi Bandele, La Drôle et Triste Histoire du soldat Banana, roman, éd. Grasset, 2009. En anglais : Burma boy (2007).
  • Théodore Monod, Zerzura, l'oasis légendaire du désert lybique", éd.Vents de sable,2000

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]