Orchestre national de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orchestre national de Lyon
Ville de résidence Lyon, Rhône
Drapeau de la France France
Années d'activité Depuis 1903
Type de formation Orchestre symphonique
Genre Musique symphonique
Style Répertoire classique
à contemporain
Direction Leonard Slatkin
Fondateur Georges Martin Witkowski
Structure de rattachement Auditorium Maurice-Ravel
Effectif 103 musiciens
Site internet Orchestre national de Lyon

L'Orchestre national de Lyon (ONL) est un orchestre symphonique français établi à Lyon.

Lyon est l'unique ville de province française à accueillir deux orchestres symphoniques. L'un, dont traite cet article, est chargé du répertoire symphonique, tandis que l'Orchestre de l'Opéra national de Lyon dirige la saison lyrique.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, Lyon ne possède pas d'orchestre symphonique permanent malgré quelques tentatives éphémères depuis 1860.

En 1903, Georges Martin Witkowski, avec l'appui de Charles Bordes fonde le Schola Cantorum de Lyon dont le premier concert, le 29 avril 1903, réunit 200 chanteurs. G.M. Witkowski dirigera la Schola jusqu'en 1923, puis cèdera cette fonction à son fils Jean jusqu'à la mort de ce dernier en 1953. Elle prendra alors le nom de Schola Witkowski.

Après avoir créé un chœur, G.M. Witkowski dépose en janvier 1905 son projet de fondation de la Société des grands concerts de Lyon qui deviendra le futur orchestre national. Il dirige le premier concert le 28 novembre 1905 avec au programme[1] la symphonie espagnole d'Édouard Lalo et le violoniste Eugène Ysaye en soliste.

Il ne restait plus qu'à construire une salle de concert. Ce sera chose faite le 8 novembre 1908 avec l'inauguration de la salle Rameau, équipée en arrière-scène d'une galerie pour chœur et d'un orgue construit par Charles Mutin.

En décembre 1938, la Société des Grands Concerts fusionne avec une autre société musicale le Trigintuor et prend le nom de Association philharmonique. À la mort de Georges Martin en 1943, son fils, Jean Witkowski lui succède à la tête de l'orchestre. En 1953, le décès de Jean met fin à 50 ans de direction de la dynastie Witkowski[2].

L'après Witkowski[modifier | modifier le code]

Robert Proton de la Chapelle (1894-1982) est musicien amateur. Il assure la direction artistique et fait appel systématiquement à des chefs invités[3]. Il crée en octobre la revue Résonances, organe de la connaissance des Arts et des Lettres à Lyon. En 1965, l'ORTF supprime l'orchestre de la Radio lyonnaise. Proton de la Chapelle convainc le maire Louis Pradel d'intégrer la plupart des musiciens à ce qui est devenu entre temps l'Orchestre de la Société Philharmonique de Lyon, faisant passer cette phalange de 49 à 76 musiciens[4].

En 1966 Marcel Landowski est nommé directeur au Ministère de la Culture d' André Malraux et lance son plan Musique. Les subventions sont débloquées et le 22 décembre 1968 l'orchestre prend une vocation régionale (Orchestre Philharmonique Rhône-Alpes) et passe à 95 musiciens. Louis Frémaux en devient le chef permanent. Cette vocation lui impose quelques représentations déconcentrées (Grenoble, Annecy, Bourg-en-Bresse…).

Serge Baudo lui succède et l'année suivante (1972) l'Orchestre obtient un statut national et devient l'Orchestre national de Lyon - ONL. C'est le début des grandes tournées à l'étranger (Europe, Chine, Corée, Amérique, et plus tard plusieurs tournées au Japon) et des premières productions discographiques de l'Orchestre. En 1979, Baudo fonde le festival Berlioz en associant sa formation à La Côte-Saint-André, ville natale du compositeur. En 1987, Emmanuel Krivine, déjà premier chef invité depuis 1983, lui succède. D'un caractère intransigeant, il obtiendra une réfection complète de l'auditorium Maurice-Ravel à l'acoustique très critiquée depuis sa mise en service[5].

En septembre 2000, l'américain David Robertson devient le premier chef permanent étranger. Il sera suivi par l'allemand Jun Märkl, et l'américain Leonard Slatkin. Depuis l'automne 2004, il existe un jumelage musical avec le Birmingham Symphony Orchestra et le Radio-Sinfonie-Orchester de Francfort[6].

Depuis 1975, l'orchestre s'est installé dans l'Auditorium Maurice-Ravel [7], construit dans le quartier de La Part-Dieu.

L'Orchestre national de Lyon est subventionné par la ville de Lyon, le Ministère de la Culture et le Conseil régional de Rhône-Alpes.

Direction musicale[modifier | modifier le code]

Compositeurs en résidence[modifier | modifier le code]

Michael Jarrell (1958-)
  • Résidence  : 1991-1993
  • Commandes de l'Orchestre national de Lyon :
    • Trois Études de Debussy (orchestrations), nos 1 et 2 : Étude pour les notes répétées et Étude pour les sonorités opposées - Création mondiale : Auditorium de Lyon, 26/03/1992, Orchestre national de Lyon, Muhai Tang (direction)
    • Des nuages et des brouillards - Création mondiale : Auditorium de Lyon, 22/10/1992, Orchestre national de Lyon, Emmanuel Krivine, (direction)
Pascal Dusapin (né en 1955)
  • Résidence  : 1993-1995
  • Commandes de l'Orchestre national de Lyon :
    • Extenso, pour orchestre - Création mondiale : Auditorium de Lyon, 13/10/1994, Orchestre national de Lyon, Emmanuel Krivine (direction)
    • Apex, pour orchestre - Création mondiale : Auditorium de Lyon, 12/01/1996, Orchestre national de Lyon, Emmanuel Krivine (direction)
Jean-Louis Florentz (1947-2004)
  • Résidence  : 1995-1997
  • Commandes de l'Orchestre national de Lyon :
    • Les Jardins d'Amènta, conte symphonique pour orchestre op. 13 - Création mondiale : Lyon, 29/05/1997, Orchestre national de Lyon, Emmanuel Krivine (direction)
    • L'Anneau de Salomon, danse symphonique pour orchestre op. 14 - Création mondiale : Paris, Théâtre des Champs-Élysées, 01/04/1999, Orchestre national de Lyon, Emmanuel Krivine (direction)
Philippe Hersant (né en 1948)
  • Résidence  : 1998-2000
  • Commandes de l'Orchestre national de Lyon :
Thierry Escaich (né en 1965)
  • Résidence  : 2007 - 2010
  • Commandes de l'Orchestre national de Lyon :
    • Les Nuits hallucinées, pour mezzo-soprano et orchestre - Création mondiale : Auditorium de Lyon, 24/06/2008, Nora Gubisch (mezzo-soprano), Orchestre national de Lyon, Jun Märkl (direction)
    • Ground III, pour quatre violoncelles - Création mondiale : Auditorium de Lyon, 14/12/2008, Heinrich Schiff, Nicolas Hartmann, Edouard Sapey-Triomphe, Philippe Silvestre de Sacy (violoncelle)
    • Erinnerung, pour orchestre à cordes, d'après le quatuor à cordes Après l'aurore - Création mondiale : Auditorium de Lyon, 11/06/2009, Orchestre national de Lyon, Josep Pons (direction)
Edith Canat de Chizy (née en 1950)
  • Résidence  : 2010-2011
  • Commandes de l'Orchestre national de Lyon :
    • Pierre d'éclair, pour orchestre symphonique - Création : Auditorium de Lyon, 31/03/2011, Orchestre National de Lyon, Ilan Volkov (direction)
Kaija Saariaho (née en 1952)
Bruno Mantovani (né en 1974)
  • Résidence : 2014-2015
  • Commande de l'Orchestre national de Lyon :
    • Concerto pour timbale - Création mondiale

Formations associées[modifier | modifier le code]

Ensemble de Cuivres et Percussions de l'Orchestre national de Lyon[modifier | modifier le code]

Créé en 1991 par Christian Delange, tuba solo de l’Orchestre national de Lyon, et onze «acolytes», l’Ensemble de cuivres et percussions a la particularité d’être né au sein d’un orchestre symphonique, ce qui resserre les liens musicaux et amicaux.

Peu de musiques originales ont été écrites pour ce type de formation. Pour sortir des sentiers battus, l’Ensemble n’hésite donc pas à transcrire, des sonneries de la Renaissance aux symphonies de Mahler, à puiser dans le jazz ou à passer des commandes de pièces nouvelles. L’Ensemble a ainsi à son actif plusieurs créations, parmi lesquelles Tohu-bohu d’intrus de Jean-Marc Singier, Phonies de George Barboteu, Les Héros de Kerry Turner.

Quant aux percussions, elles jouent un rôle clef et polymorphe au sein de l’Ensemble : des timbales baroques pour les pièces anciennes aux instruments du monde entier pour les œuvres contemporaines, elles sont de longue date associées aux cuivres.

L’Ensemble n’hésite pas non plus à aller à la rencontre d’autres musiciens tels que Michel Becquet ou Thierry Caens, ou d’autres formations incluant l’orgue ou les chœurs.

Orchestre des jeunes Rhône-Alpes[modifier | modifier le code]

En complicité avec les conservatoires de l'Arc-alpin, l'Orchestre des jeune offre la possibilité à plus de 80 jeunes musiciens de la région (de niveau fin de 3e cycle ou DEM) d'approfondir la pratique d'orchestre. Encadrés par les musiciens de l'Orchestre national de Lyon et le chef résident, Quentin Hindley, les jeunes musiciens travaillent un programme musical pendant une semaine. Ils partent ensuite en tournée régionale.

Discographie[modifier | modifier le code]

Quelques références de compositeurs[8]:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le programme comportait également l' Ouverture de Léonore de Ludwig van Beethoven, le Concerto pour violon en mi majeur de Johann Sebastian Bach, La Jeunesse d'Hercule de Camille Saint-Saëns, et l' Ouverture des Maîtres Chanteurs de Richard Wagner - Affiche originale de la salle des Folies-Bergère de Lyon
  2. Quelques rares chefs extérieurs ont pu diriger l'orchestre, et notamment Vincent d'Indy et Joseph-Guy Ropartz
  3. Parmi les plus assidus : Roberto Benzi, Louis Bertholon, André Cluytens, Jean Fournet, Louis Frémaux, Jacques Houtmann, Louis Martin, Jean Martinon, Paul Paray, Gianfranco Rivoli, Georges Tzipine.
  4. Article :De l'orchestre associatif à l'orchestre municipal par Régis Neyret, dans Centenaire de l'Orchestre de Lyon - l'Orchestre dans la cité
  5. Article: Les chefs d'orchestre de Philippe Andriot, dans Centenaire de l'orchestre de Lyon - l'Orchestre dans la cité
  6. Orchestre national de Lyon
  7. Inaugurée le 14 février 1975, la salle comporte 2 090 places - http://www.evene.fr/culture/lieux/auditorium-orchestre-national-de-lyon-2592.php
  8. « Discographie de l'Orchestre », sur http://www.auditorium-lyon.com

Liens externes[modifier | modifier le code]