Optat de Milève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Optat.


Optat, évêque de Milève (Optatus episcopus Mileuitanus), est l'auteur du traité contre les donatistes rédigé sous le règne de Valens et de Valentinien (vers 364-367). Le nom d'Optat fut inscrit au martyrologe romain lors de la révision effectuée sous Grégoire XIII : Martyrologium romanum, ad diem IV Junii (4 juin) : "Mileui in Numidia sancti Optati episcopi doctrina et sanctitate conspicui".

Biographie[modifier | modifier le code]

On ne sait à peu près rien de lui. Vers 397, Augustin cite Optat aux côtés d'hommes disparus depuis longtemps. Cet évêque "de vénérable mémoire" apparaît comme l'égal d'Ambroise de Milan.

Optat († avant 397) fut élevé au siège épiscopal de Milève c'est-à-dire Mila (Algérie), ville de Numidie, où se tinrent en 402 et en 416 deux conciles célèbres dans l'histoire de l'Église, In secretario basilicæ. En 411 à la Conférence de Carthage, on reprocha aux donatistes d'avoir détruit quatre basiliques catholiques en un seul lieu[1], et il semble bien qu'il s'agisse de la ville de Milève : évêque de Milève, Optat avait beaucoup de choses à leur reprocher.

Il ne reste de ses œuvres que l'ouvrage destiné à défendre l'Église catholique vis-à-vis du schisme donatiste, que le Traité contre les donatistes, Contre Parménien. Parménien, évêque donatiste de Carthage, ayant publié l'exposé apologétique des doctrines de son prédécesseur Donat, fut réfuté par saint Optat de Milève, dans cet ouvrage divisé en sept livres. Les six premiers furent composés vers 364-367 sous le pontificat de saint Damase ; le septième livre ne fut écrit que vingt ans plus tard, sous le pontificat du Pape saint Sirice, sous Théodose.

Article détaillé : Traité contre les donatistes.

Il convient d'y ajouter les sermons attribuables à Optat : Sermon pour la fête de Noël, PLS 1, 288-294; Sermon de Pâques, PLS 1, 295-296. Cf. "Optat de Milève", Dictionnaire de spiritualité, 11 (1982) col. 824-830.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Gsell, Les monuments antiques de l'Algérie, p. 231.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Audio[modifier | modifier le code]

Photographies[modifier | modifier le code]