Oppens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oppens
Blason de Oppens
Héraldique
Vue de l'école et du village d'Oppens
Vue de l'école et du village d'Oppens
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Gros-de-Vaud
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
La Tuilière
Communes limitrophes :
Orzens, Bioley-Magnoux, Ogens, Bercher, Rueyres, Pailly
Syndic Pascal Pitton
Code postal 1047
N° OFS 5923
Démographie
Population 189 hab. (31 décembre 2011)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 42′ 50″ N 6° 41′ 30″ E / 46.713893, 6.69167 ()46° 42′ 50″ Nord 6° 41′ 30″ Est / 46.713893, 6.69167 ()  
Altitude 555 m
Superficie 359 ha = 3,59 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Oppens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Oppens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Oppens
Sources
Référence population suisse[1].
Référence superficie suisse[2]

Oppens est une commune suisse du canton de Vaud située dans le district du Gros-de-Vaud. Citée dès 1160, elle fait partie du district d'Yverdon entre 1798 et 2007. La commune est peuplée de 189 habitants en 2011. Son territoire, d'une surface de 363 hectares, se situe entre l'Orbe et la Broye, au bord de la Mentue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Oppens est connu en 1160 sous le nom d'Opens. On y trouve des vestiges de murs de l'époque romaine. Le village fait partie de la seigneurie de Bioley-Magnoux au Moyen Âge. Il fait partie du bailliage d'Yverdon à l'époque bernoise, de 1536 à 1798, puis du district d'Yverdon dès la révolution vaudoise, de 1798 à 2007, et du district du Gros-de-Vaud depuis 2008. Une chapelle dédiée à Saint Fabien et à Saint Sébastien est construite en 1473. Une tuilerie est exploitée entre 1717 et 1898 et la société de laiterie est fondée en 1883[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Oppens

Les armes de la commune d'Oppens se blasonnent ainsi :
De sinople à trois fasces ondées d'argent, au chef du même chargé d'une lettre O gothique d'or[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

La surface totale de la commune de Oppens représente 363 hectares qui se décomposent en : 22 ha de surfaces d'habitat et d'infrastructure, 235 ha de surfaces agricoles, 103 ha de surfaces boisées et enfin 3 ha de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2005, les aires industrielles et artisanales représentent moins de 1 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 2,75 %, les routes et infrastructures de transport 2,48 %, les zones agricoles 56,20 % et les zones arboricoles et viticoles 1 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district d'Yverdon. Depuis le 1er janvier 2008, elle fait partie du nouveau district du Gros-de-Vaud. Elle a des frontières communes avec Orzens, Bioley-Magnoux, Ogens, Bercher, Rueyres et Pailly.

Le territoire communal se trouve dans la région montagneuse située entre l'Orbe et la Broye. La partie de la commune à l'ouest du village d'Oppens est en pente pour rejoindre le Sauternu qui marque la limite de la commune, tout comme la vallée de la Greyle au nord. C'est sur cette pente que se trouve, à 665 mètres d'altitude, le point culminant de la commune. La partie orientale du territoire s'étend sur le large plateau de la Tuilière d'Oppens qui est bordé à l'ouest par le Foirause, affulant du Sauteru et à l'est par la Mentue.

Outre le village de Oppens, la commune compte également le hameau de la Tuilière d'Oppens, situé sur le plateau homonyme en face du village ainsi que plusieurs exploitations agricoles isolées.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Oppens possède 189 habitants en 2011[1].. Sa densité de population atteint 52,6 hab./km².

En 2000, la population d'Oppens est composée de 87 hommes (51,2 %) et 83 femmes (48,8 %). Il y a 144 personnes suisses (84,7 %) et 26 personnes étrangères (15,3 %). La langue la plus parlée est le français, avec 146 personnes (85,9 %). La deuxième langue est le portugais (17 ou 10 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante est la plus importante avec 107 personnes (62,9 %), suivie des catholiques (47 ou 27,6 %). 14 personnes (8,2 %) n'ont aucune appartenance religieuse[5].

La population d'Oppens est de 268 personnes en 1850, puis de 231 personnes dix ans plus tard et 264 personnes vingt ans plus tard. Le nombre d'habitants est ensuite stable jusqu'en 1910, puis baisse progressivement jusqu'à 120 en 1970. Il remonte depuis et atteint 170 en 2000. Le graphique suivant résume l'évolution de la population d'Oppens entre 1850 et 2010[6] :

Politique[modifier | modifier le code]

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 28,23 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti socialiste suisse avec 19,40 % des suffrages et le Parti libéral-radical avec 15,67 %[7].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour le Parti libéral-radical à 29,36 %, l'Union démocratique du centre à 20,22 %, l'Alliance du centre à 18,28 %, les Verts à 16,90 % et le Parti socialiste à 15,24 %[8].

Sur le plan communal, Oppens est dirigé par une municipalité formée de 5 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil général dirigé par un président et secondé par un secrétaire pour le législatif[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle, l'économie locale était principalement tournée vers l'agriculture qui représente encore une part importante des emplois locaux aujourd'hui. La commune compte également plusieurs petites entreprises locales, en particulier une entreprise de travail des métaux. Dans le passé le Sauteru a été utilisé pour allimenter par un moulin et une scierie, alors que la Tuilière d'Oppens a accueilli une briqueterie jusqu'au XIXe siècle.

Ces dernières décennies, le village s'est développé avec la création de zones résidentielles, habitées par des personnes travaillant principalement dans la région d'Yverdon-les-Bains.

Transports[modifier | modifier le code]

Au niveau des transports en commun, Oppens fait partie de la communauté tarifaire vaudoise Mobilis. Les bus de CarPostal reliant Yverdon-les-Bains à Bercher par Gossens et Ursins s'arrêtent dans le village[10]. Le bus, aussi de CarPostal, faisant le parcours Thierrens-Bercher-Bioley-Magnoux-Donneloye s'arrête au hameau La Tuilière[11]. La commune est également desservie par les bus sur appel Publicar, qui sont également un service de CarPostal[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2011 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 28 septembre 2012)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Philippe Heubi, « Oppens », Dictionnaire historique de la Suisse,‎ 2 décembre 2010 (consulté le 15 octobre 2012)
  4. « Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) » (consulté le 13 octobre 2012)
  5. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse (consulté le 8 octobre 2012)
  6. « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1er octobre 2012)
  7. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  8. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  9. « Oppens », sur communal.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  10. « Yverdon les Bains-Gossens-Bercher et Yverdon-les-Bains-Ursins-Bercher », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 8 octobre 2012)
  11. « Thierrens-Bercher-Bioley-Magnoux-Donneloye », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 8 octobre 2012)
  12. « PubliCar Yverdon (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 8 octobre 2012)

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :