Opera semiseria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’opera semiseria est un genre d’opéra se situant entre l’opera seria et l’opera buffa. Deux des exemples les plus célèbres sont La Sonnambula de Vincenzo Bellini et La gazza ladra de Gioachino Rossini.

L’opera semiseria naît en Italie dans les dernières années du XVIIIe siècle en s’inspirant de l’opéra à sauvetage qui se développe à partir de la Révolution française. Ce genre présente les mésaventures d’un jeune couple de condition modeste qui, opposé généralement à un ou plusieurs aristocrates, réussit à surmonter toutes les difficultés. L’intrigue connaît un heureux dénouement.

Le succès de ce genre dans la première moitié du XIXe siècle va au-delà du nombre d’opéras intitulés « semiseria ». En fait les opéras serias sont de plus en nombreux à incorporer des éléments comiques, tandis que l’opéra buffa se rapproche du pathétique. Ce phénomène est particulièrement visible dans quelques œuvres de Giuseppe Verdi, notamment Rigoletto en 1851 et Un ballo in maschera en 1859 qui ont les caractéristiques de l’opera semiseria, mais avec un final tragique.

Principaux opéras sémiserias[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

Stendhal : « les sots ont du goût pour l’opéra semi-seria ; ils comprennent le malheur et non le comique » in Rome, Naples et Florence.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Julian Budden, Opera semiseria in New Grove Dictionary of Opera, Stanley Sadie, Londres, 1992 - (ISBN 0-333-73432-7)