OpenLook

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

OpenLook (plus correctement OpenWindows, OpenLook étant la définition de l'interface, et OpenWindows l'implémentation) était un environnement graphique basé sur la bibliothèque XView, commercialisé fin 1988 par Sun Microsystems et AT&T pour être utilisé avec X Window System sur SunOS et Unix System V Révision 4.0. Utilisant des technologies licenciées par Xerox, il reprenait des aspects de l'environnement à fenêtres SunView. Le code source de XView était disponible gratuitement, ce qui en a fait une des premières bibliothèques graphiques Open Source sur Unix. La biliothèque Motif de l'Open Software Foundation était alors sa principale concurrente. En 1993, Sun et AT&T ont rejoint HP et IBM pour créer CDE basé sur Motif, abandonnant alors OpenLook et Xview. Certains outils développés à l'origine pour OpenLook comme le Calendar Manager ou le protocole ToolTalk ont alors été repris dans CDE.

Disponibilité[modifier | modifier le code]

OpenLook était disponible avec les premières versions de Slackware Linux, mais a été retiré de Slackware à partir de la version 8.1 de 2002. Sur Solaris, OpenLook était disponible avec CDE jusqu'à la version 9. Ensuite, seules les bibliothèques XView étaient fournies pour permettre la compatibilité avec les anciens programmes. Les sources d'OpenLook/Xview (version 3.2) étaient encore disponible en 2014 sur le serveur physionet.org et sur Sourceforge. Certaines distributions Linux ont appliqué des correctifs à ces sources qui permettent de les utiliser sur un système Unix moderne. Depuis 2013, Tomasz Konojacki développe une version de XView compatible avec Linux, FreeBSD, OpenBSD, NetBSD et Solaris pour les processeurs Intel 32bits.

Utilisation sur un Unix moderne[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de version 64 bits de XView, et depuis la version 10.6 X.Org est partiellement incompatible avec XView 3.2. En particulier, cliquer dans une fenêtre XView peut geler complètement le serveur X. Pour éviter ce problème, toutes les applications XView doivent être lancées avec l'option -Wfsdb. D'autre part, une correction maladroite qui donne la valeur :0.0.0 au lieu de :0.0 à la variable d'environnement DISPLAY passée aux applications a été appliqué à olwm et olvwm par Debian à partir de la version 3.2p1-26. À cause de cette maladresse, il est impossible de lancer des applications à partir d'olwm ou olvwm. À partir de la version 3.2p4 de Tomasz Konojacki, il existe une option de compilation qui permet d'éviter de geler le serveur X même quand l'option -Wfsdb n'est pas utilisée, et la modification fautive de Debian a été éliminée.

Description succincte[modifier | modifier le code]

OpenLook comprenait les programmes suivants:

  • olvm gestionnaire de fenêtres compatible ICCCM.
  • olvwm gestionnaire de fenêtres compatible ICCCM avec bureaux virtuels.
  • textedit éditeur de texte
  • shelltool et cmdtool: émulateurs de terminaux
  • mailtool outil de messagerie électronique
  • calentool agenda électronique
  • clock horloge

Les programmes et les bibliothèques Xview se trouvaient dans le répertoire /usr/openwin.

D'autres programmes étaient disponibles sous forme de sources comme Workman (pour écouter des CD-Audios) ou XVgr (devenu XMgr) pour tracer des courbes. Le site Web sur Openlook à l'École Polytechnique de Montréal contient de nombreuses copies d'écran de ces programmes. D'autres copies d'écran d'olvwm sont visibles sur Xwinman.org.

Quelques aspects intéressants d'olwm/olvwm étaient la possibilité de punaiser les menus du gestionnaire de fenêtres sur l'écran (visible dans la vidéo de Computer Chronicles), ainsi que la possibilité de former un menu en donnant simplement un répertoire contenant des exécutables. Cette dernière possibilité n'a plus d'intérêt actuellement sous Linux puisque les exécutables dépendant ou non de X-Window System se trouvent tous sous /usr/bin, mais au début des années 1990 la convention sous Unix était de placer les exécutables dépendant de X-Window System dans un répertoire séparé /usr/X11R6/bin ou /usr/openwin/bin. Les nouveaux programmes étaient alors immédiatement accessibles aux utilisateurs sans qu'il soit nécessaire de mettre à jour les fichiers de configuration .openwin-menu d'olwm/olvwm.

Références[modifier | modifier le code]