OpenIndiana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
OpenIndiana
Logo
Image illustrative de l'article OpenIndiana

Famille Systèmes Unix, System V Release 4 (SVR4)
Type de noyau Monolithique
État du projet en développement
Plates-formes SPARC
x86
x64
Licence CDDL, BSD, MIT
États des sources Open source
Méthode de mise à jour Image Packaging System (en)
Gestionnaire de paquets Package Manager, pkg
Site web www.openindiana.org

Le projet OpenIndiana se propose de poursuivre le développement et la distribution d'OpenSolaris[1]. Il s'inscrit dans le cadre de la fondation Illumos[2].

Le projet a été conçu dans le contexte d'incertitude créé par le rachat de Sun Microsystems par Oracle dans le but de préserver les travaux réalisés dans le cadre d'OpenSolaris. L'entreprise Oracle Corporation a fait connaître courant août 2010, dans un courrier interne[3], la politique qu'elle entendait suivre pour OpenSolaris. Les orientations ainsi prises ont conduit de facto à un arrêt du projet OpenSolaris et le projet OpenIndiana a ainsi pris tout son sens.

L'annonce du projet OpenIndiana date du 14 septembre 2010[4]. La première version de la distribution, de caractère expérimental, a été publiée à cette même date.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le projet se propose de poursuivre les objectifs initiaux du projet OpenSolaris, dans une logique d'Open Source, tout en bénéficiant par ailleurs des travaux réalisés par la fondation Illumos (poursuite du développement du système d'exploitation dit OS/Net). OpenIndiana deviendra ainsi une distribution construite sur le noyau Illumos. OpenIndiana utilisera par ailleurs le système de gestion de paquetages IPS réalisé dans le cadre du projet initial OpenSolaris.

Le projet cherche à réaliser une distribution (système d'exploitation et environnement complet), reposant sur un système Unix de la famille System V, compatible avec les produits Oracle Solaris 11 et Solaris 11 Express. Cette distribution sera stabilisée pour pouvoir être utilisée en production et constituer ainsi une alternative Open Source à Solaris, assurant la diffusion de versions et de mises à jour de sécurité et de correction d'anomalies.

Le code de base OpenIndiana repose dans l'immédiat essentiellement sur le code fourni par OpenSolaris. Il s'en distinguera progressivement en incorporant tout à la fois le code issu du projet Illumos et les diverses contributions Open Source.

OpenIndiana se présente comme une distribution destinée à un usage en poste de travail (desktop) et / ou en serveur. Les caractéristiques majeures d'OpenSolaris seront reprises pour permettre la mise en œuvre de serveurs d'entreprise (système de fichiers ZFS, DTrace, gestion de réseaux par Crossbow, gestion des services par SMF, gestion des fautes par FMA, COMSTAR iSCSI framework, etc...). OpenIndiana veillera en particulier à faciliter la configuration de serveurs (par exemple, en proposant une installation minimale en serveur lors de l'installation).

Structure du projet[modifier | modifier le code]

Le projet OpenIndiana repose sur un développement communautaire. Il fait partie de la fondation Illumos. L'organisation[5] comprend les chantiers suivants, assurant la consolidation des réalisations pour permettre leur intégration dans une version de la distribution :

Une organisation centrale assure les missions suivantes :

  • ingenierie des versions (releases) : intégration des développements réalisés et assemblés dans les différents chantiers, constitution des versions (sélection des paquetages ; mise à jour des dépôts), édition des images ISO ;
  • sécurité : suivi des questions de sécurité relevant des chantiers, suivi des corrections ;
  • Webmasters ;
  • identité graphique.

Déroulement du projet[modifier | modifier le code]

La roadmap du projet se réfère à un (en) « schéma d'ensemble ».

Les premières versions de la distribution s'appuient sur la mise à jour de la dernière version expérimentale d'OpenSolaris (svn_134) qui devait initialement fournir la base de la version stable OpenSolaris attendue en juin 2010, complétée des mises à jour du noyau réalisées avant la décision de la société Oracle de cesser de diffuser les mises à jour. Elles peuvent être installées soient directement à partir d'images ISO à télécharger soit depuis une mise à jour d'une installation OpenSolaris.

Les versions ultérieures s'appuieront progressivement sur les réalisations de la fondation Illumos et notamment sur les versions du système d'exploitation OS/Net.

Contributions[modifier | modifier le code]

La société EveryCity Managed Hosting fournit les serveurs et assure leur hébergement.

Versions disponibles[modifier | modifier le code]

OpenIndiana oi_147[modifier | modifier le code]

La première version disponible, de caractère expérimental, est la version (en) « version OpenIndiana oi_147 »,‎ 10 septembre 2010.

Elle reprend les caractéristiques majeures d'OpenSolaris et intègre des apports structurants de Solaris 10. Elle propose aussi les versions les plus récentes des principaux logiciels des environnements utilisateurs.

Pour les utilisateurs :

  • environnement de bureau GNOME 2.30.2 ;
  • versions actualisées des principaux logiciels de l'environnement utilisateur: Firefox 3.6.8, Thunderbird 3.1.1, Pidgin 2.7.2, OpenOffice 3.2.1 ;
  • Xorg 7.5 et Xserver 1.7.7 update ;
  • suppport des drivers Nvidia 256.53 ;
  • amélioration du gestionnaire de paquetages IPS (Image Packaging System) ;
  • CUPS 1.4.2 ;
  • Samba 3.5.4 ;
  • Visual Panels pour simplifier la configuration système ;
  • nouveau système de gestion du son (Boomer audio subsystem) pour faciliter le support des périphériques et tirer directement profit des développements récents des distributions Linux et FreeBSD (support de l'Open Sound System API). OpenIndiana peut ainsi intégrer des applications multimedia nouvelles et de nouveaux drivers audio récents (chipsets Via 82C686, Creative Audigy LS, Creative SBP16X, ESS Technology Solo-1 AudioDrive PCI, et Creative EMU10K) ;
  • amélioration du support matériel (ordinateurs portables et stations de travail) avec intégration dans le système Solaris Fault Management (FMA) pour la supervision du matériel et la détection des pannes ;
  • extension du support des cartes graphiques, réseaux et interfaces Wi-Fi ;

Pour les administrateurs:

  • Solaris 10 Containers (compris dans Solaris 10 09/10) ;
  • Triple-Parity RAID avec ZFS [6] ;
  • amélioration de ZFS (notamment la possibilité d'éclater des zones existantes zpool, des mécanismes de déduplication pour optimiser la gestion des espaces de stockage, la gestion de quotas pour des groupes et/ou des utilisateurs) ;
  • amélioration des mécanismes dits Automated Install pour les architectures x86 et SPARC (il n'est plus nécessaire de mettre en place un serveur AI) ;
  • installations possibles sur des partitions étendues et des périphériques iSCSI ;
  • mise en œuvre de mécanismes de partage de charges (OpenIndiana peut être utilisé comme L3/L4 load balancer) ;
  • Link protection (pour les environnements virtualisés) ;
  • nouveaux mécanismes de Bridging et Tunneling ;
  • extension de COMSTAR à de nouveaux protocoles ;
  • amélioration du support de VirtualBox.

Pour les développeurs:

  • amélioration de la compatibilité avec Linux/BSD ;
  • grande variété des shells disponibles ;
  • Oracle Solaris Studio 12.2 (reposant sur NetBeans 6.9.1) ;
  • GNU Compiler Collection (GCC) en version 4.3.3 ;
  • GNU Project debugger (GDB) ;
  • GlassFish 3.0.1 Application Server.

OpenIndiana oi_148[modifier | modifier le code]

La seconde version, toujours de caractère expérimental, est la (en) « version OpenIndiana oi_148 »,‎ 17 décembre 2010.

Elle corrige des anomalies et apporte des correctifs de sécurité en réalisant les premières intégrations des développements du projet illumos.

Elle inclut les pilotes nvidia en version 256.44 et ajoute des paquetages PostgreSQL.

La (en) « note de version »,‎ 17 décembre 2010, précise les améliorations apportées.

OpenIndiana oi_151a[modifier | modifier le code]

Un an après la première version expérimentale, une version stable est publiée: (en) « la version OpenIndiana oi_151a »,‎ 14 septembre 2011.

Elle s'enrichit des développements réalisés par la fondation illumos, selon deux versions (serveurs ou poste de travail -en environnement Gnome) et deux types architecture (32 ou 64 bits x86).

Elle reprend les éléments majeurs des versions expérimentales:

  • ZFS – système de gestion de fichiers,
  • Zones – une forme de virtualisation dans l'environnement Solaris, "permettant de disposer de plusieurs instances système indépendantes, isolées entre elles, mais partageant le même noyau, et... de répartir les ressources (Interfaces réseaux, devices, mémoire, processeurs,...",
  • SMF – Service Management Facility, gestion des services,
  • IPS – gestionnaire de paquetages,
  • FMA – Fault Management Architecture,
  • COMSTAR –système support iSCSI/iSER/FC/FCOE,
  • Crossbow – virtualisation des ressources réseaux,
  • DTrace – environnement intégré de sondes, outils de diagnostic et de mise au point,
  • Boot Environments – mécanismes de mise à jour et de retour arrière du système d'exploitation exploitant les capacités de ZFS,
  • Role Based Access ControlRBAC – gestion avancée des droits pour les utilisateurs et les process,
  • IP Multipathing – IPMP gestion de la disponibilité des réseaux et de la bande passante
  • Integrated L3/L4 kernel mode Load Balancer
  • Integrated VRRP IP failover facility

Elle intègre quelques nouveautés importantes au premier rang desquelles la virtualisation KVM (Kernel Virtual Machine) et les paquetages QEMU. Le portage KVM comprend les extensions pour Intel VT.

Des dépôts de paquetages IPS apportent des logiciels complémentaires pour l'exploitation en serveurs (Apache, BIND, Drupal, MySQL, PostgreSQL, Perl, PhP, Python, Samba, ...) ou poste de travail (Blender, Mplayer, Scribus, Wine, VLC, Firefox, Flash,Thunderbird, OpenOffice), avec possibilité de choix entre l'environnement Gnome 2.32), XFCE desktop environment (4.8.3) et KDE (4.6.1).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]