Ontario Lacus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ontario (homonymie).
Ontario Lacus

Ontario Lacus (en noir) et le pôle sud (croix rouge) de Titan vus par Cassini ; les nuages (taches claires) circulentdans le sens des aiguilles d'une montre.
Ontario Lacus (en noir) et le pôle sud (croix rouge) de Titan vus par Cassini ; les nuages (taches claires) circulent
dans le sens des aiguilles d'une montre.

Géographie et géologie
Coordonnées 72° S • 183° W [1]
Type de formation Lacus
Nature géologique Lac de CH4 et de C2H6 ?
Diamètre 235 km
Éponyme Lac Ontario
Localisation sur Titan

(Voir situation sur carte : Titan)

Ontario Lacus

Ontario Lacus (en français le lac Ontario, d'après son homonyme terrestre) est un lac d'hydrocarbures légers et d'azote liquide d'une température ne dépassant pas 85 K (soit de l'ordre de -190 °C) sous une pression d'environ 147 kPa (1,45 atm) situé sur le satellite Titan de la planète Saturne par 72° S et 183° W. Long d'environ 235 km, sa superficie est de l'ordre de 20 000 km2, comparable à celle du lac Ontario, auquel il ressemble également par la forme, d'où son nom.

Géographie[modifier | modifier le code]

Image radar d'Ontario Lacus prise par la sonde Cassini le 12 janvier 2010.

Ontario Lacus mesure environ 230 km pour 50 à 100 km de large, sur une superficie totale de 15 000 à 20 000 km2.

Les images radar détaillées prises par la sonde Cassini le 12 janvier 2010 indiquent que la côte nord du lac possède des collines, d'environ 1 km d'altitude, et des vallées fluviales inondées. Une côte douce et sculptée par les vagues est visible sur sa partie nord-est. La partie sud-est du lac présente une baie arrondie.

Le centre de la côte occidentale présente le premier delta clairement observé sur Titan, indiquant que les hydrocarbures liquides descendant de la plaine ont modifié leur cours en formant au moins deux lobes[2].

Découverte[modifier | modifier le code]

L'imagerie radar à synthèse d'ouverture (SAR) de la sonde Cassini a permis d'identifier en été 2005 près du pôle sud de Titan la première surface plane – en l'occurrence, Ontario Lacus – interprétée comme celle d'une étendue liquide de méthane CH4 et d'éthane C2H6, des alcanes légers[3]. Le spectromètre cartographe infrarouge et visible (VIMS) de Cassini a permis par la suite de préciser la nature de cette surface et d'établir qu'il s'agit bien de méthane liquide mélangé à de l'éthane et d'autres hydrocarbures légers, ainsi qu'à de l'azote liquide[4].

Paradoxalement, alors que le premier d'entre eux a été repéré près du pôle sud, la plupart des lacs identifiés depuis à la surface de Titan sont situés près du pôle nord de l'astre[5], où ils ne seraient peut-être pas permanents mais migreraient d'un pôle à l'autre au gré des saisons, voire en un cycle de 45 000 ans[6]. Le plus grand lac actuellement identifié sur Titan est Kraken Mare.

Titan est, à ce jour, le seul endroit en dehors de la Terre où du liquide a été formellement caractérisé en surface.

Des comparaisons de photographies prises par la sonde Cassini ont indiqué que le niveau d'Ontario Lacus avait baissé de plus de 4 m, conduisant sa côte à reculer de près de 10 km par endroit[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) USGS Gazetteer of Planetary Nomenclature – Feature Information: Titan « Ontario Lacus. »
  2. « PIA13172: Footprint of Ontario Lacus », NASA/JPL,‎ 15 juillet 2010
  3. (en) ESA Cassini-Huygens News – 29 juin 2005 « Hydrocarbon lake on Titan?. »
  4. (en) R. H. Brown, L. A. Soderblom, J. M. Soderblom, R. N. Clark, R. Jaumann, J. W. Barnes, C. Sotin, B. Buratti, K. H. Baines et P. D. Nicholson, « The identification of liquid ethane in Titan's Ontario Lacus », Nature, vol. 454,‎ 31 juillet 2008, p. 607-610 (ISSN 0028-0836, lire en ligne)
    DOI:10.1038/nature07100
  5. (en) ScienceDaily – 30 novembre 2009 « Scientists Explain Puzzling Lake Asymmetry on Saturn's Moon Titan. »
  6. (en) O. Aharonson, A. G. Hayes, J. I. Lunine, R. D. Lorenz, M. D. Allison et C. Elachi, « An asymmetric distribution of lakes on Titan as a possible consequence of orbital forcing », Nature Geoscience, vol. 2,‎ 29 novembre 2009, p. 851-854 (ISSN 1752-0894, lire en ligne)
    DOI:doi:10.1038/ngeo698
  7. (en) « Hints of Earth Splash a Saturnian Moon Landscape », The New York Times,‎ 26 juillet 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]