Onmyōdō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abe no Seimei, un onmyōji célèbre

L'onmyōdō (陰陽道?, ou encore On'yōdō) est une cosmologie ésotérique traditionnelle japonaise, qui mélange les sciences naturelles et l'occultisme. Elle est basée sur les philosophies chinoises des cinq éléments (Wu Xing) et du yin et yang, introduites au Japon au tournant du VIe siècle. Elle est acceptée comme un système pratique de divination. Ces pratiques ont de plus évolué, étant influencée par le taoïsme, le bouddhisme et le shintoïsme, pour devenir le onmyōdō contemporain vers la fin du VIIe siècle.

Au milieu du XIXe siècle, le onmyōdō est déclaré superstition et interdit. Jusqu'à cette interdiction, il était sous le contrôle du gouvernement impérial, puis de ses courtisans, la famille Tsuchimikado. L'interdit est levé depuis 2006 et l'étude du onmyōdō est de nouveau permise. Un professionnel du onmyōdō se nomme un onmyōji (陰陽師?).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les philosophies chinoises des cinq éléments (Wu Xing) et du yin et yang, sont introduites au Japon au tournant du VIe siècle.

Aux VIIe siècle et VIIIe siècle, le système de lois ritsuryō est instauré. Les techniques du yin et yang sont mises sous l'autorité du Bureau du Onmyō (陰陽寮, Onmyō-ryō?) dans le département de Nakatsukasa (中務省, Nakatsukasa-shō?) de la bureaucratie impériale.

Onmyōji[modifier | modifier le code]

L'onmyōji (陰陽師?) (aussi appelé in'yōji), était une des classifications de fonctionnaires appartenant au Bureau d' onmyō dans le système ritsuryo du Japon ancien. Les personnes avec ce titre étaient des pratiquants professionnels d' onmyōdō.

Les onmyōji étaient des spécialistes en magie et en divination. Leurs responsabilités à la cour étaient variées : elles incluaient des tâches concernant le suivi du calendrier et des devoirs mystiques comme la divination et la protection de la capitale contre les mauvais esprits. Ils pouvaient prédire les influences favorables ou néfastes dans la terre et ils ont joué un rôle déterminant dans le déplacement de la capitale. Il est dit qu'un onmyōji pouvait aussi convoquer et contrôler des shikigami.

Kamo no Yasunori et Abe no Seimei furent deux onmyōji célèbres, Après la mort de Seimei, l’empereur fit ériger un mausolée à sa maison de Kyōto.

L’onmyōji avait de l'influence politique pendant la période Heian, mais plus tard, lorsque la cour impériale déclina, leur support de l'état fut complètement perdu. Aujourd’hui au Japon, on définit les onmyōji comme un type de prêtre shinto et bien qu'il y en ait beaucoup qui se réclament médiums et spiritualistes, l' onmyōji continue à porter la marque d’une figure de l’occultisme.

Bibliographie[modifier | modifier le code]