Oniades

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Oniades sont une famille dont les membres ont occupé la fonction de Grand Prêtre du Temple de Jérusalem pendant l'époque hellénistique, du IVe siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C.. Elle se rattache au Grand Prêtre Yaddua ben Yohanan qui officia sous Alexandre le Grand. Il est le dernier Grand Prêtre mentionné dans la Bible hébraïque. Les Oniades sont les derniers grands prêtres légitimes car étant de lignée sadocide, c'est-à-dire descendants de Sadoq, Grand Prêtre à l'époque du roi Salomon.

« Onias » est un nom grec correspondant à l’hébreu « Honyahu ».

La famille des Oniades compte :

Contrairement à ce que dit Josèphe, Ménélas, qui a remplacé Jason comme grand prêtre, ne semble pas relever de cette famille. Les prêtres qui officiaient dans le Temple de Jérusalem étaient en effet divisés en 24 classes sacerdotales. Ménélas et ses frères, Simon et Lysimaque, appartenaient à une famille issue de la quinzième classe sacerdotale, celle de de Bilga. Les Oniades relevaient quant à eux de la deuxième classe sacerdotale, celle de Yédaya.

Tobiah
 
 
 
 
 
Eliashiv
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Yoyada
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Yohanan
 
Yoshoua
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Yaddua
 
Manassé
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Onias I
 
Eléazar
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Simon I (?)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tobiah
 
?
 
Onias II
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Joseph
 
 
 
Simon (II?)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hyrcan
 
 
 
Onias III
 
Jason
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Onias IV
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Helqiah
 
Hananiah

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Cet article comprend du texte provenant de la Jewish Encyclopedia de 1901–1906, article « ONIAS » par Richard Gottheil et Samuel Krauss, une publication tombée dans le domaine public.