Oneille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Représentation d'Oneille au XVIIIe peinte sur une façade d'un immeuble à Imperia.

Oneglia (Oneille en français), qui fut une principauté, est désormais, avec Porto Maurizio, l'un des rioni (principaux centres habités des villes italiennes, équivalents à quartiers), qui ont constitué la commune d'Imperia (Ligurie) en 1923.
C'est le lieu de naissance du célèbre marin Andrea Doria, amiral de Gênes.

Principauté d'Oneille[modifier | modifier le code]

Enclavée dans la seigneurie puis république de Gênes, elle a longtemps appartenu à la Maison de Savoie en tant que principauté.
De 1614 à 1796, puis de 1814 à 1848, le territoire d'Oneille a été le siège de l'une des préfectures du ressort du Sénat de Nice.

Cette principauté, dont le terroir était très fertile en vins, huiles et fruits, appartenait autrefois à la maison Doria qui la vendit avec ses environs au duc de Savoie, Emmanuel-Philibert en 1579.
La ville d'Oneille, qui donnait son nom à la principauté, n'était pas fortifiée et a été assiégée dans plusieurs guerres d'Italie. Elle fut attaquée par les troupes espagnoles, en 1613, lors de la guerre de succession de Montferrat.

La principauté d'Oneille, qui comportait 53 bourgs ou villages, est divisée en 3 vallées[1] :

  1. la vallée d'Oneille qui commence à Oneille et finit à San Lorenzo
  2. la vallée de Maro[2] en latin vallis Mari ou Macri situé sur la gauche de la rivière Impéria et s'étend de San Lorenzo à San Bernardo puis se joint à la vallée de Pieve di Teco
  3. la vallée de Préla, en latin vallis Pertræ Latæ à l'occident des deux autres et qui va se joindre au val de Port Maurice et à Dolcedo

En outre elle disposait d'un port sur la mer Mediterranée et nourrissait des échanges réguliers avec Marseille au XVIIIe siècle, notamment pour la vente de l'huile d'olive qui entrait dans la composition du savon de Marseille.

En 1801, la principauté d'Oneille et la ville de Loano furent cédés par la France à la république de Gênes.

Le dialecte de ses habitants est plus proche du piémontais que du ligure.

Maro et Prélat[modifier | modifier le code]

Les seigneuries de Maro (également écrit Marro) et de Prélat (également Presla ou Prela) étaient des seigneuries enclavées dans la principauté d'Oneille. Ces deux seigneuries furent cédées avec le comté de Tende, au duc de Savoie Charles-Emmanuel.

Oneille dans la littérature[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Le grand dictionnaire géographique et critique, Volume 7 Par Antoine Augustin Bruzen de la Martinière page 54-55
  2. Également écrit Marro