Omuraisu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Omurice
Image illustrative de l'article Omuraisu
Omurice

Autre nom オムライス
Lieu d'origine Japon
Place dans le service Plat principal
Ingrédients œuf, riz

Omurice ou omu-rice (オムライス, Omu-raisu?) est un exemple de la cuisine japonaise Yōshoku[1] née par l'importation et l'adaptation de recettes occidentales après l'abrogation du sakoku (fermeture du pays) au début de l'ère Meiji. C'est une omelette contenant du riz frit habituellement accompagné de ketchup[2],[3]. Omu et raisu sont des contractions des mots omelette et rice (riz en anglais)[4], le nom est un wasei-eigo. C'est un plat populaire qui peut être réalisé à la maison ou dégusté dans des restaurants de type occidentaux au Japon. Le plat fut importé en Corée durant l'occupation japonaise[5], et est aujourd'hui souvent servi en garniture dans les restaurants gimbap en Corée du Sud, où il est appelé "오므라이스 (omeuraiseu)" en Hangul[6]. L' Omurice est aussi prisé à Taïwan, qui a été aussi occupée par le Japon. Les enfants en particulier apprécient l' omurice; il figure souvent dans les menus enfants[1].

Le plat est souvent consisté de chikin raisu (riz au poulet, riz revenu à la poêle avec du poulet et du ketchup) enrobé par une mince omelette. Les ingrédients parfumant le riz peuvent varier. Souvent, le riz est cuit avec de la viande (le plus souvent du poulet) et/ou des légumes, et peut être aromatisé avec du bouillon de bœuf, ketchup, une sauce blanche demi-glace ou juste du sel et de poivre. Parfois le riz est remplacé par des nouilles frites (yakisoba) ; le plat est alors appelé omusoba. Une variante d'Okinawa est l' omutako, une omelette sur du taco raisu (en).


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "Omuraisu (aka omurice or omu rice, Japanese rice omelette)", JustHungry.com.
  2. Nishimoto, Miyoko (June 1992). "Beyond Sushi: Japanese Cooking in the Great Home-Style Tradition", Vegetarian Times, No. 178. Modèle:Issn.
  3. Paxton, Norbert (2008). The Rough Guide to Korea, p. 249. ISBN 978-1-4053-8420-9.
  4. Shimbo, Hiroko (2000). The Japanese Kitchen, p. 148. ISBN 1-55832-177-2.
  5. Sohn, Ho-min (2006). Korean language in culture and society, p. 59. ISBN 9780824826949.
  6. Gail Jennings, « Shokudo - An Unlikely Marriage of Comfort Foods » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), hawaiidiner.com, octobre 2005