Oméga latin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oméga (homonymie).
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Oméga
Image illustrative de l'article Oméga latin
Graphies
Capitale Latin capital letter Omega.svg
Bas-de-casse ω
Utilisation
Alphabets koulango
Phonèmes principaux /ʊ/

L’oméga, ou aussi appelé oméga latin, est une lettre additionnelle de l’alphabet latin. Elle tient sa forme de la lettre minuscule oméga grecque ‹ ω ›. Elle est utilisée dans plusieurs publications en koulango de Bondoukou et de Bouna pour représenter une voyelle pré-fermée postérieure arrondie /ʊ/ aussi représentée avec la lettre v de ronde ‹ Ʋ ›[1] ou parfois la lettre upsilon latine ‹ Ʊ ›[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Specimen de caractère de Ludovico degli Arrighi étendu et utilisé par Tolomeao Janiculo, circa 1522.

Déjà à la Renaissance, on retrouve l’oméga utilisé comme lettre latine pour représenter une voyelle mi-ouverte postérieure arrondie (au côté de ‹ j, u ɛ, ʃ › comme lettres respectivement distinctes de ‹ i, v, e, s ›) dans une réforme de l’orthographe italienne proposée par Gian Giorgio Trissino et retrouvée dans certaines éditions de Tolomeo Janiculo comme la réimpression de 1529 de De la volgare eloquenzia de Dante Alighieri, utilisant le type de Ludovico degli Arrighi.

La lettre oméga est proposée comme lettre latine additionnelle par Constantin-François Volney dans Simplification des langues orientales publié en 1795, mais son système de transcription ne sera pas adopté. Cette lettre est utilisée comme lettre latine pour transcrire le muscogee par Buckner en 1860, par Harry Johnston pour langues bantoues en 1919, et par John P. Harrington pour transcrire le kiowa en 1946. L’oméga latin est répertorié dans la révision de 1982 de l’Alphabet africain de référence de Mann et Dalby[3].

La lettre latin oméga n’a pas été codé en informatique et n’est donc pas standardisée. Elle peut être disponible dans certaines fontes utilisant un jeu de caractères non standard, ou être accessible via des caractères réservés à l’usage privé comme le permet le standard Unicode. Dans certaines fontes, le caractère pour l’oméga grec majuscule peut avoir une forme utilisable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Déclaration universelle des droits de l’homme en koulango de Bondoukou, OCHR
  2. Boyeldieu et al., 2008
  3. (en) The “international niamey keyboard” Layout, NRSI: Computers & Writing Systems.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Boyeldieu, Stefan Elders, Gudrun Miehe, Grammaire koulango (parler de Bouna, Côte d’Ivoire), Köln: Rüdiger Köppe, 2008. ISBN 9783896456106
  • Diocèse de Bondoukou Nassian, Syllabaire koulango : réservé aux élèves des cours bibliques en Koulango (Inspiré par les syllabaires de la Société Internationale de Linguistique, collection: « Je lis ma langue », Nouvelles Éditions Africaines / EDICEF), Nassian: Diocèse de Bondoukou, 1992.
  • Michael Everson, Denis Jacquerye, Chris Lilley, Proposal for the addition of ten Latin characters to the UCS, ISO/IEC JTC1/SC2/WG2, Document N4297, 26 juillet 2012. (lire en ligne)
  • Michael Mann et David Dalby, A thesaurus of African languages: A classified and annotated inventory of the spoken languages of Africa with an appendix on their written representation, London: Hans Zell Publishers, 1987.