Olivier de Termes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sceau d'Olivier de Termes, 1240

Olivier de Termes, né vers 1200 à Termes, Aude et décédé le à Saint-Jean-d'Acre, Royaume de Jérusalem (actuel Israël), fut l'un des plus célèbres chevaliers du XIIIe siècle, le plus actif des opposants à la croisade des Albigeois et un protecteur des Cathares. Il devint ensuite un fidèle du roi saint Louis et de l'Église catholique en Languedoc et en Terre Sainte où il mourut à la tête des armées croisées.

Olivier acquit une large renommée auprès de ses contemporains et devint familier de plusieurs rois et papes grâce à son énergie, sa bravoure et sa maîtrise de l'art des sièges et de la guérilla dont il fit preuve dans son métier de chevalier jusqu'à sa mort.

Une enfance brisée[modifier | modifier le code]

Olivier naît vers 1200 dans une riche famille seigneuriale, convertie au catharisme, qui domine autour du château de Termes (Aude) une soixantaine de villages ou hameaux. Sa jeunesse est dramatiquement marquée par le début de la croisade albigeoise : en 1210, suite à la prise du château de Termes par Simon IV de Montfort, il perd son père et ses biens, mais a pu observer les techniques de siège et de guérilla dont il va devenir le grand spécialiste. Il achève son éducation en Catalogne d'où est originaire sa mère. C'est là qu'il rencontre ses futurs suzerains dont il va devenir l'un des familiers : Jacques Ier roi d'Aragon, Raimond le Jeune, comte de Toulouse qui accompagne en exil son père Raymond VI de Toulouse, et Raimond Trencavel vicomte de Carcassonne. Tous les quatre sont de la même génération, ont été victimes de la croisade et sont animés d'un esprit de reconquête.

Au service des princes méridionaux[modifier | modifier le code]

Olivier se met donc au service de ces trois seigneurs et se distingue dans un grand nombre d'opérations militaires : pour le comte de Toulouse il défend le village de Labécède-Lauragais assiégé par l'armée du roi de France (1227) ; pour le roi d'Aragon Jacques Ier il participe à la conquête de Majorque sur les maures ; pour le comte de Toulouse il administre à plusieurs reprises la ville de Narbonne révoltée contre son évêque et l'Inquisition (entre 1234 et 1242) ; avec Raimond Trencavel il soulève les Corbières contre le roi et mène le siège de Carcassonne (1240) etc. En récompense il reçoit des fiefs en Lauragais, en Roussillon et à Majorque.

Au service du roi de France[modifier | modifier le code]

Prise de Damiette

Mais après que ses suzerains ont fait définitivement la paix avec Louis IX, il se met au service du roi de France à partir de 1245. Pendant la VIIe croisade, Olivier, à qui le roi a confié la charge de maître des arbalétriers (soit chef de l'artillerie), se distingue en défendant Damiette (Égypte, 1250) et en sauvant Joinville à Baniyas (Israël, 1253). Reconnaissant, saint Louis rend à Olivier sa seigneurie du Termenès. Revenu en France en 1255, Olivier met un terme à la pacification du Languedoc en obtenant la reddition du château de Quéribus (1255), puis monte à la cour où il joue un rôle de conseiller auprès du roi pour les affaires touchant le Languedoc, l'Aragon et la Castille. Familier également de Jacques Ier d'Aragon, Olivier est sans doute l'un des artisans du traité de Corbeil (1258) passé entre les deux rois et qui fixa pour quatre siècles la frontière entre l'Aragon et la France.

Au service de Dieu[modifier | modifier le code]

À partir de 1257 Olivier est travaillé par le salut de son âme et décide de se mettre au service de Dieu. En quelques années il liquide sa seigneurie dont le château d'Aguilar qu'il avait fait construire, pour distribuer des dons considérables à l'abbaye de Fontfroide et à d'autres établissements religieux, et pour financer une expédition militaire en Terre Sainte. Il y retourne en 1264 à la tête d'un contingent royal, puis devient en 1269 sénéchal du royaume de Jérusalem, c'est-à-dire chef des armées de Terre Sainte où il mène une lutte active contre les musulmans. Il participe à la huitième croisade en rejoignant Louis IX à Tunis (1270) puis repart en Terre Sainte à la tête d'un nouveau contingent soldé par le pape et le roi (1274). Il y meurt le 12 août 1274. Olivier, s'il n'a pas été enterré en Terre Sainte, repose peut-être à Fontfroide, contre la chapelle Saint-Bernard qu'il avait fait construire.

En se ralliant à l'Église catholique et au roi de France, Olivier de Termes a entraîné avec lui tout son entourage, et a sans doute largement facilité certains des grands objectifs du roi de France et de l'Église : l'intégration du Languedoc à la France, la lutte contre l'hérésie cathare, la construction d'une Église moderne en Languedoc, et la lutte contre les musulmans

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]