Olivier Vial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Olivier Vial
Fonctions
Président de l’Union nationale inter-universitaire
En fonction depuis le 8 novembre 2009
Prédécesseur Jacques Rougeot
Biographie
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique UDF puis UMP
Profession Écrivain

Olivier Vial est président de l'organisation universitaire française de droite, l'UNI, depuis le 8 novembre 2009[1]. Il en était le délégué général depuis 2002. Son élection fait suite à la démission du professeur Jacques Rougeot qui présidait ce mouvement depuis 1969.

Il dirige le Centre d'études et de recherches (CERU) de l'UNI[2], qui se définit comme un think-tank de droite sur l'éducation[3]. Il est également le porte-parole du mouvement « Stop la grève »[4]. Il préside l'Observatoire de la théorie du genre, depuis sa création par l'UNI en mars 2013[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à Grenoble, où il obtient une maitrise d'économie, Olivier Vial poursuit ses études à l'Institut français de Presse (IFP) à Paris. Il intègre l'UNI en 1999[6]. Son engagement le conduit à prendre de plus en plus de responsabilités. Il est, par exemple, élu au conseil d'administration du CNOUS) de 2000 à 2002. Il a été membre de la section des « questions économiques générales et de la conjoncture » du Conseil économique et social. Il reste, aujourd'hui encore, le trésorier de l'association pour faciliter l'insertion des jeunes diplômés (AFIJ)[7].

En 2006, pendant le mouvement contre le CPE, Olivier Vial a défendu le contrat première embauche. Il a aussi exprimé son opposition aux blocages[8].

Il a coécrit avec Inès Charles-Lavauzelle une étude sur la situation des classes moyennes pour le compte du Centre d'études et de recherches de l'UNI (CERU)[9], ainsi qu'une brochure intitulée Le mur n'est pas tombé tout seul. Cette brochure a été diffusée à l'occasion de la XXVIe convergence de l'UNI ; elle rappelle le rôle des militants de l'UNI dans le combat contre le communisme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L’UNI renouvelle ses instances », sur le site uni.asso.fr du 9 novembre 2009
  2. « CERU : l'école malade de l'égalitarisme», sur le site uni.asso.fr
  3. « L’UNI souhaite se positionner comme un "think tank de l’éducation" », sur le site uni.asso.fr du 25 septembre 2008
  4. Et si le gouvernement ... aux syndicats ?, sur le site stoplagreve.com
  5. M. F., « La « théorie du genre » sous surveillance », Valeurs actuelles, no 3981,‎ 14 mars 2013, p. 21 (lire en ligne).
  6. « Olivier Vial mène l’Uni sur tous les fronts », Marlène Morin-Rey, Studyrama
  7. « Les administrateurs de l'AFIJ », sur le site afij.org
  8. [vidéo] Emmanuelle Becker (UEC) face à Olivier Vial (UNI) sur F2 sur Dailymotion
  9. « Les étudiants des classes moyennes sont-ils condamnés au système D pour étudier ? », sur le site uni.asso.fr - 16 septembre 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]