Olivier Fillieule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Olivier Fillieule est sociologue du politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (Centre de recherches politiques de la Sorbonne, CRPS Paris I Sorbonne), il est actuellement professeur ordinaire de sociologie politique à l'Université de Lausanne et y a dirigé l'Institut d'Etudes Politiques et Internationales de 2007 à 2010.

Il a créé en 1994 avec Nonna Mayer le Groupe d'Études et de Recherches sur les Mutations du Militantisme (GERMM[1]), groupe de recherche de l'Association française de science politique. Ce groupe, à la direction duquel a été associé également Eric Agrikoliansky, est à l'origine de nombreuses activités de colloque et publications, notamment sur le militantisme, les mouvements dits "de sans", le désengagement militant, l'altermondialisme, etc...

Il a également créé en septembre 2002 le Centre de Recherche sur l’Action Politique de l’Université de Lausanne (CRAPUL). Ce groupe est animé et dirigé de manière collégiale par ses membres, sans exclusive de statut. Ses activités comprennent à la fois des recherches collectives, l'organisation de conférences, le suivi et l'encadrement des doctorants en sociologie politique. Le CRAPUL dirige également la collection « Le livre politique - CRAPUL » qui accueille des travaux de sociologie du politique, sans exclusive de méthodes, portant en particulier sur les rapports diversifiés à l'univers politique, les mobilisations collectives, la construction des problèmes publics et l'analyse des institutions politiques. Elle vise à favoriser une lecture critique de la société dans ses dimensions politiques.

Il s'est vu décerné le prix Mattei Dogan d'excellence scientifique par la fondation Mattei Dogan et l'Association française de science politique, lors du congrès de l'AFSP qui s'est tenu à Strasbourg en septembre 2011.

L'essentiel des recherches et des publications d'Olivier Fillieule ont porté sur la sociologie des mouvements sociaux et les théories de l'action collective. Ses domaines de recherche principaux portent sur :

  • Théories de l'action collective;
  • Sociologie du militantisme, approches interactionnistes, désengagement militant;
  • Analyse de genre du militantisme politique;
  • Manifestations de rue, gestion étatique des conflits sociaux, maintien de l'ordre et répression;
  • Mobilisations sociales contre le sida, activisme thérapeutique, engagements volontaires dans les essais vaccinaux;

Il dispose d'un site personnel sur lequel le détail de ses activités scientifiques passées et en cours sont indiquées et où il est possible de télécharger la plupart de ses textes.

Ouvrages parus[modifier | modifier le code]

  • (Avec Danielle Tartakowsky), La Manifestation, Paris, Presses de SciencesPo, coll. Contester, 2008.
  • (Avec Isabelle Sommier et Eric Agrikoliansky) (dir.), La Généalogie des mouvements antiglobalisation en Europe. Une perspective comparée, Paris, Karthala, 2007.
  • (Avec Pierre Favre et Fabien Jobard) (dir), L’Atelier du politiste. Théories, actions représentations, Paris, La Découverte, 2007.
  • (Avec Donatella Della Porta) (dir), Police et manifestants. Maintien de l’ordre et gestion des conflits, Paris, Presses de sciences po, 2006.
  • (Avec Eric Agrikoliansky et Nonna Mayer) (dir), L'Altermondialisme en France. Genèse et dynamique d'un mouvement social, Paris, Flammarion, 2005.
  • (dir), Le Désengagement militant, Paris, Belin, 2005.
  • (Avec Mounia Bennani-Chraïbi) (dir), Resistancia y protesta en las sociedades musulmanas, Bellaterra, 2005, traduction de Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.
  • (Avec Christophe Broqua), Trajectoires d’engagement. AIDES et Act Up, Paris, Textuel, coll portraits d’associations, 2001.
  • Stratégies de la rue. Les manifestations en France, Paris, Presses de Sciences Po, 1997.
  • (dir), Sociologie de la protestation. Les formes contemporaines de l'action collective en France, Paris, L'Harmattan, collection Dossiers, 1993.
  • (Avec Cécile Péchu), Lutter ensemble. Les théories de l'action collective, Paris, L'Harmattan, collection Logiques politiques, première édition en 1993.

Quelques articles et contribution à des ouvrages collectifs :

  • « De l’objet de la définition à la définition de l’objet. De quoi traite finalement la sociologie des mouvements sociaux? », Politique et société, janvier 2009.
  • (With Philippe Blanchard), « A new tool for exploring transnational activism? » in Simon Teune (ed), Transnational Challengers How Activism beyond Borders Changes the Face of Protest, Oxford and New York, Berghahn Books, 2008
  • (Avec Lilian Mathieu et Patricia Roux) (dir) “Militantisme et hiérarchies de genre”, Politix, 2007.
  • (With Herbert Reiter) “Formalizing the informal : The E.U. Approach to Transnational Protest Policing”, in Donatella Della Porta, Abby Peterson and Herbert Reiter (eds.), The Policing of transnational Protest, Aldershot, Ashgate, December 2006.
  • “Requiem pour un concept. Vie et mort de la notion de “structure des opportunités politiques”, in Gilles Dorronsoro (dir), La Turquie conteste, Paris, presses du CNRS, 2006.
  • (Avec Philippe Blanchard) “Carrières militantes et engagements contre la globalisation”, in Eric Agrikoliansky et Isabelle Sommier (dir), Radiographie du mouvement altermondialiste, le second Forum social européen, Paris, La Dispute, 2005.
  • (Avec Eric Agrikoliansky et Nonna Mayer) (dir), dossier “Militants de l’altermondialisme”, Politix, n°5, Decembre 2005.
  • (Avec Fred Eboko, Frédéric Bourdier, Christophe Broqua) (dir), dossier “Mobilisations collectives face au sida dans le monde : translations internationales et dynamiques locales”. Face à face : regards sur la santé, n° 7, 2005.
  • “Local Environmental Politics in France : Case of the Louron Valley, 1984-1996”, French Politics, Juin 2003.
  • “Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel”, in Olivier Fillieule et Nonna Mayer, (dir) dossier “Devenirs Militants”, Revue française de science politique, vol 51, n°1, 2001, p. 199-215.
  • (Avec Fabien Jobard), “Action publique sous dépendance. Conditions et effets du changement de paradigme dans la lutte contre la délinquance associée à la drogue en Europe”, Revue française de science politique, vol 49, n°6, Décembre 1999, p. 803-834.
  • (Avec Fabien Jobard), “Les conversions politiques d'une croyance scientifique : pour un dépassement des mécanismes actuels de prise en charge de la délinquance associée à la drogue”, Revue suisse de science politique, vol 3, Hiver 1997, n°4, p. 59-80.
  • (Avec Pierre Favre and Nonna Mayer), “La fin d'une étrange lacune de la sociologie des mobilisations. L'étude par sondage des manifestants : fondements théoriques et solutions techniques”, Revue Française de Science Politique, n°1, Février 1997, p. 3-28.

Lien externe[modifier | modifier le code]

[1]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.afsp.msh-paris.fr/activite/groupe/germm/germm.html