Olivier Duhamel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duhamel.

Olivier Duhamel

Description de cette image, également commentée ci-après

Olivier Duhamel à Sciences Po en novembre 2010.

Naissance (63 ans)
Neuilly-sur-Seine Drapeau de la France France.
Nationalité français Drapeau de la France France

Olivier Duhamel est un juriste et politologue français, né le à Neuilly-sur-Seine.

Il est spécialiste du droit constitutionnel ; il a eu une activité politique européenne (eurodéputé socialiste entre 1997 et 2004). Il est éditeur au Seuil et chez Dalloz. Spécialiste de la Cinquième République et de la gauche française, il a été professeur d'institutions politiques à l'Institut d'études politiques de Paris jusqu'à fin 2010. Il est fréquemment présent dans la presse, la radio et il est l'auteur de plusieurs documentaires pour la télévision.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de l'homme politique centriste Jacques Duhamel, le mari de la juriste et romancière Évelyne Pisier, ex-femme de Bernard Kouchner et sœur de la comédienne Marie-France Pisier, et le frère de Stéphane Duhamel, ancien PDG de RTL puis de La Provence et de Gilles Duhamel, inspecteur général des affaires sociales.

Carrière universitaire et éditoriale[modifier | modifier le code]

Olivier Duhamel (à gauche) avec le directeur de Sciences Po Richard Descoings (à droite) le , jour de son dernier cours donné à l'Institut.

Olivier Duhamel fait ses études supérieures à l'Université de Paris (site de Nanterre) de 1967 à 1973. Après une première année en sciences économiques il poursuit par le droit. Licencié en droit puis diplômé d'études supérieures en droit public et en sciences politiques il devient assistant à Paris X. Il y obtient son doctorat d'État en droit public en 1979 avec une thèse sur La Gauche et la Ve République, dans laquelle il analyse le rejet originel, puis le ralliement de la gauche française aux institutions et aux pratiques créées par Charles de Gaulle. Nommé professeur des universités à l'université de Besançon à la suite de son succès au concours d'agrégation en droit public en 1981, il est ensuite nommé à l'université de Paris X (1984-1988), puis à l'université Paris I, il a enseigné 25 ans les institutions politiques à Sciences Po Paris. Il annonce le 24 novembre 2010 qu'il ne fera plus de cours magistraux mais se consacre à son activité de conseiller du directeur de Sciences Po.

Il est l'auteur de plusieurs manuels de droit constitutionnel (Droit constitutionnel et institutions politiques, un Dictionnaire constitutionnel, un ouvrage sur le bilan de la Ve République) et a participé à une Histoire des idées politiques (1993) et au Dictionnaire des œuvres politiques (1995).

Il est cofondateur et codirecteur de publication, avec Philippe Ardant, de la revue d'études constitutionnelles et politiques Pouvoirs[1], et directeur à partir de 1993 de la série « Textes politiques » des éditions du Seuil puis directeur, avec Évelyne Pisier, depuis 2006, de la collection À savoir aux éditions Dalloz. Il dirige également la publication annuelle de TNS Sofres L’État de l’opinion depuis 1984, avec Jérôme Jaffré jusqu’en 1997, Philippe Méchet de 1997 à 2003, Brice Teinturier de 2003 à 2010 et Édouard Lecerf depuis.

En novembre 2010, il prête serment et devient avocat au barreau de Paris. En janvier 2011 il rejoint le cabinet Veil Jourde en qualité d'associé, mais n'exerce pas.

Carrière politique et participation au débat public[modifier | modifier le code]

En 1997, il devient député européen sur la liste du Parti socialiste (PS) ; il siégera jusqu'en 2004 dans le groupe du Parti socialiste européen. Il a été un des principaux contributeurs lors de la Convention européenne où il a représenté le Parlement européen. Le PS ne l'ayant pas réinvesti pour les élections européennes de 2004, il quitte le parti.

Très critique du fonctionnement de la Cinquième République et de ses tendances « monarchistes » (division des pouvoirs relative, au profit de l’exécutif), il est depuis l'élection présidentielle de 2002 partisan d'une Sixième République et d'un système primo-ministériel, qu’il juge capable d’établir un équilibre institutionnel qui manquerait à la Cinquième République.

Il est l'auteur d'un article intitulé « Les 12 raisons de voter OUI » au référendum du 29 mai 2005, dans la revue Sociétal, peu de temps avant la victoire du NON au référendum sur le projet de Constitution européenne.

En 2007, il participe au Comité de réflexion sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions, mis en place par le président de la République Nicolas Sarkozy.

Il fut vice-président du club Le Siècle de 2010 à 2012.

Carrière d'avocat[modifier | modifier le code]

Olivier Duhamel est avocat au barreau de Paris et a prêté serment le 9 décembre 2010[2]. Il est aujourd'hui associé du cabinet d'avocats Veil Jourde[3], cabinet des fils de Simone Veil.

Activités dans la presse et les médias[modifier | modifier le code]

Olivier Duhamel a tenu pendant six ans une chronique quotidienne sur l'actualité politique française et internationale dans le cadre des Matins de France Culture de 2004 jusqu'à juillet 2010. Il a été parfois qualifié de libéral de gauche. Le vendredi 23 juillet 2010, il annonce qu'il quitte Les Matins. « Pas de son fait », dit-il, regrettant de quitter sa radio favorite, « l'honneur du service public ». Il rejoint pleinement Europe 1.

Il participe à Politiquement show sur LCI et depuis septembre 2007, coanime avec Michel Field l'émission Mediapolis le samedi à 10 h sur Europe 1 où ils décortiquent les relations entre les médias et le monde politique. Depuis 2012, il débat tous les dimanches matin à 8 h 30 et écrit plusieurs fois par semaine des éditos sur Le Lab, site Internet d'Europe 1.

Auteur de nombreux documentaires pour la télévision, il présente les Figures du féminisme sur aufeminin.tv. et tient une chronique hebdomadaire vu de gauche dans Valeurs actuelles et une autre le vendredi dans La Marseillaise.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Olivier Duhamel, dédicaçant son livre Droit Constitutionnel et Institutions Politiques à Sciences Po le .
  • Chili ou la tentative révolution légalité, Gallimard, Paris, 1974
  • Changer le PC (parti communiste) ? Débats sur le gallo-communisme, (en collaboration avec Henri Weber), Paris, PUF, 1979.
  • Le Quinquennat, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1980
  • Dictionnaire constitutionnel, Presses universitaires de France, Paris, 1992
  • La Constitution française, Presses universitaires de France (Que sais-je ?), Paris, 1992
  • La Gauche et la Ve République, Presses universitaires de France (Quadrige), Paris, 1992
  • Aux urnes, citoyens !, Éditions du May, 1993
  • Histoire des idées politiques, avec François Châtelet, Évelyne Pisier, Pierre Bouretz et Dominique Colas, Presses universitaires de France, Paris, 1993
    • nouvelle édition par Géraldine Muhlmann, 2012.
  • Droit constitutionnel et politique, Le Seuil, Paris, 1994 ; rééditions en deux ouvrages :
    • Réédition, Droit constitutionnel, tome 1 Le Pouvoir politique en France, 1999 ; tome 2 Les Démocraties, 2000 ; Le Seuil (Points), Paris
  • Dictionnaire des œuvres politiques, avec François Châtelet et Évelyne Pisier, Presses universitaires de France, 1995
  • Petit dictionnaire pour lutter contre l'extrême-droite, avec Martine Aubry, Le Seuil, Paris, 1995
  • Petit dictionnaire de l'euro, avec Daniel Cohn-Bendit, Le Seuil, 1998
  • Démocratie, avec Robert Darnton, Le Seuil, Paris, 1999
  • Présidentielles, les surprises de l'Histoire (1965–2005), avec Jean-Noël Jeanneney, Seuil, 2002
  • Le Pouvoir politique en France, Le Seuil, Paris, 2003
  • La Constitution européenne, Armand Colin, Paris, 2004
  • La Ve République (1958–2009), avec Jean-Jacques Chevallier et Guy Carcassonne, Armand Colin, Paris, 2004
  • Pour l'Europe. Le texte intégral de la constitution expliqué et commenté, Le Seuil, Paris, 2005
  • Des raisons du Non, Le Seuil, Paris, 2005
  • Matins d'un Européen, Le Seuil, Paris, 2005
  • Le Starkozysme, coécrit avec Michel Field, Le Seuil, 2008
  • Droit Constitutionnel et Institutions Politiques, Le Seuil, Paris, 2009, nouvelle édition 2011.
  • QPC, la question prioritaire de constitutionnalité, avec Guy Carcassonne, Dalloz, collection À savoir, 2011.
  • Les Élections présidentielles, avec Marion Ballet, Dalloz, collection À savoir, Paris, 2011
  • Histoire de la Ve République (1958–2012), avec Jean-Jacques Chevallier et Guy Carcassonne, Dalloz, 2012
  • Droit constitutionnel et institutions politiques, avec Guillaume Tusseau, 3e édition, Seuil, 2013

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • Coscénariste du film documentaire Les Médiateurs du Pacifique (1997) de Charles Belmont, coauteur avec Jean-Noël Jeanneney de la série Les grands batailles de la République sur France 5, réalisée par Bernard George et produite par Cinétévé, coauteur d'"Histoires d'entreprises" sur France 5 produit par MK2 et de la série Démocratie, démocraties, avec l'historien américain Robert Darnton pour France 5, auteur de Petite histoire de la constitution européenne pour Arte, avec 13productions.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]