Olivier Dassault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dassault.
Olivier Dassault
Image illustrative de l'article Olivier Dassault
Fonctions
Député de la 1re circonscription de l'Oise
En fonction depuis le 19 septembre 1988
Élection 18 septembre 1988
Réélection 28 mars 199316 juin 200217 juin 200717 juin 2012
Prédécesseur aucun (scrutin proportionnel)
Conseiller général du Canton de Beauvais-Nord-Est
16 mai 199322 mars 1998
Prédécesseur Michel Gorin (UDF)
Successeur Henri Bonan (PS)
Biographie
Date de naissance 1er juin 1951 (63 ans)
Lieu de naissance Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
Nationalité Française
Parti politique UMP
Père Serge Dassault
Profession Président de société

Olivier Dassault, né le 1er juin 1951 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), est un homme politique français. Il est le fils de Serge Dassault et le petit-fils de Marcel Dassault.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Olivier Dassault a une fille, prénommée Héléna, et deux fils, Rémi, né d'une première union, et Thomas, qu'il a eu avec sa femme Natacha Nikolajevic.

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Ingénieur de l’École de l'air (1974), Olivier Dassault suit une formation scientifique et économique. Il est titulaire d’un DEA de mathématiques de la décision et d’un doctorat d’informatique de gestion[1].

Activités professionnelles[modifier | modifier le code]

Au décès de Marcel Dassault, en 1986, son père, Serge Dassault, le nomme directeur-adjoint d’Europe Falcon Service et directeur de la stratégie des avions civils de la Société Dassault Aviation. Il est de plus vice-président du groupe de presse Valmonde (Le Spectacle du Monde, Valeurs actuelles, Jours de Chasse) administrateur du Journal des Finances. Il est aussi, depuis l’entrée du groupe Dassault dans Le Figaro (2004), administrateur de la Socpresse[2]. En 2011 il est nommé président du Conseil de Surveillance du Groupe Dassault[3],[4], ce qui, selon la presse, le place en bonne position pour reprendre plus tard la holding familiale Dassault[5].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Après une première expérience au Conseil de Paris (1977/1989), Olivier Dassault décide de renouer avec la tradition familiale dans l'Oise et y remporte la première circonscription en 1988. Cette circonscription, celle de son grand-père jusqu'en 1986, voit s'opposer en 1988 le maire socialiste de Beauvais (1977/2001) Walter Amsallem et l'ancien suppléant de Marcel Dassault mais les bulletins de vote du candidat socialiste sont annulés [6]. A la suite de l'invalidation de l'élection par le Conseil Constitutionnel, Olivier Dassault se porte candidat pour le RPR et est élu. Réélu député en 1993, au premier tour, Olivier Dassault est battu en 1997 à l'occasion d'une triangulaire avec le Front National par le socialiste Yves Rome[7]. Il est ensuite réélu en 2002, 2007 et 2012.

Parallèlement à son engagement politique national, il se lance dans une carrière politique locale dans le Beauvaisis.

Tête de liste de la droite aux élections municipales de Beauvais en 1989 et 1995, il est battu deux fois par Walter Amsallem.
Tête de file de l'opposition au conseil municipal, son élection de 1995 est invalidée en 1996, pour dépassement de ses frais de campagne.

Il est parallèlement la tête de liste départementale aux élections régionales de 1992 et devient premier vice-président du Conseil régional de Picardie. Il abandonne cependant le Conseil régional pour être candidat, en 1994 à l’occasion d’une élection cantonale partielle, au conseil général de l’Oise (canton de Beauvais-Nord-Est) de 1994 à 1998. Ne se représentant pas en 1998, son canton est remporté par le 1er adjoint de Walter Amsallem, le socialiste Henri Bonan. Après l'élection aux municipales de Beauvais de Caroline Cayeux, Olivier Dassault réussit son retour en 2002 à l'occasion des législatives et élimine Caroline Cayeux au premier tour, retrouvant ainsi son siège de député de la 1re circonscription de l'Oise le 16 juin 2002. Il ne sera cependant pas élu aux cantonales [8]. Le 17 juin 2007, il est réélu député de l'Oise avec plus de 58,6 % des voix face au Président du Conseil général de l'Oise, son éternel rival socialiste, Yves Rome. Il fait partie du groupe UMP à l'Assemblée nationale où il siège au sein de la commission des finances. Rapporteur spécial du budget du commerce extérieur de mars 1993 à mai 1997, il est rapporteur spécial du budget de la Culture, pour la XIIe législature avant de redevenir rapporteur spécial du budget du Commerce extérieur pour la 13ème législature.

Parlementaire nommé en mission par le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (mars-octobre 2004), Olivier Dassault est l’auteur de deux rapports : un rapport d'information pour la commission de l'Assemblée nationale et un rapport sur le Portage comme technique d'internationalistation des PME[9]. Il préside, de 1995 à 1997, l’Intergroupe parlementaire sur la communication. À son retour à l’Assemblée, dès juillet 2002, il fonde, avec Jean-Michel Fourgous et Hervé Novelli, le Groupe d’étude parlementaire « Génération entreprise ». En 2012, Génération entreprise devient Génération Entreprise - Entrepreneurs Associés et regroupe 120 parlementairesGhislaine Ottenheimer, « GEEA fait un carton au parlement », Challenges,‎ 29 août 2013 qui se rencontrent lors de colloques biannuels, de petits déjeuners mensuels et autour de sa revue.

Parallèlement à son travail parlementaire, Olivier Dassault a été délégué national du RPR chargé de la mondialisation et du commerce extérieur. Il est notamment, l’auteur du « Livre blanc sur le commerce extérieur de la France » (1991) et d’une synthèse pour l’Association des amis de Jacques Chirac intitulée La mondialisation, un atout dans notre main en avril 2000. Fondateur du club « Partenariat France », avec Yves Galland, alors ministre du commerce extérieur, chargé d’aider les PME françaises à l’exportation, il en est président d’honneur depuis 1996.

Propositions de lois et rapports[modifier | modifier le code]

  • juillet 2003 : il coprésente une proposition de loi visant à instituer une Journée nationale du souvenir des morts pour la France pendant la guerre d’Algérie et les combats de Tunisie et du Maroc[10].
  • septembre 2004 : il cosigne la proposition de loi limitant le recours aux dispositions fiscales rétroactives. Proposition présentée par Alain Suguenot et Louis Giscard D’Estaing[11].
  • juin 2005 : il réalise au nom de la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales un rapport sur la proposition de loi tendant à instaurer une journée nationale des fondations[12].
  • septembre 2007 : il coprésente la proposition de loi précisant les possibilités de mise en fourrière des bateaux et navires épaves ou abandonnés ou présentant un danger pour la collectivité[13].
  • octobre 2011 : il coprésente une proposition de loi pour la préservation de l’autorité partagée et la résidence alternée pour l’enfant en cas de séparation des parents[14].
  • septembre 2012 : il cosigne la proposition de loi visant à créer une médaille d’honneur de bénévolat[15].
  • novembre 2012 : il est coauteur de la proposition de loi tendant à réformer les modes de scrutins[16].
  • décembre 2012 : il est coauteur de trois propositions de lois, deux constitutionnelles (pour l’instauration d’une journée nationale des fondations et pour l’encadrement de la rétroactivité des lois fiscales) et une organique également pour l’encadrement de la rétroactivité des lois fiscales[17].
  • avril 2013 : il cosigne la proposition de lois visant à promouvoir l’action citoyenne en cas d’urgence[18].
  • juin 2013 : il est coauteur, au nom de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la république, de deux rapports sur l’encadrement de la rétroactivité des lois fiscales[19].

Mandats[modifier | modifier le code]

  • 21/03/1977 - 13/03/1983 : membre du Conseil de Paris (conseil municipal et général)
  • 14/03/1983 - 19/03/1989 : membre du Conseil de Paris
  • 19/09/1988 - 01/04/1993 : député de l'Oise
  • 20/03/1989 - 18/06/1995 : membre du conseil municipal de Beauvais (Oise)
  • 23/03/1992 - 28/05/1993 : vice-président du conseil régional de Picardie
  • 02/04/1993 - 21/04/1997 : député de l'Oise.
  • 16/05/1993 - 22/03/1998 : membre du conseil général de l'Oise. Il ne se représente pas en 1998. En 2004, à nouveau candidat pour le canton de Beauvais-Nord-Est, il est battu par le socialiste Henri Bonan.
  • 19/06/1995 - 1996 : membre du conseil municipal de Beauvais (Oise) (son élection est invalidée pour dépassement de ses frais de campagne)
  • 18/06/2002 - 17/06/2007 : député de l'Oise
  • 17/06/2007 - 17/06/2012 : réélu député de l'Oise
  • Depuis 17/06/2012 : réélu député de l'Oise

Association[modifier | modifier le code]

Membre du Prix Edgar Faure fondé par Rodolphe Oppenheimer, Olivier Dassault est également fondateur de l'Association d'Entraide[20] en faveur des personnes âgées et défavorisées du département de l'Oise.

Art[modifier | modifier le code]

Musiques et photographies[modifier | modifier le code]

Il a pour passion la musique et la photographie[21]. On lui doit de nombreuses musiques originales de films, mais aussi la réalisation de courts métrages et de films publicitaires. Pionnier en Europe de l’emblème sonore, il imagine l’identité de nombreuses collectivités ou sociétés, et met en musique plusieurs fêtes ou célébrations (feu d’artifice de l’An 2000 à Paris, inauguration du Parc Vulcania…). Il publie 13 ouvrages de photographie et expose régulièrement en France comme à l'étranger[22],[23].

Ouvrages photographiques[modifier | modifier le code]

  • Insights by Olivier Dassault (2012)
  • Photographismes (2011)
  • Abstraction (2009)
  • Ciels (2005)
  • La Cinquième Dimension (2002)
  • Entre Terre et Ciel (1989)
  • Photocolorism (1989)
  • Danse de Feu (1987)
  • Lignes d'Imaginaire (1984)
  • Ces regards d'Enfant (1983)
  • Egypte (1978)
  • Oniropolis (1977)

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Les Instantanés d'Oliver Dassault - Galerie Young - Bruxelles (2013)
  • Insights - Opéra Gallery - Londres (2012)
  • AD Interieurs : Voyages imaginaires - Artcurial - Paris (2012)
  • Rencontres - Galerie Clarus - Paris (2012)
  • Photographismes - Guy Pieters Gallery - Knokke Le Zoute (2011)
  • Métaphores - Agence Barnes - Neuilly sur Seine (2011)
  • Acrobaties - Agence Barnes Bonaparte - Paris (2010)
  • Mémoires d'Art - Galerie Didier Aaron - Paris (2010)
  • Totem § Tabou - Galerie Pierre Mahaux - Megève (2010)
  • Dialogue autour de l'Abstraction - Galerie Artistes en Lumière - Paris (2010)

Œuvre[modifier | modifier le code]

Exploits divers[modifier | modifier le code]

Il est pilote professionnel IFR depuis 1975 : co-recordman du monde de vitesse avec Hervé Le Prince-Ringuet - en 1977 de New York à Paris sur Falcon 50 et en 1987 de La Nouvelle-Orléans à Paris sur Falcon 900 - et avec Guy Mitaux-Maurouard et Patrick Experton – en 1996 sur Falcon 900 EX de Paris à Abou Dabi et de Paris à Singapour- il est le seul pilote qualifié sur la totalité de la gamme d’avions d’affaires Falcon[24].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Olivier Dassault », sur L'Internaute
  2. « Socpresse : Une restructuration en bonne voie », sur Stratégie,‎ 24/05/2002
  3. « Organigramme », sur Dassault
  4. Marie Bordet, « Ca plane pour Olivier Dassault », sur Le Point,‎ 23/12/2011
  5. « Serge Dassault donne la préférence à son fils Olivier pour lui succéder l'heure venue », sur Les Echos,‎ 23/11/2011
  6. le nom du candidat socialiste et celui de son suppléant avaient été inversés sur les bulletins de vote
  7. Il est battu en raison d'une triangulaire avec le maintien du candidat du Front National.
  8. par Henri Bonan. L'échec de la droite locale à ces élections permet à la gauche de s'emparer du conseil général, dont Yves Rome devient président, à une voix de majorité
  9. Un rapport d’information pour la commission des finances de l’Assemblée nationale, « l’Asie : un défi et une chance pour l’exportation », et un rapport au Premier ministre, « Le Portage : une technique d’internationalisation des PME »
  10. « Proposition de loi du 26 juillet 2003 », sur Babelouedstory
  11. « PROPOSITION DE LOI CONSTITUTIONNELLE limitant le recours aux dispositions fiscales rétroactives », sur Assemblée nationale,‎ 06/09/2004
  12. « Rapport de Monsieur Olivier Dassault au sujet du projet de loi de M. Olivier Dassault », sur Assemblée nationale,‎ 07/06/2005
  13. « Proposition de loi n°216 », sur Assemblée nationale,‎ 27/09/2007
  14. Jeanne HILLION, « Une PROPOSITION DE LOI vise à privilégier la résidence alternée », sur Poil de carotte,‎ 09/11/2011
  15. Jean-Charles Taugourdeau, « Proposition de loi n°222 visant à créer une médaille d'honneur du bénévolat », sur Nos Députés,‎ 26/09/2012
  16. « Réformer nos scrutins », sur Assemblée nationale
  17. « Olivier Dassault », sur Assemblée nationale
  18. Alain Moyne-Bressand, « Proposition de loi n°950 visant à promouvoir l'action citoyenne en cas d'urgence », sur Nos Députés,‎ 17/04/2013
  19. « Rapports d'Olivier Dassault », sur Nos Députés
  20. « ASSOCIATION D'ENTRAIDE OLIVIER DASSAULT EN FAVEUR DES PERSONNES AGEES ET DEFAVORISEES DU DEPARTEMENT DE L'OISE », sur Développement durable
  21. Marie Bordet, « Ça plane pour Olivier Dassault », Le Point,‎ 23 janvier 2012 (lire en ligne)
  22. Mr B., « La culture, ciment du couple France-Belgique ? », sur Street Press,‎ 24/10/2013
  23. « Olivier Dassault », sur Young Gallery
  24. « La nouvelle livrée du F10 d’Olivier DASSAULT réalisée par Didier WOLFF », sur Happy Design