Olivier Beaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaud.

Olivier Beaud (né le 29 novembre 1958 à Annecy) est un juriste et universitaire français, spécialiste de droit constitutionnel. Ses recherches portent en particulier sur la théorie générale de l’État.

Il est professeur des universités en droit public à l’Université Panthéon-Assas (Paris II).

Après avoir été Assistant à l’Université de Rennes 1 (1984-89), il devient docteur en droit en janvier 1989 pour une thèse de doctorat intitulée État et souveraineté. Éléments pour une théorie de l’État, sous la direction du Professeur Stéphane Rials.

Maître de conférences à l’Université Paris XII (1989-90) il est reçu premier au concours d’agrégation de droit public en 1990[1] et est nommé professeur à l’Université de Lille II avant de rejoindre celle de Paris II en 1998. Il a été membre du jury national d’agrégation en droit public en 1995-96.

Il préside l’Institut Michel-Villey pour la culture juridique et la philosophie du droit depuis décembre 2006.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages ainsi que d’un grand nombre d’articles portant sur la théorie générale de l’État, la pensée juridique et le droit constitutionnel. Il est membre du comité de rédaction de Jus Politicum, revue électronique consacrée au droit et à la pensée constitutionnels.

Frère jumeau du sociologue Stéphane Beaud, il s'engage, dans le cadre du mouvement universitaire en lien avec la loi Libertés et Responsabilités des Universités promulguée le 10 août 2007, contre un projet de décret gouvernemental de modification du statut des enseignants-chercheurs, projet qu'il a méthodiquement critiqué dans une tribune publiée en décembre 2008 sur le site de Qualité de la science française[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Puissance de l'État, P.U.F., coll. « Léviathan », 1994
  • Les Derniers Jours de Weimar ; Carl Schmitt face à l'avènement du nazisme, Descartes, 1997
  • Le Sang contaminé. Essai critique sur la criminalisation de la responsabilité des gouvernants, P.U.F., coll. « Béhémoth », 1999
  • La Responsabilité des gouvernants, Paris, Descartes et Cie, 1999 (codirection avec Jean-Michel Blanquer)
  • Eine deutsch-französische Rechtswissenschaft ?/Une science juridique franco-allemande ?, Baden-Baden, Nomos, 1999 (codirection avec Erk Volkmar Heyen)
  • L’Europe en voie de Constitution. Pour un bilan critique des travaux de la Convention, Bruylant, 2004 (codirection avec A. Lechevalier, I. Pernice, S. Strudel)
  • Théorie de la Fédération, P.U.F., coll. « Léviathan », 2007
  • Dominique Chagnollaud, Bernard Accoyer, Olivier Beaud, et coll., Les Cinquante Ans de la constitution : 1958-2008, Litec,‎ 2008
  • Les Libertés universitaires à l’abandon ? Pour une reconnaissance pleine et entière de la liberté académique, Dalloz, coll. « Les sens du droit », 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Olivier Beaud : dans la rue, malgré lui », Le Monde, 3 février 2009, page 19.