Oldjaïtou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oldjaïtou recevant les ambassadeurs chinois de la dynastie Yuan, Majma 'al-Tavarikh, manuscrit persan enluminé, 1438

Oldjaïtou ou Uljaytu (en mongol moderne, Ölziït[1]), aussi connu sous le nom persan de Muhammad Khodabandeh[2] (persan محمد خدابنده - اولجایتو ), né en 1280, mort le 16 décembre 1316, prince mongol descendant de Gengis Khan, membre de la dynastie des Houlagides, est le huitième ilkhan de Perse de 1304 à sa mort.

Les Grands Khans des Mongols sont alors les empereurs de Chine Kubilai Khan (r. 1260-1294), fils de Tolui, et Temur Khan (r. 1294-1316), petit-fils de Kubilai.

Biographie[modifier | modifier le code]

Oldjaïtou, fils du quatrième ilkhan Arghoun, est l'arrière-petit-fils d'Houlagou Khan, fondateur de la dynastie, petit-fils de Gengis Khan par Tolui. La mère d'Oldjaïtou est la princesse nestorienne Ourouk Khatun ; il est baptisé par elle sous le nom de Nicolas.[réf. nécessaire][3] ; par la suite, Oldjaïtou se convertit à l’islam Chiite sous l’influence d’une de ses épouses.

Oldjaïtou succède à son frère Ghazan.

Sous son règne, le chiisme est reconnu comme religion officielle de la Perse[4].

En 1305, il écrit à Philippe IV le Bel une lettre visant à l'établissement de relations amicales.

Son fils Abu Saïd lui succède.

Mariages et enfants[modifier | modifier le code]

Oldjaïtou a eu les enfants suivants :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ölziït : « fortuné ». Cf. olz(on) : butin. L'étymologie est attestée par Paul Pelliot dans ses Notes on Marco Polo, p. 849, en tant que titre porté par Témur Khan, petit-fils et successeur de Kubilai Khan
  2. En persan, Khodabandeh signifie « l'homme de Dieu ».
  3. Reprise de la page Chupan
  4. Corbin, p. 440.