Ola Toivonen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Toivonen.
Ola Toivonen
Olatoiv (cropped).jpg
Toivonen avec le PSV Eindhoven en 2010.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Stade rennais
Numéro 9
Biographie
Nom Nils Ola Toivonen
Nationalité Drapeau de la Suède Suède
Naissance 3 juillet 1986 (28 ans)
Lieu Degerfors (Suède)
Taille 1,89 m (6 2)
Poste Attaquant, milieu de terrain
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
2003-2005 Drapeau : Suède Degerfors IF 041 0(8)
2006 Drapeau : Suède Örgryte IS 025 0(6)
2007-2008 Drapeau : Suède Malmö FF 051 (17)
2009-2014 Drapeau : Pays-Bas PSV Eindhoven 199 (78)
2014- Drapeau : France Stade rennais 020 (10)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
2003 Drapeau : Suède Suède -17 ans 002 0(0)
2004 Drapeau : Suède Suède -18 ans 006 0(3)
2005 Drapeau : Suède Suède -19 ans 005 0(3)
2006-2009 Drapeau : Suède Suède espoirs 028 (13)
2007- Drapeau : Suède Suède 036 0(7)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 17 août 2014

Ola Toivonen, né le 3 juillet 1986 à Degerfors, est un footballeur suédois, qui évolue au poste d'attaquant ou de milieu de terrain offensif. Il joue actuellement au Stade rennais football club.

Ola Toivonen fait ses débuts au Degerfors IF, club dont son père est le président, et s'affirme rapidement comme un bon espoir du football suédois. Après avoir fait ses débuts en troisième puis en deuxième division avec Degerfors, il s'affirme en Allsvenskan, l'élite avec l'Örgryte IS puis le Malmö FF, ce qui lui vaut sa première sélection en équipe nationale de Suède, début 2007.

Transféré au PSV Eindhoven en 2009, il s'y affirme peu à peu comme titulaire, marquant 60 buts en Eredivisie tout en étant aligné le plus souvent au milieu de terrain. Des performances qui lui valent d'être régulièrement titularisé en équipe de Suède, participant ainsi à l'Euro 2012. Après avoir notamment remporté la Coupe des Pays-Bas en 2012 avec le PSV, en tant que capitaine, il choisit de rejoindre la France pour signer au Stade rennais en janvier 2014.

Polyvalent, doté d'un physique massif, grand par la taille, il est réputé pour ses qualités techniques, tactiques et de frappe de balle, mais également pour ses excès d'engagement, récoltant ainsi plusieurs matchs de suspension durant sa carrière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts (1986-2003)[modifier | modifier le code]

Nils Ola Toivonen naît le 3 juillet 1986 à Degerfors, l'une des communes du comté d'Örebro, dans le centre de la Suède[1]. Alors que sa mère Margareta est Suédoise, son père, Yrjö Toivonen, est originaire de Riihimäki, en Finlande. Ce dernier émigre en Suède alors qu'il est enfant, et s'installe à Degerfors après avoir transité par la Norvège[2]. Ola est le plus jeune des trois enfants de la famille Toivonen : son frère Petter et sa sœur Lisa ont respectivement dix et huit ans de plus que lui. Ola n'est pas le seul à jouer au football : Yrjö Toivonen a joué au sein du club local, le Degerfors IF, avec Sven-Göran Eriksson comme entraîneur, Lisa pratique ce sport durant douze ans, tandis que Petter passe professionnel et joue brièvement en Grèce[3],[4]. Après sa carrière de joueur, Yrjö Toivonen devient président du Degerfors IF, et c'est logiquement qu'Ola Toivonen y fait ses débuts[5].

Erik Hamrén, ici en 2011, découvre Ola Toivonen à l'âge de 8 ans.

En 1994, un an après que Degerfors ait réussi à remporter la Coupe de Suède, Erik Hamrén est engagé comme entraîneur par Yrjö Toivonen. Habitant une maison voisine de celle de la famille Toivonen, le technicien fait alors la connaissance d'Ola, âgé de huit ans[5]. Ola Toivonen réalise l'ensemble de sa formation à Degerfors, et y découvre le football professionnel. Lors de la saison 2003, âgé de dix-sept ans, il fait ses débuts avec l'équipe première en troisième division suédoise, et dispute deux rencontres[6]. Quelques mois plus tard, Hamrén l'invite à venir s'entraîner à l'AaB Ålborg, club danois dont il est devenu l'entraîneur, mais Toivonen reste finalement à Degerfors[5].

Début de carrière en Suède (2004-2008)[modifier | modifier le code]

Révélation à Degerfors puis à Örgryte (2004-2006)[modifier | modifier le code]

Évoluant en troisième division depuis 2000, après avoir subi deux relégations — la première en 1997 —, le Degerfors IF tente alors de remonter à l'étage supérieur du championnat suédois. Second de son groupe en 2003, le club parvient à obtenir sa promotion à l'issue de la saison 2004, durant laquelle Toivonen marque trois buts en douze apparitions[6], au prix d'une victoire en barrage face à l'Umeå FC. En 2005, Toivonen découvre ainsi la Superettan, et participe au maintien de son club à ce niveau. Il marque cinq buts en vingt-trois matchs disputés durant la saison[6]. À dix-neuf ans, ses performances attirent les regards des observateurs. Après avoir évolué en équipe nationale dans différentes catégories d'âges, il est ainsi convoqué pour la première fois en équipe de Suède espoirs par Tommy Söderberg en décembre 2005[7], et fait l'objet de convoitises de plusieurs clubs jouant en Allsvenskan, l'élite du championnat suédois[8]. Après avoir reçu des offres de l'AIK, du Halmstads BK et de l'Örgryte IS[9], il choisit finalement de signer en faveur de ce dernier en décembre 2005[10].

Révélé à Degerfors, Toivonen est désigné par la presse suédoise comme l'un des joueurs à suivre lors de l'édition 2006 du championnat[11]. Avec Örgryte, Toivonen fait ses débuts en première division suédoise, et marque ses premiers buts dans l'élite. En 25 matchs disputés durant la saison, il marque six buts et donne deux passes décisives[12]. À l'issue du championnat, l'Örgryte IS termine dernier du classement, et est relégué en Superettan. Néanmoins, Toivonen est élu révélation de l'année, à l'issue d'un vote où il était en concurrence avec Viktor Elm, Ajsel Kujović (en) et Andres Vasquez[13]. Un mois auparavant, Toivonen prend également part aux barrages qualificatifs pour l'Euro espoirs 2007 avec l'équipe de Suède. Après s'être imposés au match aller trois buts à zéro face à la Serbie-et-Monténégro, les Suédois s'inclinent lourdement à domicile, cinq buts à zéro, et sont éliminés. Lors de ces deux rencontres, il reste sur le banc des remplaçants, Samuel Holmén et Dusan Djuric lui étant notamment préférés[14],[15].

Débuts éphémères en équipe nationale et affirmation progressive à Malmö (2007-2008)[modifier | modifier le code]

Le stade José Pachenco Romero, où Toivonen fait ses débuts en équipe nationale, début 2007.

Deux mois après l'élimination de la Suède de l'Euro espoirs, Ola Toivonen est appelé pour la première fois en équipe de Suède par le sélectionneur Lars Lagerbäck, le 12 décembre 2006. Il fait partie d'un groupe grandement remanié, retenu pour une tournée d'hiver en Amérique du Sud, Lagerbäck souhaitant donner leur chance à des joueurs ne faisant habituellement pas partie de l'équipe nationale[16],[17]. Ainsi, le 15 janvier 2007, âgé de 20 ans, Toivonen honore sa première cape internationale face au Venezuela. Titularisé en attaque au côté de Daniel Nannskog, sur la pelouse du stade José Pachenco Romero de Maracaibo, il est remplacé à l'heure de jeu par Rade Prica[18]. La Suède s'incline deux buts à zéro, et la prestation de Toivonen est jugée décevante par la presse[19].

Ne souhaitant pas rejouer en Superettan, et alors qu'il lui reste plusieurs années de contrat le liant à Örgryte, Toivonen fait l'objet de nombreuses rumeurs de transfert durant l'hiver 2006-2007. Révélation de la saison précédente, il est courtisé par plusieurs clubs d’Allsvenskan, mais Örgryte souhaite récupérer une forte somme contre son transfert[20]. Alors que le Helsingborgs IF souhaite fortement le faire signer[21], Toivonen décide finalement d'opter pour le Malmö FF, qui annonce officiellement son transfert le 29 décembre 2006, avec la signature d'un contrat de quatre ans. À Malmö, il doit entrer en concurrence au poste de meneur de jeu avec Jari Litmanen, qui est toutefois souvent blessé[22],[23]. Toivonen explique à sa signature souhaiter découvrir les coupes européennes dans un délai de deux ans[24],[25]. Durant l'intersaison, la presse fait état d'une blessure au genou contractée l'été précédent, qui ne l'avait cependant pas empêché de jouer. Malgré cela, le transfert de Toivonen à Malmö est validé après passage de la visite médicale[26].

Débutant la saison comme titulaire, Toivonen marque son premier but sous les couleurs de Malmö le 28 avril 2007 contre l'AIK, à l'occasion d'une victoire quatre buts à zéro[27],[28]. Néanmoins, les résultats de Malmö ne sont pas à la hauteur de ses ambitions de début de saison, et Toivonen, comme ses coéquipiers, fait l'objet de critiques dans la presse et par ses supporters[29]. Auteur de deux buts en avril et mai, il reste ensuite muet jusqu'en août, et totalise au final trois buts et trois passes décisives à l'issue de la saison[12],[27]. Malmö termine à la neuvième place du classement, à l'issue d'un exercice jugé décevant[30], et son entraîneur Sören Åkeby (en) n'est pas conservé, remplacé par Roland Nilsson.

Lors de la saison 2008, si Malmö réussit de nouveau une saison moyenne, terminée à la sixième place du classement, Ola Toivonen s'impose comme le meilleur joueur offensif de son équipe. Toujours positionné au milieu, il termine pourtant meilleur buteur du Malmö FF avec quatorze réalisations, auxquelles s'ajoutent sept passes décisives[12],[31]. Dès l'été 2008, les performances de Toivonen sont remarquées par les recruteurs de clubs étrangers. Apparaissent alors des rumeurs de l'intérêt du club danois de Brøndby IF, ainsi que de plusieurs formations néerlandaises[32],[33]. Durant l'automne, il est supervisé à plusieurs reprises par des dirigeants du PSV Eindhoven, notamment l'entraîneur Huub Stevens et le recruteur Luc Nilis[34]. Les deux clubs négocient ensuite longuement, et début décembre, le joueur explique publiquement qu'il souhaite quitter Malmö pour rejoindre le PSV, se disant prêt à partir à l'étranger, dans un championnat qui lui convient et où évoluent de nombreux joueurs suédois[35].

Épanouissement puis déclin au PSV (2009-2014)[modifier | modifier le code]

Des débuts en Eredevisie à l'Euro espoirs (2009)[modifier | modifier le code]

Marcus Berg, partenaire d'attaque de Toivonen durant l'Euro espoirs 2009.

Après plusieurs semaines de négociations, le PSV Eindhoven annonce le 14 janvier 2009 avoir trouvé un accord avec le Malmö FF pour le transfert d'Ola Toivonen[36]. De fait, dès le lendemain, le joueur rejoint son nouveau club et signe son contrat de trois ans et demi. Participant immédiatement à son premier entraînement, il rejoint à Eindhoven un autre Suédois, le gardien de but Andreas Isaksson, arrivé au PSV un an et demi auparavant, et membre de l'équipe de Suède depuis 2002[37],[38]. Un peu plus d'une semaine après son arrivée, Toivonen fait ses débuts en compétition, titularisé contre le NAC Breda en Eredivisie, le championnat des Pays-Bas. Le match se termine sur un score de parité deux buts partout, et Toivonen est remplacé en fin de match par Danny Koevermans[39].

Deux semaines après son arrivée à Eindhoven, les débuts de Toivonen sont marqués par la démission de Huub Stevens du poste d'entraîneur du PSV. Le technicien motive sa décision par le sentiment de ne pas recueillir l'adhésion de ses joueurs, après six mois à la tête de son groupe[40]. Il est remplacé pour la fin de la saison par son adjoint Dwight Lodeweges. Cinq jours après ce changement à la tête de l'équipe, le PSV l'emporte sur le terrain de De Graafschap par trois buts à zéro. À cette occasion, Toivonen marque son premier but aux Pays-Bas, sur un service d'Ibrahim Afellay, et donne deux passes décisives à celui-ci en retour[41]. Lors des deux matchs suivants, il marque également contre l'ADO La Haye puis le FC Volendam[42]. Lors de ce dernier match à Volendam, Toivonen récolte aussi un premier carton rouge, consécutif à un coup de coude jugé comme volontaire par l'arbitre. Cette expulsion lui vaut deux matchs de suspension[43],[44]. Au total, lors de sa première demie-saison au PSV, Toivonen marque six buts et donne cinq passes décisives en l'espace de quatorze matchs[42]. Champion des Pays-Bas en titre, le PSV termine quatrième au classement, et cède donc sa couronne à l'AZ Alkmaar.

En conclusion à la saison 2008-2009, Ola Toivonen participe en juin au championnat d'Europe espoirs avec l'équipe de Suède. Ayant été désignée pays organisateur, celle-ci est qualifiée d'office pour la phase finale, sans avoir à passer par les qualifications. Titulaire durant l'intégralité du tournoi, Toivonen se montre décisif lors de chaque rencontre disputée. En match d'ouverture contre la Biélorussie, il donne à Marcus Berg l'un de ses trois buts du match, réussissant une passe décisive d'une balle piquée[45] ; face à l'Italie, il réduit l'écart en fin de rencontre d'une frappe puissante, après que Mario Balotelli puis Robert Acquafresca aient donné deux buts d'avance aux Transalpins[46] ; puis il marque un second but contre la Serbie, profitant d'une passe transversale de Rasmus Elm et des erreurs défensives de Jagoš Vuković puis de Nemanja Pejčinović[47],[48]. Qualifiés pour les demi-finales, les Suédois y sont éliminés par l'Angleterre, au Gamla Ullevi : menés trois buts à zéro à la mi-temps, les joueurs de Tommy Söderberg parviennent à remonter leur retard grâce à un doublé de Berg et un but de Toivonen. L'équipe anglaise se qualifie à l'issue d'une séance de tirs au but au cours de laquelle Toivonen transforme sa tentative, tandis que Marcus Berg et Guillermo Molins échouent[49].

Retour en équipe de Suède (2009-2010)[modifier | modifier le code]

Les performances d'Ola Toivonen avec le PSV Eindhoven et avec les espoirs lui permettent de retrouver l'équipe nationale de Suède à l'été 2009, deux ans et demi après y avoir fait ses débuts. Sélectionné par Lars Lagerbäck, qui justifie son choix par les progrès réalisés par Toivonen dans le jeu[50], il honore sa troisième cape internationale en amical contre l'équipe de Finlande : Toivonen remplace à l'heure de jeu Johan Elmander, unique buteur de la rencontre[51]. Joué en préparation aux quatre derniers matchs de la Suède dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2010, ce match ne permet pas à Toivonen de gagner sa place. Rappelé par Lagerbäck en septembre, il reste sur le banc des remplaçants contre la Hongrie (victoire suédoise deux buts à un), puis face à Malte (succès scandinave par un but à zéro)[52],[53]. Absent lors des deux dernières rencontres en octobre, il ne joue aucun rôle dans l'élimination des Suédois, battus par le Danemark et éliminés du Mondial. Suite à cet échec, Lars Lagerbäck démissionne de son poste de sélectionneur, qu'il occupait depuis 2000.

Fred Rutten, entraîneur de Toivonen au PSV de 2009 à 2012.

Au PSV Eindhoven, l'été 2009 est également synonyme de changement : à l'issue de son intérim de six mois, Dwight Lodeweges part entraîner le NEC Nimègue[54]. Il est remplacé à la tête de l'équipe par Fred Rutten[55]. S'il marque deux buts et donne une passe décisive à Nordin Amrabat contre le VVV Venlo, en ouverture de la saison[56],[57], Toivonen connaît un début d'automne compliqué, Rutten choisissant à plusieurs reprises de lui faire débuter les rencontres comme remplaçant. Malgré cela, le 8 novembre 2009, le Suédois parvient à marquer un quadruplé face à l'ADO La Haye, lors d'une victoire acquise sur le score de cinq buts à un[58],[59]. Durant la saison, Toivonen fait également ses débuts en compétitions européennes, grâce à la participation du PSV à la Ligue Europa 2009-2010. Sorti en tête de sa poule, devant le FC Copenhague, le Sparta Prague et le CFR Cluj, le club néerlandais est éliminé en seizièmes de finale par le Hambourg SV, futur demi-finaliste. Vainqueur un but à zéro, chez lui, à l'aller, le club allemand s'incline trois buts à deux à Eindhoven, mais se qualifie au bénéfice des buts marqués à l'extérieur. Lors du match retour, Toivonen marque son premier but en coupe d'Europe à la deuxième minute du match, poussant dans le but vide un centre-tir de Danko Lazović[60]. En championnat, le PSV termine à la troisième place, derrière le FC Twente et l'Ajax Amsterdam. Toivonen totalise treize buts et quatre passes décisives à l'issue de la saison, principalement obtenus durant l'hiver[58].

En novembre 2009, pour remplacer Lars Lagerbäck démissionnaire, la fédération suédoise décide de nommer Erik Hamrén sélectionneur de l'équipe nationale. Le 9 novembre, il rend publique sa première liste de joueurs, retenus pour un match amical face à l'Italie. Ola Toivonen, que connaît Hamrén depuis son passage à Degerfors en 1994, fait partie de cette première liste[61]. Après avoir remplacé Tobias Hysén en fin de rencontre face à l'Italie[62], Ola Toivonen s'impose ensuite comme un titulaire en équipe de Suède. Le 29 mai 2010, il marque son premier but international, à l'occasion d'un match amical disputé contre la Bosnie-Herzégovine au Råsunda de Solna, réceptionnant de la tête un centre de Behrang Safari. Lors de ce même match, il donne également sa première passe décisive en équipe de Suède, pour un but marqué par Marcus Berg[63].

Affirmation au PSV et qualification pour l'Euro (2010-2011)[modifier | modifier le code]

Toivonen titulaire avec la Suède lors des éliminatoires de l'Euro 2012.

À la suite de la série de matchs amicaux qui précédent la Coupe du monde 2010, pour laquelle elle n'est pas qualifiée, l'équipe de Suède entame les éliminatoires de l'Euro 2012 en septembre 2010. Lors de celles-ci, Ola Toivonen participe à neuf des dix rencontres qualificatives disputées par les Scandinaves, dont sept comme titulaire[64]. Aligné le plus souvent en attaque aux côtés de Johan Elmander et Zlatan Ibrahimović, il marque deux buts. Le 3 juin 2010, face à la Moldavie, Toivonen ouvre la marque, et donne ensuite une passe décisive à Elmander[65], tandis que, seize mois plus tard, il inscrit le but de la victoire suédoise face aux Pays-Bas (succès trois buts à deux), lors du dernier match qualificatif[66]. Décisif, ce but permet à la Suède de se qualifier pour l'Euro 2012 en tant que meilleur deuxième des éliminatoires[67].

En club, contrairement à l'année précédente, Ola Toivonen parvient à se montrer décisif tout au long de la saison 2010-2011[68]. Néanmoins, comme en 2009, l'international suédois réussit particulièrement son entame de championnat, marquant cinq buts lors des deux premières journées, avec un doublé contre le SC Heerenveen[69], et un triplé réussi en l'espace de trente minutes contre De Graafschap[70]. Avec quinze réalisations en Eredivisie à l'issue de la saison, il obtient le deuxième meilleur total du PSV Eindhoven dans ce domaine, derrière le Hongrois Balázs Dzsudzsák, et y ajoute huit passes décisives[68]. Sa saison est néanmoins ternie par une suspension de quatre matchs, dont Toivonen écope après avoir administré un coup de coude à Jan Vertonghen, lors d'une rencontre disputée le 27 février 2011 contre l'Ajax Amsterdam. N'ayant pas été vu par l'arbitre du match, ce geste est sanctionné a posteriori par les instances néerlandaises[71],[72]. Sur la scène européenne, le PSV participe de nouveau à la Ligue Europa. Sorti de sa poule qualificative, le club néerlandais élimine successivement le LOSC Lille, avec un but de Toivonen au match aller[73], puis le Rangers FC, mais chute en quarts de finale face au Benfica Lisbonne. Toivonen est absent des deux rencontres face au club portugais, disputées juste après la fin de sa suspension, victime d'une légère blessure à la cuisse[74].

Du capitanat à l'Euro (2011-2012)[modifier | modifier le code]

En juillet 2011, deux ans et demi après son arrivée à Eindhoven, Ola Toivonen est nommé capitaine du PSV par Fred Rutten, qui retire du même coup cet honneur au milieu de terrain Orlando Engelaar[75]. Toivonen conserve ce statut durant une saison, jusqu'à l'arrivée de Mark van Bommel à l'été 2012. Capitaine du PSV de 2000 à 2005, ce dernier reprend alors le brassard de capitaine[76]. Le changement de statut de Toivonen est le prélude à la prolongation du contrat qui le lie au PSV. Le 2 novembre 2011, le PSV annonce la signature de l'international suédois pour deux saisons supplémentaires, portant son engagement jusqu'en 2014[77]. Cette prolongation vient mettre un terme à plusieurs mois où le futur du joueur est sujet à spéculations. Par ses performances, lors de la saison 2010-2011, Toivonen suscite l'intérêt de plusieurs clubs. Successivement, le Liverpool FC via Roy Hodgson et Kenny Dalglish, le Real Madrid via José Morais (en) ou encore le Tottenham Hotspur viennent le superviser lors de ses matchs[78],[79],[80],[81],[82], mais le PSV souhaite conserver son joueur et ferme la porte à un transfert[83].

Étrennant son nouveau statut de capitaine, Ola Toivonen réussit à battre son record de buts dans une même saison, marquant à dix-huit reprises en Eredivisie, ce qui lui vaut la sixième place du classement des buteurs, auxquels s'ajoutent six buts inscrits en Ligue Europa[84]. Malgré cela, le PSV connaît une nouvelle saison mitigée, terminant au classement derrière l'Ajax Amsterdam et le Feyenoord Rotterdam. Le 12 mars 2012, Fred Rutten est ainsi démis de ses fonctions d'entraîneur, après avoir concédé trois défaites d'affilée en championnat, et face au Valence CF en huitièmes de finale de la compétition européenne. Il est remplacé par son adjoint Philip Cocu[85]. Sous la direction de ce dernier, le PSV parvient à remporter la Coupe des Pays-Bas, le 8 avril 2012, face à Heracles Almelo. Lors de ce match, disputé au stade De Kuip, Ola Toivonen ouvre le score à la demi-heure de jeu, sur une passe de Zakaria Labyad. Deux autres buts, de Dries Mertens, puis de Jeremain Lens, permettent au PSV de l'emporter trois buts à zéro, et de reconquérir un trophée qui lui échappait depuis 2005[86].

Toivonen face à Hugo Lloris durant l'Euro 2012.

Dans la foulée de son succès en coupe, Ola Toivonen participe avec l'équipe de Suède au Championnat d'Europe 2012, disputé en Pologne et en Ukraine. Devenu membre régulier de la sélection, la présence de Toivonen pour sa première grande phase finale internationale est assurée avec l'annonce des joueurs retenus par Erik Hamrén, le 14 mai 2012[87]. Lors du premier match de poule, disputé le 11 juin 2012 par la Suède face à l'équipe d'Ukraine qui évolue à domicile au stade olympique de Kiev, Toivonen est titularisé en attaque aux côtés de Zlatan Ibrahimović, de Markus Rosenberg et de Sebastian Larsson. Malgré l'ouverture du score du premier cité, l'Ukraine s'impose finalement grâce à un doublé d'Andriy Chevtchenko. Positionné côté gauche, peu convaincant, Toivonen est remplacé à l'heure de jeu par Anders Svensson[88],[89]. Quatre jours plus tard, la Suède affronte l'Angleterre. Menés au score après un but d'Andy Carroll, les Suédois reviennent par un but contre son camp de Glen Johnson puis prennent l'avantage grâce à Olof Mellberg, mais Theo Walcott puis Danny Welbeck finissent par donner la victoire à l'Angleterre, et éliminent la Suède de la compétition. Toivonen, laissé sur le banc des remplaçants au profit de Johan Elmander, ne participe pas à la rencontre[90]. Le 19 juin 2012, la Suède finit par s'offrir un succès dans sa poule, en dominant la France deux buts à zéro, grâce à des réalisations d'Ibrahimović et de Svensson. Revenant à un schéma expérimenté lors des éliminatoires, Erik Hamrén titularise Toivonen en pointe, au côté d'Ibrahimović. À ce poste, le joueur du PSV Eindhoven ne marque pas, mais l'une de ses frappes trouve le poteau lors d'un duel avec le gardien français Hugo Lloris en première mi-temps[91].

Fin de la période néerlandaise (2012-2014)[modifier | modifier le code]

De retour de l'Euro, Ola Toivonen retrouve le PSV Eindhoven, où Dick Advocaat remplace Philip Cocu au poste d'entraîneur. Ce dernier reste toutefois au club, prenant en main les équipes de jeunes[92]. Après le succès en Coupe des Pays-Bas la saison précédente, les Boeren remportent un nouveau trophée, en battant l'Ajax Amsterdam lors de la Supercoupe des Pays-Bas, par quatre buts à deux, le 5 août 2012. Lors de ce match, Toivonen marque deux des quatre buts du PSV, Dries Mertens et Georginio Wijnaldum inscrivant les deux autres[93]. Débutée avec trois buts en sept matchs de championnat[94], la saison de l'attaquant suédois est vite interrompue par une grosse blessure. À la mi-octobre, lors d'un entraînement avec la sélection suédoise, il est victime d'une déchirure d'un tendon aux ischio-jambiers, qui l'oblige à une opération chirurgicale, et l'immobilise durant de longs mois[95],[96]. Il fait finalement son retour au début du mois de mars 2013, rentrant en jeu à la place de Dries Mertens, lors d'un succès du PSV face au VVV Venlo[97]. Bouclée à la deuxième place en championnat, derrière l'Ajax, la fin de saison du PSV est marquée par sa deuxième participation consécutive à la finale de la Coupe des Pays-Bas, mais cette fois-ci, il s'incline contre l'AZ Alkmaar (deux buts à un). Titularisé en soutien de Jürgen Locadia, Toivonen cède sa place à Wijnaldum en fin de match, sans s'être montré décisif[98].

À un an de la fin du contrat qui les lie jusqu'en 2014, les relations entre Toivonen et le PSV Eindhoven se tendent durant l'été 2013. L'attaquant ne souhaite pas prolonger son contrat, ce qui pousse son club à vouloir son transfert, afin de récolter une indemnité financière, sous peine de le laisser sur le banc[99],[100]. En juin, le PSV trouve un accord avec le club anglais de Norwich[101],[102],[103], mais le joueur refuse finalement ce transfert[104]. N'ayant pas cédé à l'ultimatum imposé par son club, Toivonen débute la saison 2013-2014 avec le statut de remplaçant au sein de l'effectif[99]. Il n'est ainsi titularisé qu'à sept reprises par Philip Cocu — qui remplace Dick Advocaat à l'été 2013 — en dix-neuf journées de championnat disputées lors du début de saison[105].

Mis en difficulté par sa blessure et par sa situation au PSV, Toivonen ne joue pas un rôle majeur pour l'équipe de Suède dans la campagne de qualifications pour la Coupe du monde 2014. Il ne dispute ainsi que cinq des dix matchs de poule qualificatifs, dont trois comme titulaire, et ne parvient pas à se montrer décisif[94]. Deuxième de son groupe derrière l'Allemagne, la Suède a l'occasion de se qualifier en disputant un barrage contre le Portugal, mais elle est battue par deux fois, au stade de la Luz comme au stade de l'Amitié, et est éliminée de la compétition. Retenu pour cette double confrontation, Ola Toivonen reste sur le banc des remplaçants lors de ces deux rencontres, Johan Elmander lui étant préféré[106],[107].

Relance au Stade rennais (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Lors du mercato hivernal, à six mois de la fin de son contrat, le PSV Eindhoven cherche de nouveau à obtenir le transfert de son joueur. Finalement, le 21 janvier 2014, Toivonen, le club néerlandais et le Stade rennais trouvent un accord pour un transfert, et le joueur signe un contrat de trois ans et demi en faveur du club français[108]. En Bretagne, au sein d'un club qui lutte pour son maintien en Ligue 1, son arrivée est très attendue[109], et elle perpétue une tradition de joueurs suédois, Andreas Isaksson, Kim Källström, Petter Hansson et Erik Edman y ayant notamment évolué avant lui[110]. Titularisé contre le LOSC Lille quelques jours après son arrivée, Toivonen est installé par son entraîneur Philippe Montanier à la pointe de l'attaque rennaise. À ce poste, il devient rapidement incontournable, marquant notamment quatre buts lors de ses cinq premiers matchs, dont un doublé face au Montpellier HSC[105],[111]. Il termine donc sa première saison de Ligue 1 avec 7 buts en 15 apparitions.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Positionnement[modifier | modifier le code]

Sur le terrain, durant sa carrière, Ola Toivonen est aligné par ses différents entraîneurs aux postes de milieu de terrain offensif ou d'attaquant. Dès ses débuts, c'est le cas à l'Örgryte IS[11], où Zoran Lukić (en) choisit de le placer comme milieu offensif. Il prend un rôle d'électron libre, dans un 4-3-3 où il vient se placer entre le milieu et la défense adverse[112], derrière Boyd Mwila (en), Ivica Skiljo (sv) et Clifford Mulenga[113]. Lors de sa première saison au Malmö FF, il lui arrive de jouer sur l'aile gauche, le poste de meneur étant alors confié à Yksel Osmanovski[114],[115]. Licencié en fin de saison, son entraîneur Sören Åkeby (en) est critiqué par la presse pour ne pas avoir su adapter son schéma tactique aux joueurs mis à sa disposition, et notamment à un Toivonen n'ayant pas réussi à trouver sa place[116]

Successeur d'Åkeby, Roland Nilsson fixe Toivonen dans l'axe, au poste de meneur derrière l'avant-centre (Jeffrey Aubynn ou Edward Ofere (en)), au sommet d'un triangle au milieu où il est associé à Daniel Andersson et Labinot Harbuzi[117],[118]. Il fait alors office de second attaquant, un poste où sa carrière explose[99]. Au PSV Eindhoven, il fait le plus souvent partie d'un milieu à trois, dans une position axiale avancée, soit dans un schéma de jeu offensif avec Orlando Engelaar et Ibrahim Afellay à ses côtés, où plus défensif avec Kevin Strootman et Georginio Wijnaldum ou Mark van Bommel derrière lui. Il est également parfois aligné au poste d'avant-centre, ou même comme milieu relayeur droit, aux côtés d'Engelaar et d'Atiba Hutchinson, sans grande réussite dans ce dernier cas[99]. À son arrivée au Stade rennais, Philippe Montanier en fait son titulaire au poste d'avant-centre[111].

En équipe de Suède, le positionnement de Toivonen est également souvent sujet à changement, notamment selon le schéma de jeu utilisé, à ou deux attaquants, et selon la présence de Zlatan Ibrahimović. Lorsque ce dernier est présent, Toivonen peut occuper le poste d'avant-centre, ou celui de deuxième attaquant, décrochant pour davantage participer au jeu, et lancer ses coéquipiers sur les ailes[99],[119]. Mais Erik Hamrén choisit parfois de l'aligner côté gauche, comme lors de l'Euro 2012, dans un système en 4-2-3-1[120].

Caractéristiques et personnalité[modifier | modifier le code]

Romain Danzé : « On sait que quand on lui donne le ballon, il ne va pas en faire n’importe quoi. »

Les principales qualités d'Ola Toivonen sur un terrain de football sont la qualité de sa frappe de balle, son jeu de tête, son sens du placement et son intelligence tactique[99]. À son arrivée au Stade rennais, il est perçu comme un attaquant élégant et efficace[121]. Selon son entraîneur, Philippe Montanier, c'est « un finisseur avec qui on peut jouer en appui, qui participe beaucoup au jeu, agile techniquement malgré sa grande taille »[122]. Coéquipier de Toivonen à Rennes, Romain Danzé explique pour sa part que « c'est un joueur fin et intelligent, très propre techniquement. On sait que quand on lui donne le ballon, il ne va pas en faire n’importe quoi. Pour ça, il est vraiment impressionnant », et ajoute qu'« il a cette capacité à se mettre dans des positions idéales à chaque fois pour faire la frappe qu’il faut et faire mal au gardien adverse »[121]. Ancien joueur et entraîneur du Stade rennais, Raymond Keruzoré juge pour sa part que Toivonen « est un très bon joueur, capable de mobiliser la charnière centrale adverse, un très bon remiseur aussi du pied et de la tête, et qui montre beaucoup de vista dans ses décrochages. Sans oublier que devant le but, il est très fort. Ce n'est pas à proprement parler un finisseur, mais il surgit souvent là où on ne l'attend pas. »[123].

Journaliste pour le quotidien suédois Expressen, Mathias Lühr est plus nuancé : « Ola est un joueur très talentueux. Mais c'est un joueur d'humeur. Dans ses jours avec, il est terrifiant. Mais quand il est dans un jour sans, on dirait qu'il s'en fout », explique-t-il en mars 2014[120]. Durant les derniers mois de son passage au PSV Eindhoven, la presse néerlandaise le dépeint comme arrogant et antipathique. Une description que son coéquipier Zlatan Ibrahimović réfute, estimant que Toivonen est une personne humble, presque timide[124]. Coéquipier de Toivonen au PSV, Jérémie Bréchet appuie la description en affirmant que le Suédois est « un bon mec, facile à vivre »[120]. Par ailleurs, Sylvain Armand, qui côtoie Ibrahimović au Paris Saint-Germain puis Toivonen à Rennes, compare ce dernier à son compatriote pour « sa hargne, son côté compétiteur, sa manière de toujours vouloir le ballon », un meneur qui « gueule » sur ses coéquipiers pour les pousser à la victoire, selon Jean II Makoun[122].

Excès d'engagement[modifier | modifier le code]

En 2011, Toivonen est suspendu pour quatre matchs après avoir adressé un coup de coude à Jan Vertonghen.

Doté d'un physique solide, mesurant 1,89 mètre, Ola Toivonen est également connu pour ses excès d'engagement, commettant quelques gestes répréhensibles durant sa carrière[99]. Dès ses débuts en Suède, au Degerfors IF, il se fait remarquer de la sorte : en 2005, lors d'un match contre l'Östers IF, il percute de plein fouet le gardien de l'équipe adverse, Björn Stringheim (en), qui vient de se saisir du ballon. Son adversaire est victime d'une commotion cérébrale. Toivonen plaide alors un geste involontaire, tandis que l'entraîneur adverse, Lars Jacobsson (en), l'accuse du contraire[125]. Passé à l'Örgryte IS, il fait parfois preuve de nervosité, et récolte ainsi des avertissements inutiles[126]. Enfin, en août 2008, lors d'un match contre le Trelleborgs FF avec Malmö, il est accusé d'avoir donné des coups de coude à ses adversaires Rasmus Bengtsson et Jonas Bjurström (en), puis d'avoir exagéré un contact avec Magnus Andersson (en), provoquant une bagarre avec l'équipe adverse[127].

Transféré au PSV Eindhoven en 2009, sa première demie-saison aux Pays-Bas est marquée par une expulsion contre le FC Volendam, là aussi suite à un coup de coude sur un adversaire, qui lui vaut trois matchs de suspension[44]. Deux ans plus tard, en février 2011, lors d'un match contre l'Ajax Amsterdam, il administre un coup de coude à Jan Vertonghen. Alors que ce geste n'est pas sanctionné par l'arbitre lors de la rencontre, il écope a posteriori d'une suspension de quatre matchs pour ce geste[71],[122]. Une semaine auparavant, il s'était rendu coupable d'un mauvaise geste sur Nemanja Gudelj, du NAC Breda, s'essuyant les crampons sur lui avant de simuler une agression après que Gudelj ait réagi en le poussant, provoquant l'expulsion de son adversaire. Ce fait de jeu, ajouté au coup de coude donné à Vertonghen, vaut à Toivonen de fortes critiques dans la presse néerlandaise[128],[129]. En 2014, lors de son deuxième match avec le Stade rennais contre l'Olympique lyonnais, il est à son tour victime d'un coup de coude de Milan Biševac, qui récolte deux matchs de suspension quelques jours plus tard. Biševac se justifie néanmoins en accusant le Suédois de lui avoir donné plusieurs coups de coude auparavant, durant la rencontre[130],[131],[132].

Aspects extra-sportifs[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

À l'âge de seize ans, Ola Toivonen rencontre Emma Herbring (sv)[3]. Joueuse de football, elle évolue comme lui dans les équipes nationales suédoises chez les jeunes, cumulant trente sélections au poste de défenseur. Durant sa carrière sportive, elle évolue successivement au Malmö FF, au Jitex BK (en) et au KIF Örebro DFF. En 2007, alors qu'Ola rejoint Malmö, Emma cherche à l'y rejoindre, poussant le Jitex à demander une indemnité de transfert[133].

En 2008, Emma Herbring abandonne le football pour poursuivre des études d'ingénieur. Lorsque Ola Toivonen part jouer à Eindhoven, elle le suit et y donne des cours à l'école internationale. En 2011, le couple débourse 3,6 millions de couronnes pour s'offrir une maison sur les rives du lac Möckeln, dans le Sud de la Suède[3],[134].

Agents[modifier | modifier le code]

Alors qu'il débute sa carrière en Suède, Ola Toivonen prend l'ancien international Martin Dahlin comme agent. Celui-ci gère les intérêts du joueur, et notamment ses différents transferts, à Örgryte, à Malmö[20], puis au PSV Eindhoven[34]. À l'été 2013, alors que le PSV pousse Toivonen vers un transfert à Norwich City qu'il refuse, le joueur décide de s'adjoindre les services de l'agent italien Mino Raiola, qui gère notamment les intérêts de son coéquipier en équipe de Suède Zlatan Ibrahimović[135]. Raiola gère ainsi le transfert de Toivonen au Stade rennais en janvier 2014.

Sponsors et rémunération[modifier | modifier le code]

À son arrivée au Malmö FF, Ola Toivonen touche un salaire mensuel de 240 000 couronnes, correspondant à 25 % de la somme que le Jitex BK (en) demande pour le transfert d'Emma Herbring (sv)[133]. Au PSV Eindhoven, après le renouvellement de son contrat en 2011 son salaire atteint la somme de 900 000 euros par an (soit 75 000 euros par mois). Un montant qui en fait l'un des éléments les mieux payés de l'effectif du club néerlandais, ce dernier ayant fixé à ses joueurs un salaire annuel maximum de 1 million d'euros par an. La volonté de ne pas dépasser ce plafond est avancée par Philip Cocu pour expliquer les velléités de départ de Toivonen[136].

Par ailleurs, l'équipementier d'Ola Toivonen est la firme allemande Adidas, qui fournit également en produits l'équipe de Suède[137]. Le joueur tourne ainsi en 2011 et 2013 plusieurs spots publicitaires en suédois pour promouvoir cette marque[138],[139].

Palmarès et statistiques[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

N'ayant remporté aucun titre collectif en Suède, Ola Toivonen doit attendre son passage au PSV Eindhoven pour inaugurer son palmarès. Avec les Boeren, il remporte la Coupe des Pays-Bas en 2012, et est finaliste de cette même compétition en 2013. Au titre de vainqueur de la coupe en 2012, le PSV participe quelques mois plus tard à la Supercoupe des Pays-Bas, et l'emporte à nouveau. Lors de ces deux titres acquis par le PSV, Ola Toivonen marque un, puis deux buts.

Sur le plan individuel, il est élu révélation de l'année 2006 en Suède[13]. En 2010, il est nommé pour le titre de meilleur joueur suédois de l'année, mais est devancé par Zlatan Ibrahimović[140],[141].

Statistiques par saison[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant détaille les statistiques d'Ola Toivonen durant sa carrière professionnelle[6],[142].

Statistiques d'Ola Toivonen au 20 mai 2014
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : Suède Suède Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd
2003 Drapeau de la Suède Degerfors IF D3 2 0 0 - - - - - - - - - - - - - 2 0 0
2004 Drapeau de la Suède Degerfors IF D3 12 3 0 - - - - - - - - - - - - - 12 3 0
2005 Drapeau de la Suède Degerfors IF D2 27 5 0 - - - - - - - - - - - - - 27 5 0
Sous-total 41 8 0 - - - - - - - - - - - - - 41 8 0
2006 Drapeau de la Suède Örgryte IS D1 25 6 0 - - - - - - - - - - - - - 25 6 0
Sous-total 25 6 0 - - - - - - - - - - - - - 25 6 0
2007 Drapeau de la Suède Malmö FF D1 24 3 3 - - - - - - - - - - 2 0 - 26 3 3
2008 Drapeau de la Suède Malmö FF D1 27 14 0 - - - - - - - - - - - - - 27 14 0
Sous-total 51 17 3 - - - - - - - - - - 2 0 - 53 17 3
2008-2009 Drapeau des Pays-Bas PSV Eindhoven D1 14 6 3 - - - - - - - - - - - - - 14 6 3
2009-2010 Drapeau des Pays-Bas PSV Eindhoven D1 33 13 4 4 0 0 - - - C3 12 1 0 5 1 0 54 15 4
2010-2011 Drapeau des Pays-Bas PSV Eindhoven D1 28 15 7 2 1 0 - - - C3 12 4 0 8 2 0 50 22 7
2011-2012 Drapeau des Pays-Bas PSV Eindhoven D1 33 18 2 4 2 1 - - - C3 12 6 0 11 3 0 60 29 3
2012-2013 Drapeau des Pays-Bas PSV Eindhoven D1 17 7 2 1 0 0 1 2 0 C3 3 1 2 8 0 0 30 10 4
2013-2014 Drapeau des Pays-Bas PSV Eindhoven D1 14 1 2 2 0 0 - - - C1+C3 1+6 0+1 0 1 0 0 24 2 2
Sous-total 139 60 20 13 3 1 1 2 0 - 1+45 13 2 33 6 0 232 84 23
2013-2014 Drapeau de la France Stade rennais FC L1 15 7 1 3 1 1 - - - - - - - 3 1 0 21 9 2
2014-2015 Drapeau de la France Stade rennais FC L1 2 2 0 0 0 0 - - - - - - - 0 0 0 2 2 0
Sous-total 17 9 1 3 1 1 - - - - - - - 3 1 - 23 11 2
Total sur la carrière 273 100 24 16 4 2 1 2 0 - 46 13 2 38 7 0 374 126 28

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant liste les buts marqués par Ola Toivonen avec l'équipe de Suède.

# Date Lieu Adversaire Score Résultat Compétition
1. 29 mai 2010 Råsunda, Solna Drapeau : Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine 1–0 4–2 Amical
2. 11 août 2010 Råsunda, Solna Drapeau : Écosse Écosse 3–0 3–0 Amical
3. 3 juin 2011 Stade Zimbru, Chișinău Drapeau : Moldavie Moldavie 1–0 4–1 Qualifications Euro 2012
4. 11 octobre 2011 Råsunda, Solna Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 3–2 3–2 Qualifications Euro 2012
5. 30 mai 2012 Gamla Ullevi, Göteborg Drapeau : Islande Islande 2–0 3–2 Amical
6. 5 juin 2012 Råsunda, Solna Drapeau : Serbie Serbie 1–0 2–1 Amical
7. 5 mars 2014 Stade du 19-Mai, Ankara Drapeau : Turquie Turquie 1–1 1–2 Amical

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ola Toivonen », sur lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 1er avril 2014)
  2. (fi) Matti Einiö, « Ola Toivosen isä kannattaa Ruotsia », sur iltasanomat.fi, Ilta-Sanomat,‎ 7 juin 2011 (consulté le 1er avril 2014)
  3. a, b et c (sv) Stefan Holm, « Ola Toivonen - vägen till framgång », sur aftonbladet.se, Aftonbladet (consulté le 2 avril 2014)
  4. (en) « Petter Toivonen », sur soccerdatabase.eu (consulté le 2 avril 2014)
  5. a, b et c (en) Sujay Dutt, « Toivonen unruffled as Sweden meet Finland », sur uefa.com, Union européenne de football association,‎ 6 juin 2011 (consulté le 1er avril 2014)
  6. a, b, c et d (en) « Ola Toivonen », sur national-football-teams.com (consulté le 1er mars 2013)
  7. (sv) Johan Emdemalm, « Ola Toivonen uttagen till U21-landslagsläger », sur svenskafans.com,‎ 8 décembre 2005 (consulté le 2 avril 2014)
  8. (sv) Robert Laul, « Allt tyder på att Toivonen väljer AIK », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 21 novembre 2005 (consulté le 3 avril 2014)
  9. (sv) Johan Emdemalm, « Ola Toivonen - senaste lägeskollen », sur svenskafans.com,‎ 5 décembre 2005 (consulté le 2 avril 2014)
  10. (sv) Jim Jaber, « Toivonen till Öis », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 9 décembre 2005 (consulté le 3 avril 2014)
  11. a et b (sv) Hendrik Lundgren, « Talangen som vinner i längden », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 30 mars 2006 (consulté le 3 avril 2014)
  12. a, b et c (sv) « Ola Toivonen », sur svenskfotboll.se (consulté le 7 avril 2014)
  13. a et b (sv) Zendry Svärdkrona, « Här är alla vinnarna i Fotbollsgalan », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 13 novembre 2006 (consulté le 7 avril 2014)
  14. (en) Aleksandar Bosković, « Djuric returns to haunt Serbia », sur uefa.com, UEFA,‎ 6 octobre 2006 (consulté le 7 avril 2014)
  15. (en) Aleksandar Bosković, « Glorious Serbia are going Dutch », sur uefa.com, UEFA,‎ 10 octobre 2006 (consulté le 7 avril 2014)
  16. (sv) Wilhelm Tortensson, « Toivonen i A-landslaget », sur svenskafans.com,‎ 12 décembre 2006 (consulté le 7 avril 2014)
  17. (sv) Peo Larson, Robert Laul et Jenny Modin, « Blågula skrällarna », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 12 décembre 2006 (consulté le 7 avril 2014)
  18. (sv) Zendry Svärdkrona, « Matchfakta 14/1 », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 15 janvier 2007 (consulté le 7 avril 2014)
  19. (sv) Jakob Kjelldén, « Toivonen osynlig i landslagsdebuten », sur svenskafans.com,‎ 15 janvier 2007 (consulté le 7 avril 2014)
  20. a et b (sv) Robert Laul et Daniel Sjöberg, « Örgrytes chockpris på superlöftet: 7,5 miljoner », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 22 novembre 2006 (consulté le 7 avril 2014)
  21. (sv) Robert Laul, « Toivonen nära MFF », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 15 décembre 2006 (consulté le 7 avril 2014)
  22. (sv) Johan Cederström, « Ola Toivonen klar för Malmö FF - Barlay och Kouakou till Örgryte? », sur svenskafans.com,‎ 29 décembre 2006 (consulté le 7 avril 2014)
  23. (sv) Zendry Svärdkrona, « Här får MFF Ja(ri) », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 19 mars 2007 (consulté le 8 avril 2014)
  24. (sv) TT, « Ola Toivonen klar för Malmö FF », sur dn.se, Dagens Nyheter,‎ 29 décembre 2006 (consulté le 7 avril 2014)
  25. (sv) « Ola Toivonen klar för Malmö FF », sur mff.se, Malmö FF,‎ 29 décembre 2006 (consulté le 7 avril 2014)
  26. (sv) Johan Cederström, « MFF-Nytt : Hasse Borg : « Vi räknar med Toivonen » », sur svenskafans.com,‎ 6 janvier 2007 (consulté le 7 avril 2014)
  27. a et b (en) « Ola Toivonen - Performance data for season 06/07 », sur transfermarkt.de (consulté le 8 avril 2014)
  28. (sv) Zendry Svärdkrona, « AIK gav bort matchen till oss », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 28 avril 2007 (consulté le 8 avril 2014)
  29. (sv) Per Welinder, « MFF – AIK 4 – 0: Och vem skrattar åt Toivonen nu ? », sur svenskafans.com,‎ 28 avril 2007 (consulté le 8 avril 2014)
  30. (sv) Helen Johansson, « Ola Toivonen om sitt första år i Malmö », sur svenskafans.com,‎ 29 novembre 2007 (consulté le 8 avril 2014)
  31. (en) « Ola Toivonen - Performance data for season 07/08 », sur transfermarkt.de (consulté le 8 avril 2014)
  32. (sv) Christoffer Svensson, « – Klart han är intressant », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 1er août 2008 (consulté le 8 avril 2014)
  33. (sv) Daniel Sjöberg, « Bröndby jagar MFF-stjärna », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 14 août 2008 (consulté le 8 avril 2014)
  34. a et b (sv) Petra Thorén et Markus Wulcan, « Eindhoven på plats för att granska Toivonen », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 28 octobre 2008 (consulté le 8 avril 2014)
  35. (sv) Petra Thorén, « Jag hoppas på en flytt », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 7 décembre 2008 (consulté le 8 avril 2014)
  36. (en) « PSV reach agreement with Malmö FF for Toivonen transfer », sur psv.nl, PSV Eindhoven,‎ 14 janvier 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  37. (en) « Ola Toivonen joined new team mates for first training », sur psv.nl, PSV Eindhoven,‎ 15 janvier 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  38. (en) « PSV signing Ola Toivonen : « I’m very happy to be here » », sur psv.nl, PSV Eindhoven,‎ 15 janvier 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  39. (sv) Emil Karlsson, « Toivonen debuterade – med ett gult kort », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 24 janvier 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  40. (en) « Off-colour PSV accept Stevens' resignation », sur uefa.com, UEFA,‎ 28 janvier 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  41. (sv) TT, « Första målet för Toivonen », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 1er février 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  42. a et b (en) « Ola Toivonen - Performance data for season 08/09 », sur transfermarkt.de (consulté le 21 avril 2014)
  43. (sv) David Tanentsapf, « « Armen – ett vapen » », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 9 février 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  44. a et b (en) « Toivonen handed three-game ban », sur psv.nl, PSV Eindhoven,‎ 10 février 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  45. Michael Harrold, « La Suède assomme le Belarus », sur uefa.com, UEFA,‎ 16 juin 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  46. « L'Italie prend la main », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 19 juin 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  47. « Italie et Suède en demies », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 23 juin 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  48. Patrick Hart, « La Suède passe l'obstacle serbe », sur uefa.com, UEFA,‎ 23 juin 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  49. Andrew Haslam, « L'Angleterre fait pleurer la Suède », sur uefa.com, UEFA,‎ 27 juin 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  50. (sv) Anders Forsberg et Kristoffer Bergström, « Tre debutanter i viktiga genrepet », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 4 août 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  51. (sv) Jonatan Fast, « Fördel Elmander om « Zlatan-platsen » », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 12 août 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  52. « Hongrie - Suède 1:2 (0:1) », sur fifa.com, Fédération internationale de football association (consulté le 21 avril 2014)
  53. « Malte - Suède 0:1 (0:0) », sur fifa.com, FIFA (consulté le 21 avril 2014)
  54. (en) « N.E.C reach agreement with Lodeweges on a two-year deal », sur psv.nl, PSV Eindhoven,‎ 9 avril 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  55. « Rutten entraîneur », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 17 avril 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  56. (sv) TT, « Toivonens två mål räckte inte », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 2 août 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  57. (en) « PSV Eindhoven - VVV-Venlo 3:3 (2:0) », sur transfermarkt.de (consulté le 21 avril 2014)
  58. a et b (en) « Ola Toivonen - Performance data for season 09/10 », sur transfermarkt.de (consulté le 21 avril 2014)
  59. (sv) Michael Wagner, « Toivonen två, tre, fyra », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 9 novembre 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  60. « Hambourg résiste à la pression du PSV », sur uefa.com, UEFA,‎ 26 février 2010 (consulté le 21 avril 2014)
  61. « La première d'Hamren », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 9 novembre 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  62. (sv) Simon Bank, Michael Wagner et Kristoffer Bergström, « Sågas – för alla byten », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 19 novembre 2009 (consulté le 21 avril 2014)
  63. (sv) Therese Gustafsson, « Toivonen spräckte nollan med axeln », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 29 mai 2010 (consulté le 21 avril 2014)
  64. (en) « Ola Toivonen - Performance data for season 10/11 », sur transfermarkt.de (consulté le 22 avril 2014)
  65. (sv) Patrick Sjögren, « Anfallarnas succé – utan Ibrahimovic », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 3 juin 2010 (consulté le 22 avril 2014)
  66. (sv) Patrick Sjögren et Marcus Leifby, « Sveriges supersvit – utan Ibrahimovic », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 11 octobre 2011 (consulté le 22 avril 2014)
  67. C.O., « Vol direct pour la Suède, la Serbie out », sur lequipe.fr,‎ 11 octobre 2011 (consulté le 22 avril 2014)
  68. a et b (en) « Ola Toivonen - Performance data for season 10/11 », sur transfermarkt.de (consulté le 23 avril 2014)
  69. (sv) Stefan Alfelt, « Toivonen målskytt i premiären för PSV », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 7 août 2010 (consulté le 23 avril 2014)
  70. (sv) Michael Wagner, « Hat-trick av Toivonen – på bara 56 minuter », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 14 août 2010 (consulté le 23 avril 2014)
  71. a et b « Enquête au sujet d'un coup de coude reçu par Vertonghen », sur 7sur7.be, 7sur7,‎ 28 février 2011 (consulté le 23 avril 2014)
  72. (en) « Toivonen handed four-match suspension », sur psv.nl, PSV Eindhoven,‎ 1er mars 2011 (consulté le 23 avril 2014)
  73. Tanguy Le Seviller, « Lille se saborde », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 17 février 2011 (consulté le 23 avril 2014)
  74. (sv) Malin Wahlberg, « Toivonen målskytt – och skadad igen », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 10 avril 2011 (consulté le 23 avril 2014)
  75. (nl) « Engelaar aanvoerder af bij PSV », sur ed.nl, Eindhovens Dagblad,‎ 30 juillet 2011 (consulté le 25 avril 2014)
  76. (nl) « Van Bommel aanvoerder PSV », sur ed.nl, Eindhovens Dagblad,‎ 14 juillet 2012 (consulté le 25 avril 2014)
  77. (en) « Ola Toivonen extends contract at PSV », sur psv.nl, PSV Eindhoven,‎ 2 novembre 2011 (consulté le 25 avril 2014)
  78. (sv) Marcus Leifby et Jens Persson, « « Liverpool jagar Ola Toivonen » », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 16 août 2010 (consulté le 27 avril 2014)
  79. (sv) Marcus Leifby, « « Spurs har gett sig in i jakten på Toivonen » », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 18 août 2010 (consulté le 27 avril 2014)
  80. (sv) Petra Thorén et Michael Wagner, « Mourinho vill ha Toivonen till Real », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 29 août 2010 (consulté le 27 avril 2014)
  81. (sv) Michael Wagner, « Toivonen hyllas av Real-tränaren », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 4 décembre 2010 (consulté le 27 avril 2014)
  82. (sv) Therese Gustafsson, « Liverpool-legendaren scoutar Toivonen », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 22 août 2010 (consulté le 27 avril 2014)
  83. (sv) Tobias Ahlén, « « Toivonen är inte till salu » », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 23 août 2010 (consulté le 27 avril 2014)
  84. (en) « Ola Toivonen - Performance data for season 11/12 » (consulté le 27 avril 2014)
  85. « Cocu remplace Rutten », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 12 mars 2012 (consulté le 27 avril 2014)
  86. « La Coupe pour le PSV », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 8 avril 2012 (consulté le 27 avril 2014)
  87. « Avec Elmander et Rosenberg », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 14 mai 2012 (consulté le 27 avril 2014)
  88. Andrew Haslam, « Shevchenko fait rêver l'Ukraine », sur uefa.com, UEFA,‎ 11 juin 2012 (consulté le 27 avril 2014)
  89. (sv) Johan Flinck, « « Vi hade ingen markering på Sjevtjenko i går » », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 12 juin 2012 (consulté le 27 avril 2014)
  90. Sylvain Lartaud, « Les Anglais éliminent les Suédois », sur uefa.com, UEFA,‎ 15 juin 2012 (consulté le 27 avril 2014)
  91. Aurélien Sagnier, « La Suède part sur une victoire », sur uefa.com, UEFA,‎ 19 juin 2012 (consulté le 27 avril 2014)
  92. « Advocaat a signé », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 10 mai 2012 (consulté le 28 avril 2014)
  93. « Le PSV bat l'Ajax », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 5 août 2012 (consulté le 28 avril 2014)
  94. a et b (en) « Ola Toivonen - Performance data for season 12/13 », sur transfermarkt.de (consulté le 28 avril 2014)
  95. « Le PSV privé de Toivonen pendant six mois », sur 7sur7.be, Belga,‎ 12 octobre 2012 (consulté le 28 avril 2014)
  96. « Le PSV perd Toivonen sur blessure », sur uefa.com, UEFA,‎ 12 octobre 2012 (consulté le 28 avril 2014)
  97. (sv) Fredrik Jönsson, « Gjorde comeback efter fem månader », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 2 mars 2013 (consulté le 28 avril 2014)
  98. (en) « PSV - AZ Alkmaar 1:2 (1:2) », sur transfermarkt.de (consulté le 28 avril 2014)
  99. a, b, c, d, e, f et g Johann Crochet, « Ola Toivonen, le bon coup du Stade rennais », sur goal.com,‎ 20 janvier 2014 (consulté le 28 avril 2014)
  100. (sv) Patrick Sjögren, « « De vill verkligen bli av med mig... » », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 5 juin 2013 (consulté le 28 avril 2014)
  101. (en) David Kent, « Norwich bolster attack with Toivonen as Canaries agree £4.7m fee with PSV », sur dailymail.co.uk, Daily Mail,‎ 11 juin 2013 (consulté le 28 avril 2014)
  102. (sv) Malin Wahlberg et Petra Thorén, « Toivonen på väg till Norwich », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 11 juin 2013 (consulté le 28 avril 2014)
  103. (sv) Michael Wagner, « « Vi har en deal med Norwich » », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 28 juin 2013 (consulté le 28 avril 2014)
  104. (en) Kent Hedlundh, « Transfer News: Ola Toivonen has no regrets about snubbing move to Norwich », sur skysports.com, Sky Sports,‎ 7 septembre 2013 (consulté le 28 avril 2014)
  105. a et b (en) « Ola Toivonen - Performance data for season 13/14 », sur transfermarkt.de (consulté le 28 avril 2014)
  106. « Portugal 1-0 Suède », sur fifa.com, FIFA (consulté le 28 avril 2014)
  107. « Suède 2-3 Portugal », sur fifa.com, FIFA (consulté le 28 avril 2014)
  108. « Ola Toivonen rejoint officiellement le SRFC », sur staderennais.com, Stade rennais FC,‎ 21 janvier 2014 (consulté le 21 janvier 2014)
  109. « Ola Toivonen, le buteur tant attendu ? », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 21 janvier 2014 (consulté le 29 avril 2014)
  110. Gérard Gourmelon, « Toivonen, un grand blond en rouge et noir », Ouest-France, Rennes, no 21126,‎ 23 janvier 2014, p. 25 (ISSN 0999-2138, lire en ligne)
  111. a et b Nicolas Carnec, « Toivonen, enfin un successeur pour Frei », Ouest-France, Rennes « Cahier Sports », no 21147,‎ 17 février 2014, p. 12 (ISSN 0999-2138, lire en ligne)
  112. (sv) TT, « Oavgjort i måstematchen », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 24 avril 2006 (consulté le 28 avril 2014)
  113. (sv) Mattias Andersson, « Här laddar de för derbyt », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 10 mai 2006 (consulté le 28 avril 2014)
  114. (sv) Helen Johansson, « Toivonen : Konkurrens gör oss bättre », sur svenskafans.com,‎ 10 août 2007 (consulté le 28 avril 2014)
  115. (sv) Tomas Johansson, « MFF jagar revansch : Ska visa fighterhjärta », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 2 juillet 2007 (consulté le 28 avril 2014)
  116. (sv) Stefan Alfelt, « Jag är inte förvånad – brassen blev för mycket stjärna », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 14 novembre 2007 (consulté le 28 avril 2014)
  117. (sv) Helen Johansson, « Ola Toivonen: Vi har tydligare roller i år », sur svenskafans.com,‎ 29 mars 2008 (consulté le 28 avril 2014)
  118. (sv) Mattias Larsson, « Nu handlar det om hedern, MFF », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 30 septembre 2008 (consulté le 28 avril 2014)
  119. (sv) Marcus Leifby, « Toivonen vill spela bakom Ibrahimovic », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 9 août 2010 (consulté le 29 avril 2014)
  120. a, b et c Jacques Guyader, « Toivonen, tempérament d'acier et talent bien trempé », Ouest-France, Rennes, no 21158,‎ 1er mars 2014, p. 27
  121. a et b Vincent Duchesne, « Toivonen, le Zlatan rennais », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 4 avril 2014 (consulté le 29 avril 2014)
  122. a, b et c AFP, « Toivonen, l'« Ibra » de Rennes », sur fifa.com,‎ 28 février 2014 (consulté le 29 avril 2014)
  123. Jean-Marie Lanoë, « Tenue de printemps », France Football, no 3547,‎ 8 avril 2014, p. 28 (ISSN 0015-9557)
  124. (sv) Patrik Sjögren, « « Är bortskämd och arrogant » », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 19 septembre 2013 (consulté le 29 avril 2014)
  125. (sv) Emil Karlsson, « Det svartnade för mina ögon », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 10 juillet 2005 (consulté le 3 avril 2014)
  126. (sv) Martin Strömberg, « « Vi får rannsaka oss själva » », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 4 mai 2006 (consulté le 30 mai 2014)
  127. (sv) Mattias J. Larsson, « Slaget om Skåne », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 26 août 2008 (consulté le 30 avril 2014)
  128. (sv) Michael Wagner, « Holland rasar mot Toivonen », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 22 février 2011 (consulté le 30 avril 2014)
  129. (sv) Fredrik Jönsson, « Sänkte motståndare med en ful armbåge », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 27 février 2011 (consulté le 30 avril 2014)
  130. « OL : de retour sur Twitter, Bisevac charge Toivonen et les Marseillais », sur butfootballclub.fr, But !,‎ 3 février 2014 (consulté le 30 avril 2014)
  131. « Rennes - Lyon : Umtiti et Bisevac, leur faute en images », sur stade-rennais-online.com,‎ 2 février 2014 (consulté le 30 avril 2014)
  132. Stéphane Vrignaud, « Trois matchs ferme pour Djordjevic, deux pour Bisevac », sur eurosport.fr, Eurosport,‎ 13 février 2014 (consulté le 30 avril 2014)
  133. a et b (en) « Jitex demands might stop Herbring's move to Malmö FF », sur womensfootball.eu (consulté le 30 avril 2014)
  134. (sv) Karl Skoga, « Här är Toivonens nya lyxhus vid sjön », sur na.se, Nerikes Allehanda,‎ 19 août 2011 (consulté le 30 avril 2014)
  135. (sv) Henric Larsson, « Uppgifter: Toivonen vill sparka Dahlin och jobba med Raiola », sur eurosport.se, Eurosport,‎ 18 juillet 2013 (consulté le 30 avril 2014)
  136. (en) « PSV wont break bank for Toivonen », sur football-oranje.com,‎ 25 octobre 2013 (consulté le 1er mai 2014)
  137. (sv) « adidas SvFF 2013 Ola Toivonen »,‎ 16 janvier 2013 (consulté le 1er mai 2014)
  138. [vidéo] (sv) « adidas - all toivonen »,‎ 17 mars 2011 (consulté le 1er mai 2014)
  139. [vidéo] (sv) « I studion med Ola Toivonen »,‎ 20 mars 2013 (consulté le 1er mai 2014)
  140. (sv) Patrik Sjögren, « Här är de som gör upp om Guldbollen », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 11 novembre 2010 (consulté le 1er mai 2014)
  141. (sv) Therese Gustafsson, « « Kul att vara i Malmö » », sur aftonbladet.se, Aftonbladet,‎ 15 novembre 2010 (consulté le 1er mai 2014)
  142. « Ola Toivonen », sur footballdatabase.eu (consulté le 25 janvier 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :