Okuribito

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Departures.

Okuribito

Titre original おくりびと
Réalisation Yōjirō Takita
Scénario Kundo Koyama
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Sortie 2008
Durée 131 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Okuribito (おくりびと?, alias Departures à l'international) est un film japonais réalisé en 2008 par Yōjirō Takita, avec Masahiro Motoki et Ryōko Hirosue. Il reçut un Academy Award for Best Foreign Language Film (Récompense pour le meilleur film étranger) aux Oscars 2009 et a rapporté 61 010 217$ au Japon (Chiffres du 12 avril 2009).

Grand succès au Japon, ce long-métrage, qui évoque un musicien au chômage découvrant le monde des rites funéraires, remporte en 2009 l'Oscar du meilleur film en langue étrangère lors de la 81e Cérémonie des Oscars.

Les musiques du film ont été composées par Joe Hisaishi.

Intrigue[modifier | modifier le code]

Daigo Kobayashi (Masahiro Motoki), un violoncelliste dans un orchestre à Tokyo, perd son job à cause de la dissolution de l'orchestre. Après avoir abandonné son métier de violoncelliste, il décide de vendre son violoncelle qu'il avait récemment acheté à 18 millions de yen, puis décide de déménager dans son village natal, Sakata, Yamagata, avec sa femme. Un jour, il tombe sur une petite annonce intitulée "Départs assistés" pour une "Agence NK". Il va à l'entretien d'embauche en pensant que c'est un job pensant travailler pour une agence de voyage. Mais lors de l'entretien, il découvre que NK est l'abréviation pour "encoffinment" (納棺, nōkan?), et qu'il est là pour assister le "départ". Le directeur de l'Agence NK, décide immédiatement de recruter Daigo après que celui-ci a confirmé qu'il était prêt à travailler dur. Le salaire est de 500 000 yen par mois avec un bonus de 20 000 yen pour l'entretien. N'ayant pas d'autres boulots en perspective, Daigo décide d'accepter l'offre. Cependant, quand il rentre à la maison, il est incapable d'avouer à sa femme pour quel genre de métier il a été embauché, et donc dit, soi-disant qu'il est employé dans "l'industrie des cérémonies occasionnelles".

Le premier jour de Daigo est difficile: il est utilisé en tant que cadavre dans un DVD pour expliquer la procédure d'encoffinment. Plus dur encore, il doit pour sa première mission, nettoyer, habiller et appliquer des cosmétiques au corps d'une vielle dame retrouvée 2 semaines après sa mort, toute seule chez elle. Bien qu'il ait des nausées à la vue et à l'odeur du corps sans vie, mais ayant besoin d'argent, Daigo continue cette nouvelle carrière. Daigo fait un certain nombre de missions et expérimente la joie et la gratitude de son travail pour ceux laissés derrière. Il commence à ressentir un sentiment de satisfaction dans son travail quand sa femme, Mika, (Ryoko Hirosue) découvre le DVD d'explication et lui demande d'abandonner un métier si "dégoutant". Daigo, refuse cependant d'arrêter, c'est pourquoi sa femme le quitte. Même son ami d'enfance, Yamashita (Tetta Sugimoto), apprenant quel métier Daigo faisait, lui demande de trouver un "métier correct", puis l'évite à cause de son refus.

Pourtant, peu de temps après, la femme de Daigo revient lui annonçant qu'elle est enceinte et lui supplie de trouver une autre source de revenu. À ce moment-là, le téléphone sonne avec une nouvelle mission. La mère de Yamashita, Tsuyako (Kazuko Yoshiyuki), qui s'occupait toute seule de bains publics locaux, vient de mourir. Devant Yamashita, sa famille et Mika, Daigo prépare le corps de Tsuyako pour son départ et gagne le respect et la compréhension de tous. Puis un jour, un télégramme est délivré à la maison de Daigo: son père divorcé depuis l'âge de 6 ans est mort. Daigo refuse d'aller voir son défunt père, mais Mika et la collègue de Daigo vont le convaincre d'y aller. Les pompes funèbres viennent récupérer le cadavre du père de Daigo mais Daigo décide finalement de faire personnellement l'enconfinment de son père.

Production[modifier | modifier le code]

Inspiré du roman autobiographique de Aoki Shinmon Coffinman: The Journal of a Buddhist Mortician (納棺夫日記, Nōkanfu Nikki?)[1], le film fut en fabrication durant 10 ans. Motoki a étudié l'art de l'encoffinment en pratiquant avec un spécialiste, et appris à jouer du violoncelle durant les première parties du film[2]. Le réalisateur essaya de comprendre les sentiments des familles en deuil[2]. Alors que la mort est sujet à une grande cérémonie, comme on peut le constater dans ce film, c'est également associé à un grand tabou au Japon. C'est pourquoi le réalisateur était inquiet de la façon dont les gens percevraient le film et ne s'attendait pas à un tel succès commercial[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Casting[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Internationales[modifier | modifier le code]

Locales[modifier | modifier le code]

  • 51st Blue Ribbon Awards: Best Actor (Masahiro Motoki)
  • 33rd Hochi Film Awards: Best Film
  • 32nd Japan Academy Prize Best Film, Best Director (Yojiro Takita), Best writing (Kundo Koyama), Best Actor (Masahiro Motoki), Best Supporting Actor (Tsutomu Yamazaki), Best Supporting Actress (Kimiko Yo), Best Cinematography, Best Film Editing, Best Sound Mixing, Best Lightings
  • 82nd Kinema Junpo Awards: Best Film, Best Director, Best Screenplay, and Best Actor (Masahiro Motoki)
  • 63rd Mainichi Film Award: Best Japanese Film, Best Sound Mixing
  • 21st Nikkan Sports Film Award: Best Film and Best Director
  • 2008 Trailer ZEN Festival: Grand Prix
  • 30th Yokohama Film Festival: Best Film, Best Director, and Best Supporting Actress (Kimiko Yo, Ryoko Hirosue)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]