Okandé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Okandé sont une ethnie du Nord-Est du Gabon. Peu nombreux (2 000 personnes selon une estimation de 2003), ils vivent dans la région de Lopé, dans la province d'Ogooué-Ivindo. Le Mwiri, institution initiatique masculine, joue encore un rôle important dans la vie sociale et religieuse traditionnelle des Okandé. Bien que leur histoire soit ignorée aujourd'hui au profit d'autres tribus riveraines de l'Ogooué, mais les archives en parlent. Les Okandè conservateurs acharnés de l'environnement par leurs rites initiatiques (Douwa, Diyandzi, Ghétolè, Bwété, Mwiri) et autrefois surnommés les « rois de l'Ogooué, les dompteurs des rapides » dont la notoriété précède celle des Adouma et Sisiwu ont enseigné leurs traditions (navigation de l'Ogooué, danses okouyi, Mvudi, Bodi, Mboudi, Mouiri, Ndjèmbè et autres) aux Galois, Enènga, Aduma, Mbangwè et Sisiwu. Pagayeurs chevronnés, ce sont les Okandè qui ont remonté l'Explorateur De Brazza et ses successeurs de l'Ogooué jusqu'à sa source vers la fin su XVIIIe siècle. Longtemps ils ont pratiqué la traite des noirs, les Aduma descendaient l'Ogooué jusqu'à la Lopé pour vendre des esclaves aux Okandè et ces derniers les achéminaient dans leurs pirogues qui étaient adaptées aux rochers et rapides de l'Ogooué afin de les revendre aux Enènga de Lambaréné. Il faut avouer cependant que les Okandè et les Kotakota (dérivés des Apinzi de l'Ogooué) de Ndjolé, ou rarement les Enènga étaient les seuls à affronter l'Ogooué dans sa partie la plus complexe, c'est-à-dire de Lambaréné à Booué, d'où même les Galois et Enènga avait surnommé ce fleuve « Orèmbo Okandè »: le fleuve des Okandè. Ce sont les Okandè qui ont baptisé ce fleuve « Ogooué », et nous constatons d'ailleurs qu'entre Lambaréné et Booué (et même après), cours d'eau, ilots, rapides, etc. portent que des noms baptisés par des piroguiers Okandè (Talaghougha, Abanga, Offoué, Okano, Lélédi, Ivindo, Booué, Ngomo, Ashouka, etc.).

Langue[modifier | modifier le code]

Selon la classification des langues bantoues établie par Malcolm Guthrie le mokande-kande appartient au groupe des langues tsogo (B30) et est codé B32.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David E. Gardinier et Douglas A. Yates, Historical dictionary of Gabon, Scarecrow Press, Lanham, Md., Plymouth, 2006 (3e éd.) (ISBN 9780810849181)
  • (en) James Stuart Olson, « Okandé », in The Peoples of Africa: An Ethnohistorical Dictionary, Greenwood Publishing Group, 1996, p. 464 (ISBN 9780313279188)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]