Oginga Odinga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Odinga.
Oginga Odinga
Fonctions
1er vice-président de la République du Kenya
12 décembre 1964mai 1966
(&&&&&&&&&&&&05191 an, 5 mois et 3 jours)
Président Jomo Kenyatta
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Joseph Zuzarte Murumbi (en)
Ministre de l'Intérieur kényan
19631964
Président Malcolm MacDonald (en)
Prédécesseur Fonction créée
Parlementaire (circonscription de Bondo )
19631969
Président Malcolm MacDonald
Jomo Kenyatta
Prédécesseur Fonction créée
Successeur William Odongo Omamo
19921994
Président Daniel Arap Moi
Prédécesseur Gilbert Paul Oluoch
Successeur Oburu Odinga (en)
Biographie
Nom de naissance Obadiah Adonijah Oginga Odinga
Date de naissance octobre 1911
Lieu de naissance Bondo, Région de Nyanza (Afrique orientale britannique)
Date de décès 20 janvier 1994 (âge 83)
Lieu de décès Kisumu, province de Nyanza, Kenya
Nationalité kényan
Parti politique Kenya African Union (KAU) (1948-1960)
Kenya African National Union (KANU)(1960-1966)
Kenya People's Union (KPU) (1966-1982)
Forum for the Restoration of Democracy-Kenya (FORD-K) (1991-1994)
Conjoint 1) Mary Odhiambo Juma
2) Gaudencia Adeya
3) Susan Agik
4) Betty Adongo
Enfant(s) Premier lit :
Oburu (en)
Raila Amolo
Ngire Omuodo Agola
Wenwa
Beryl Achieng'
Odima
Omondi
Osewe
Ruth Adhiambo
Deuxième lit :
Caroline Akinyi Walkowa
Troisième lit :
Issac Omondi
Emily Anyango
Quatrième lit :
Pauline Adhiambo
Kevin Opiyo
Lemmy Odongo
Mary Juma
Albert Adur
Wilson Ating'a
Diplômé de Collège universitaire Makerere
Profession professeur de mathématiques

Oginga Odinga
Vice-présidents de la République du Kenya

Jaramogi Ajuma Oginga Odinga plus connu sous le simple nom de Odinga ou de Jaramogi était un Luo du clan des jo Asembo devenu une figure importante dans la lutte des kényans pour leur indépendance. Il fut le premier vice-président de la République du Kenya indépendant avant de démissionner pour mener l'opposition politique face aux idées du président Jomo Kenyatta.
Son deuxième fils, Raila Odinga, fut le 2e, et dernier, Premier ministre kényan en fonction.

Premières années[modifier | modifier le code]

Oginga Odinga nait à Bondo près de Kisumu. Dans son autobiographie, Not Yet Uhuru (« Pas encore de liberté » en swahili mais traduit en français par « à quand l'indépendance ? »)[1],[2], il estime, lui-même, sa date de naissance en octobre 1911. Baptisé Obadiah Adonijah Oginga Odinga, il renonce, plus tard, à ses noms de baptême et se fait simplement appeler Oginga Odinga. Son père, un bucheron, le considérant comme étant le seul apte à poursuivre la scolarité, l'envoie étudier à l'école secondaire Alliance High School de Maseno avant de réussir, en 1939, sa licence en éducation au collège universitaire Makerere de Kampala. Ses études achevées, il revient à Maseno, mais, en tant que professeur de mathématiques à la Church Missionary Society school puis, devient, de 1943 à 1946, directeur de la Maseno Veterinary School[3].

Stimulé pour favoriser son ethnie, il crée en 1947 la société Luo Thrift and Trading Corporation. Avec le temps, Oginga Odinga et son groupe s'efforcent de renforcer l'union entre les peuples luo dans la totalité de l'Afrique de l'Est et centrale. Ses efforts incessants lui font gagner l'admiration de tous les Luo, qui le reconnaissent comme Ker (« leader spirituel », « roi » en luo). Cette position sociale avait été attribuée, 400 ans auparavant, à un légendaire chef tribal Ajwang' Ramogi ; Oginga Odinga a, alors, aussi été nommé Jaramogi (« homme du clan de Ramogi » en luo).

En 1948 il opte pour le militantisme politique et rejoint le parti Kenya African Union (KAU) de Jomo Kenyatta.

Vice-présidence[modifier | modifier le code]

Selon la tradition des Luo, un Ker ne peut faire de politique, il abandonne donc cette position en 1957 pour devenir le porte-parole politique des Luo. La même année il est élu membre du Conseil législatif pour la circonscription électorale du Central Nyanza puis, en 1960, avec l'aide de Jomo Kenyatta et de Tom Mboya, il forme le parti Kenya African National Union (KANU).

Quand le Kenya devient un dominion, le 12 décembre 1963, il obtient le poste de ministre de l'Intérieur et, le 12 décembre 1964 lorsque le pays devient une République, de Vice-président. Mais, rapidement, parce qu'en désaccord avec la politique menée par le président Jomo Kenyatta et son gouvernement (majoritairement de l'ethnie Kikuyu), il démissionne en 1966 pour former le parti Kenya People's Union (KPU).

Dans l'opposition[modifier | modifier le code]

Les frictions entre Odinga et Kenyatta sont continuels et, le 25 octobre 1969, il est arrêté après que les deux hommes s'insultèrent mutuellement, verbalement et publiquement. Les émeutes de Kisumu qui ont suivi cet événement ont fait 11 tués et des douzaines de blessés[4]. Il est emprisonné pendant deux ans avant d'être consigné à résidence et déchu de ses droits politiques jusqu'à la mort de Kenyatta en août 1978.

Le successeur de Kenyatta, Daniel arap Moi, en signe d'apaisement, nomme Odinga comme président de la Cotton Lint and Seed Marketing. Il ne reste pas longtemps à ce poste, vraisemblablement parce qu'il a toujours un trop un franc-parler à propos de Kenyatta et, même, de Moi. Il accuse celui-ci de corruption et critique ouvertement les axes politiques suivis comme la trop grande présence militaire des États-Unis au Kenya. En juin 1982, il tente d'enregistrer une nouvelle formation politique mais, entretemps, le Procureur général (Attorney General) Charles Njonjo (en) signe un amendement à la Constitution faisant du KANU l'unique parti politique autorisé au Kenya.

Après l'avortement de ce plan contre le gouvernement de Moi, Odinga est de nouveau consigné à résidence à Kisumu. Tout au long des années 1980, la critique internationale à propos de la situation des droits de l'homme appliquée par le KANU s'est amplifiée alors qu'Oginga Odinga est resté clair dans sa réclamation de démocratie. En 1990, il essaye, en vain, avec d'autres, d'enregistrer un parti d'opposition, le National Democratic Party (NDP).

En août 1991, avec cinq autres opposants au régime, il fonde le parti politique d'opposition Forum for the Restoration of Democracy (FORD) et en devient président intérimaire. Les six fondateurs sont arrêtés et emprisonnés par le président Moi. Cette arrestation déclenche une série d'événements, dont l'interruption de l'aide internationale, qui changent le paysage politique du Kenya et aboutiront, huit ans après la mort d'Odinga, à la fin de 40 ans d'hégémonie du KANU.
En août 1992, soit avant les premières réelles élections nationales multiparites de décembre[note 1], le FORD se scinde, en Forum for the Restoration of Democracy – Asili (FORD-Asili) mené par Kenneth Matiba (en) et en Ford-Kenya (FORD-K) mené par Odinga. Il lutte personnellement pour la présidence du pays, mais finit quatrième avec 17,5 % des voix (Daniel Arap Moi récolte 35 % des voix grâce, surtout, à la scission du FORD). Cependant, il est réélu, bien qu'il fut forcé d'abandonner la politique active pendant plus de deux décennies, au siège de Parlementaire de la circonscription électorale de Bondo (siège duquel il avait été destitué lors de son arrestation en 1969).

Autres activités[modifier | modifier le code]

En 1971, il fonde avec ses fils Oburu et Raila la Standard Processing Equipment Construction & Erection Limited, une société qui produit des réservoirs pour le gaz de pétrole liquéfié, qui sera renommée, plus tard East African Spectre et est toujours dirigée par la famille Odinga.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Oginda Odinga, polygame, a eu quatre épouses : Mary Odhiambo Juma, Gaudencia Adeya, Suzan Agik et Betty Adongo. De ces unions sont issus dix-huit enfants[5], dont, avec Mary :

Intelligence créative[modifier | modifier le code]

Oginda Odinga est le créateur des fameuses sandales Akala aussi appelées Oginga Odinga. Il s'agit de chaussures confectionnées à partir de pneumatiques déclassés que beaucoup croient, à tort, inventées par les Maasaï[7],[8].

Décès[modifier | modifier le code]

Jaramogi Oginga Odinga décède à Kisumu le 20 janvier 1994. Lors des funérailles, le Président Daniel arap Moi déclare dans son discours « Kenya has lost a great son, a nationalist and a patriotic citizen » (« Le Kenya a perdu un fils important, un nationaliste et un citoyen patriote »). Il est enterré dans un mausolée érigé dans la propriété familiale de Bondo[9].

Mémoires[modifier | modifier le code]

Oginga Odinga street dans le centre de Kisumu

Ouvrages littéraires[modifier | modifier le code]

  • (en) Oginga Odinga, Not yet Uhuru (1967), 323 p., Heinemann, Londres, (OCLC 317671735) ;
    • traduit en français par Arnold Gremy, À quand l'indépendance ?, (1973), 298 p., Présence africaine, Paris, (OCLC 461503647) ;
  • (en) Oginga Odinga, Two months in India (1966), 96 p., New Kenya Publishers, Nairobi (OCLC 1630225) ;
  • (en) Oginga Odinga et H. Oruka Odera, Oginga Odinga : his philosophy and beliefs, Nairobi, Initiatives Publishers,‎ 1992, 166 p. (ISBN 9-966-42035-5, OCLC 27190933).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Trois rues portent son nom au Kenya :

  • Kisumu, Oginga Odinga Street ;
  • Kitale, Oginga Odinga Road ;
  • Nakuru, Oginga Odinga Avenue.

Mausolée[modifier | modifier le code]

Il est érigé dans la propriété familiale de Bondo.

Fondation[modifier | modifier le code]

Jaramogi Oginga Odinga Foundation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le 30 octobre 1969, soit un mois avant les deuxièmes élections nationales (les premières ont eu lieu en mai 1963), le président Jomo Kenyatta bannit le Kenya African People's Union (KAPU) qui est le seul parti politique face au KANU.
  2. Elle fut auparavant maître de conférence principal en chimie à l'université de Nairobi

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les livres écrits par Oginga Odinga [lire en ligne]
  2. Comment obtenir Not yet Uhuru [(en) lire en ligne]
  3. Encyclopedia of World Biography [(en) lire en ligne]
  4. Africa News Online - 25 octobre 2009 - The incident that turned Kenya into « One party » state (Mzee est le surnom que les Kényans donnent à Jomo Kenyatta)[(en) lire en ligne]
  5. Descendance d'Odinga Odinga dressé par sa fille Wenwa Akinyi Odinga-Oranga [(en) lire en ligne]
  6. Site Web du consulat général du Kenya à Los Angeles [(en) lire en ligne]
  7. Des Akala (chaussures Maasaï) sur flickr.com [lire en ligne]
  8. Des Akala (chaussures Masaï) sur flickr.com [lire en ligne]
  9. Kenya's Heroes Innerpage (qui commet une erreur en indiquant que le mausolée se trouve à Kisumu)[(en) lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]