OSI (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir OSI

OSI

Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Rock progressif, metal progressif, industriel
Années actives Depuis 2002
Labels InsideOut Music, Metal Blade Records
Site officiel Osiband.com
Composition du groupe
Membres Jim Matheos
Kevin Moore
Gavin Harrison
Anciens membres Mike Portnoy

OSI est un groupe de rock progressif américain, originellement formé par le guitariste de Fates Warning Jim Matheos en 2002. Le claviériste Chroma Key, le chanteur Kevin Moore sont les autres seuls membres à plein temps. La collaboration peut être considérée comme un projet studio, du fait que les membres du groupe écrivent et composent leurs morceaux indépendamment, les partagent et les développent à longue distance, et qu'ils se regroupent que lorsque les enregistrements sont terminés et pour commencer le mixage et la finition. Le nom du groupe s'inspire de l'Office of Strategic Influence, une agence créée par le Département de la Défense des États-Unis en 2001. Le groupe présente un bon nombre de musiciens invités sur ses albums, dont Steven Wilson, Mikael Åkerfeldt, Sean Malone, Joey Vera et Gavin Harrison.

Matheos recrute Moore et le batteur de Dream Theater, Mike Portnoy, pour jouer sur ce qui était à la base prévu être l'album solo de Matheos. Matheos et Portnoy planifient initialement un album de metal progressif similaire aux morceaux effectué par Matheos dans le groupe Fates Warning. Moore change de direction musicale, mélangeant electronica et metal progressif. Le premier album du groupe, Office of Strategic Influence, est distribué au label InsideOut Music en 2003.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et Office of Strategic Influence (2002–2003)[modifier | modifier le code]

Jim Matheos, fondateur d'OSI.

Le guitariste de Fates Warning Jim Matheos tente à la base de créer un supergroupe de metal progressif, à la période durant laquelle Fates Warning est inactif. Il recrute le futur batteur de Dream Theater, Mike Portnoy, pour travailler sur ce projet[1],[2],[3]. Matheos demande ensuite au claviériste de Chroma Key, Kevin Moore, sa contribution aux morceaux de claviers qu'il avait composé. Moore, à la place, édite tous les morceaux, change les structures musicales et y ajoute du chant[4]. Matheos décide d'emprunter une direction musicale différente, plus inspirée de Chroma Key que du metal progressif classique[1],[3].

De nombreux chanteurs devraient participer à l'album ; Matheos et Portnoy ont l'idée de faire chanter chaque chanteur différent sur chaque piste[1]. Daniel Gildenlöw de Pain of Salvation écrit certaines mélodies et paroles vocales, mais c'est finalement Moore qui écrit et chante tout[1],[5]. Steven Wilson de Porcupine Tree écrit et chante les paroles sur une chanson[3]. Le bassiste de Cynic et Gordian Knot, Sean Malone, joue les morceaux de basse, mais cependant crédité comme musicien[1].

Matheos, Moore et Portnoy enregistrent l'album aux Carriage House Studios de Stamford (Connecticut) du 2 au 9 juin 2002[6]. Les chansons ont une forte influence metal progressif dont les paroles sont principalement écrites par Matheos, tandis que Moore s'est principalement occupé des chansons au chant. Portnoy a fait quelques petites suggestions dans l'arrangement des compositions, mais ses idées ne sont pas retenues[1]. Moore et Portnoy enregistrent l'album pour la première fois depuis leur collaboration en 1994 dans le groupe Dream Theater[1]. En 2009, Portnoy explique que la session d'enregistrement a été dure, et exprime sa frustration quant au manque de collaboration entre lui et Moore[7].

InsideOut Music fait paraître Office of Strategic Influence le 17 février 2003[8]. Moore choisit le nom du groupe et le titre de l'album, s'inspirant de l'Office of Strategic Influence, une agence créée par le Département de la Défense des États-Unis en 2001 après les attentats du 11 septembre[4]. L'album est bien accueilli par la presse spécialisée. Les critiques félicitent le talent des musiciens et la différence musicale de l'album par rapport à leurs précédents projets[9],[10],[11],[12].

Free et Blood (2005–2009)[modifier | modifier le code]

Kevin Moore, en 2007.

Matheos et Moore ne planifie, pour le moment, pas un second album d'OSI, et repartent en studio pour compléter leurs compositions. En 2005, du fait qu'ils aient du temps libre devant eux, les deux décident de se projeter dans un second album. Joey Vera (également membre de Fates Warning) joue de la basse sur l'album[13]. Portnoy expliquait à Matheos et Moore qu'il ne voulait pas jouer les morceaux de batterie sur l'album, et les persuade de le laisser participer à l'album en tant que musicien de session[7].

Free est commercialisé le 24 avril 2006[14] et bien accueilli par la presse spécialisée. Les critiques félicitent l'ambiance plus dark et avec une présence plus marquée du clavier par rapport aux premières chansons du groupe[15],[16]. re:free, un EP présentant les remixes de trois musiques de l'album Free, est commercialisé le 24 octobre 2006[17]. Le groupe part en tournée promotionnelle pour Free[18]. En septembre 2008, Moore poste une mise à jour sur le site Internet de Chroma Key, expliquant que lui et Matheos étaient en trai nde travailler sur un troisième album OSI. Portnoy est remplacé par le batteur de Porcupine, Gavin Harrison, et Matheos joue de la basse sur l'album[19]. Le chanteur et guitariste d'Opeth, Mikael Åkerfeldt, et le chanteur de No-Man Tim Bowness écrivent leurs paroles et chantent sur deux chansons chacun[20],[21].

Blood est commercialisé le 29 avril 2009 en Europe, et le 19 mai en Amérique du Nord[22]. L'album est positivement accueilli[23],[24],[24].

Fire Make Thunder (2010–2012)[modifier | modifier le code]

En 2010, OSI signe au label Metal Blade Records[25]. Le label fait de nouveau paraître Office of Strategic Influence le 28 septembre 2010[26]. Le quatrième album d'OSI, Fire Make Thunder est commercialisé le 27 mars 2012[27].

Style musical[modifier | modifier le code]

Moore décrit le son du groupe comme « une nouvelle approche du rock progressif[28], » mélangeant les éléments sonores du metal progressif et de l'electronica[20]. Moore considère les deux genres « presque comme des ennemis[20] » et que ce conflit « rend la musique intéressante[20]. » Matheos cite des groupes rock progressif et de heavy metal comme Genesis, Jethro Tull, Black Sabbath et UFO en tant qu'influences[3]. Moore s'inspire des musiciens de techno minimale, de musiques expérimentale et électronique, et des « groupes qui jouent sur scène et qui savent se la donner[4]. »

Formation[modifier | modifier le code]

Membres actuels
Anciens membres
Musiciens invités
  • Steven Wilson (Porcupine Tree) – chant sur la chanson shutDOWN dans l'album Office of Strategic Influence
  • Tim Bowness (No-Man) – chant sur la chanson No Celebrations dans l'album Blood
  • Mikael Åkerfeldt (Opeth) – chant sur la chanson Stockholm dans l'album Blood

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Mike Portnoy, « mp.faq – OSI », Mike Portnoy.com (consulté le 19 janvier 2010).
  2. (en) (en) Rich Wilson, Lifting Shadows: The Authorized Biography of Dream Theater, Londres, Essential Works,‎ 2009, 416–423 p. (ISBN 978-1-906615-02-4).
  3. a, b, c et d (en) Igor Italiani, « Hello, Guitarist!: A Discussion On The New Matheos Project (What He Said) », ProgressiveWorld.net (consulté le 19 janvier 2010).
  4. a, b et c (en) Colin Legerton, « Interview with Kevin Moore (O.S.I./Chroma Key) », Ytsejam.com (consulté le 16 janvier 2010).
  5. (en) « Daniel Gildenlöw comments on Matheos / Portnoy / Moore / Malone project », Dream Theater – Official Site (consulté le 20 janvier 2010)
  6. (en) « Studio Photos: Jim Matheos, Mike Portnoy, Kevin Moore », Dream Theater – Official Site (consulté le 11 février 2010).
  7. a et b (en) Ken McGrath, « DREAM THEATER's MIKE PORTNOY: 'Working With KEVIN MOORE Is Just Not Much Fun' », Blabbermouth.net,‎ 6 mai 2006 (consulté le 31 octobre 2010).
  8. (en) « OSI: Office of Strategic Influence », InsideOut Music (consulté le 10 octobre 2010).
  9. (en) Keith A. Gordon, « OSI — Office of Strategic Influence », Allmusic (consulté le 15 octobre 2010)
  10. (en) Ed Sander, « OSI — Office of Strategic Influence review », DPRP (consulté le 15 octobre 2010).
  11. (en) « OSI — Office of Strategic Influence review » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Prog4you.com. Consulté le 15 octobre 2010.
  12. (en) John Bollenberg, « O.S.I. – Office Of Strategic Influence (Limited Edition) review », ProgressiveWorld.net (consulté le 15 octobre 2010).
  13. (en) Michelle LaRose, « OSI Interview », Caustic Truths (consulté le 27 février 2010).
  14. (en) « OSI: Free », InsideOut Music (consulté le 7 mai 2010).
  15. (en) Stewart Mason, « Free », Allmusic (consulté le 27 février 2010).
  16. (en) Chad Bower, « OSI – Free Review », About.com (consulté le 27 février 2010).
  17. (en) « Free (Extended Mixes) », Allmusic (consulté le 5 avril 2010).
  18. (en) Melanie Falina, « Blood At The Crossroads – An Interview with Jim Matheos of O.S.I. », Nonelouder,‎ 17 mai 2009 (consulté le 6 septembre 2010).
  19. (en) Kevin Moore, « OSI III », Chroma Key – News,‎ 9 avril 2008 (consulté le 14 juillet 2008).
  20. a, b, c et d (en) David Perri, « OSI – "Almost Natural Enemies…" », Bravewords.com,‎ 14 mai 2006 (consulté le 15 avril 2010).
  21. Dan Marsicano, « OSI Interview: A Conversation With Vocalist/Keyboardist Kevin Moore », About.com,‎ 26 mai 2006 (consulté le 15 avril 2010).
  22. « OSI: Blood Special Edition », InsideOut Music (consulté le 14 juillet 2010).
  23. Alex Henderson, « Blood », Allmusic (consulté le 15 juillet 2010).
  24. a et b « Blood » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Allmusic. Consulté le 15 juillet 2010.
  25. (en) « OSI signed with Metal Blade Records! », Metal Blade Records,‎ 13 mai 2010 (consulté le 6 septembre 2010).
  26. (en) « Metal Blade Records set to release OSI's 2003 release OFFICE OF STRATEGIC INFLUENCE this September! », Metal Blade Records,‎ 24 août 2010 (consulté le 6 septembre 2010).
  27. http://metalblade.com/osi/
  28. Yoni, « Interview with Kevin Moore – OSI », RevelationZ Magazine (consulté le 19 janvier 2010).

Liens externes[modifier | modifier le code]