Offenbach (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Offenbach (homonymie).

Offenbach

Pays d'origine Drapeau : Québec Québec, Drapeau du Canada Canada
Genre musical Blues, hard rock
Années actives 1969 à 1985
1997 et 1998 (Réunions sporadiques depuis 2001.)
Site officiel www.offenbach.ca
Composition du groupe
Anciens membres Gerry Boulet (†)
Roger Belval
Denis Boulet
Pierre Harel
Breen LeBoeuf
Michel Lamothe
Pat Martel
Bob Harrisson

Offenbach est un groupe de rock originaire du Québec, qui fut particulièrement populaire à la fin des années 1970 et au début des années 1980.

Les succès du groupe se retrouvent principalement sur cinq albums : Offenbach (1977), Traversion (1978), En Fusion (1980), Tonnedebrick (1983), et finalement Rockorama (1985). Avant de se séparer en 1985, le groupe donne deux derniers grands spectacles sur les scènes du Colisée de Québec et du Forum de Montréal. Le chanteur Gerry Boulet meurt le 18 juillet 1990. Le groupe se reforme en 1997-1998, avec Martin Deschamps à titre de chanteur. Il réenregistre les anciens succès du groupe en 2005.

Historique[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après avoir participé à différents groupes (Double Tones - Twistin Vampires - Fabulous Kernels - Grandpa & Company - La 7e Invention - Bucket of Blues) entre 1962 et 1969, Gérald (Gerry) Boulet, Jean (Johnny) Gravel, Denis (le vieux) Boulet et Michel (Willy) Lamothe, se regroupent sous le nom « Les Gants Blancs », qu'ils renomment Opera Pop d'Offenbach et ensuite, Offenbach Pop Opera et Offenbach Soap Opera. Par l’intermédiaire de leur nouveau gérant, Lucien Ménard, le groupe rencontre Pierre Harel (cinéaste et musicien) qui désire écrire des textes en français. En 1971, il devient membre du groupe, en tant que chanteur et auteur.

Les années 1970 - l'ascension[modifier | modifier le code]

Le groupe sort son premier album Offenbach Soap Opera en 1972. Cet album contient quelques titres anglophones ainsi que les deux classiques Câline de blues et Faut que j’me pousse. Malgré ces deux futurs succès, Denis Boulet quitte le groupe et est aussitôt remplacé par Roger "Wézo" Belval à la batterie.

Le second album, Saint-Chrone de Néant, est enregistré le 30 novembre 1972, devant 3 000 personnes à l’Oratoire St-Joseph. Un disque marginal, faisant suite à l’idée de Pierre Harel de composer une messe des morts, proposant un mélange de rock grégorien et de chants liturgiques.

Le groupe travaille ensuite, en 1973, sur la musique du film Bulldozer de Pierre Harel. Offenbach entreprend ensuite une tournée européenne à la demande du cinéaste français Claude Faraldo qui leur propose de les filmer quotidiennement afin d’en faire un film qui sera éventuellement présenté en France. Tabarnac, le troisième disque du groupe, est directement tiré du tournage de ce documentaire. Malgré le manque d’intérêt envers le film, le disque remporte un certain succès grâce aux pièces L’hymne à l’amour, Promenade sur Mars et Ma patrie est à terre.

1974 coïncide avec le départ de Pierre Harel, qui continue malgré tout à écrire des textes pour le groupe jusqu'en 1977. Par la suite, il formera le groupe Corbeau et, plus tard, le groupe amalgame Corbach en 1990. Toujours en Europe, le groupe revient au Québec en 1975, pour ensuite s’exiler à Toronto afin de produire leur premier album anglophone. Never Too Tender, qui sortira en 1976, s’avère être un échec commercial. Album très mal reçu dans un Québec plus que jamais souverainiste, il permettra malgré tout au groupe de se produire au Canada anglais.

La discorde régnant dans le groupe, le septième disque, Offenbach voit le jour en 1977. Enregistré au Québec, il contient d’excellentes compositions (La voix que j'ai, Chu' un rocker et Le blues me guette). Malgré un vif intérêt du public, Michel Lamothe et Roger Belval quittent le groupe pour rejoindre Pierre Harel et former le groupe Corbeau. Plusieurs musiciens, dont Jean Millaire (qui rejoindra lui aussi Corbeau), Norman Kerr et Doug McCaskill, graviteront autour de l’univers d’Offenbach jusqu’à la fin de 1978. On rapatriera alors deux Ontariens, Breen LeBoeuf (à la basse) et John McGale (à la guitare) pour combler le vide. Pierre Lavoie remplace Wézo à la batterie.

Aidé par le parolier Pierre Huet, collaborateur de Beau Dommage qui compose huit des dix chansons, le disque Traversion d’Offenbach est sorti en 1978. Grâce à des pièces telles que Ayoye, dont les paroles sont d'André St-Denis, Je chante comme un coyote, Deux autres bières et Mes blues passent pu dans porte, le groupe atteint la consécration du public et de l’industrie musicale, remportant le Félix de l’album rock de l’année au premier gala de l’ADISQ. Pour la première fois depuis le départ de Harel, le groupe comporte deux chanteurs avec la présence de Breen LeBoeuf.

Cette même année, ayant rencontré Vic Vogel et son groupe lors de l’enregistrement de Traversion, le groupe et Vogel concoctent un projet jazz/rock nommé Offenbach En Fusion. Il est enregistré en spectacle les 30 et 31 mars 1979, au théâtre Saint-Denis. Il deviendra le premier disque d’or du groupe. Bob Harrisson remplace Lavoie à la batterie.

Les années 1980 - vers la séparation[modifier | modifier le code]

Offenbach, devient le 3 avril 1980, le premier groupe québécois à se produire, au célèbre Forum de Montréal devant une foule de 10 000 personnes. Suivent une tournée en France et un spectacle à la Place des Nations de Montréal avec Chuck Berry. Depuis son arrivée dans le groupe, John McGale s’impose peu à peu en tant que compositeur. L’album Rock Bottom, deuxième album anglophone du groupe, voit le jour. Sorti simultanément en France et au Québec, cet album passera complètement inaperçu.

Malgré cet échec, McGale ne s’avoue pas vaincu et reprend l’écriture, seul ou en compagnie de Breen LeBoeuf. Il compose la musique de cinq des dix chansons du nouvel album Coup de foudre, qui sortira en 1981. Enregistré dans un édifice désaffecté afin d’obtenir un son “live”, cet album est bien reçu par la critique musicale. Malgré le peu de succès radiophonique, il connaît du succès auprès des admirateurs du groupe.

Comme à chaque nouvel album, le groupe part en tournée à travers le Québec, cette fois-ci en compagnie de Garolou et de Zachary Richard. La tournée se terminera le 4 juin, au Forum, en compagnie de Joe Cocker.

L’année 1982 amène son lot de changements pour le groupe: le remplacement de leur gérant et le recrutement de Pat Martel pour jouer de la batterie. À la fin de cette même année, Offenbach se retrouve à Québec pour créer un nouveau disque. L’enregistrement deviendra un marathon de 22 jours et le disque s'intitulera Tonnedebrick. John McGale compose huit des dix chansons, tandis que Gerry Boulet, ayant la tête à un album solo, n’en compose qu’une. Malgré de décevantes ventes, le groupe se retrouve encore une fois sur la route, en compagnie de Plume Latraverse. La tournée se termine le 17 septembre 1983 par l’enregistrement, au Forum de Montréal, de l’album en spectacle À fond d'train.

Au cours de 1984, Gerry Boulet sort son premier album solo, Presque 40 ans de blues, et Offenbach est plus ou moins mort. Le groupe entre au Studio Multisons en 1985 pour enregistrer ce qui deviendra leur dernier album original Rockorama. En collaboration avec Michel Rivard, l’album contiendra quelques succès dont Seulement qu’une aventure' et La louve.

Après la tournée la plus courte de leur histoire, seulement deux spectacles (un à Québec et l’autre à Montréal), Offenbach donne son spectacle d’adieu le 1er novembre au Forum. On enregistre l'album Le dernier show devant une foule en délire lors de cet ultime spectacle. Ce dernier opus permettra au groupe d’obtenir un autre Félix pour le « Spectacle rock de l’année ». Un DVD de ce spectacle sera disponible quelques années plus tard.

Entre 1979 et 1987, le groupe remporte cinq Félix au gala de l’ADISQ, dont celui « Album rock de l’année » pour Traversion en 1979, deux en 1980 pour « Spectacle de l'année » avec Offenbach au Forum et « Disque rock de l'année » avec Offenbach en fusion et, finalement, en 1986 pour « Spectacle de l'année/Musique et Chansons Rock » avec Le dernier show.

Après la séparation[modifier | modifier le code]

En 1986, Gerry Boulet entreprend une tournée solo. En 1987, enregistrement de la chanson Café Rimbaud. La même année, il assure la réalisation artistique et les arrangements sur l'album Les gitans reviennent toujours de Lucien Francoeur. Il enregistre son deuxième album solo, Rendez-vous doux, en 1988, en plus de faire une tournée de promotion. Gerry Boulet meurt d'un cancer en juillet 1990, âgé de 44 ans.

Entre 1987 et 1991, Johnny Gravel joue au sein du groupe Patriotes, et enregistre une chanson de Félix Leclerc, L'Alouette en colère.

John McGale, Breen LeBoeuf et Jerry Mercer (April Wine) forment un trio, le Buzz Band, et enregistrent un album en 1990. Ils se produisent en spectacle tout en continuant leurs projets solo.

Breen LeBoeuf participe à la tournée Incognito de Céline Dion, en 1987 et 1988. Durant les années suivantes, il enregistre trois albums solo : De ville en aventure, L'âme nue, J'avance. Il collabore aussi à divers projets, dont la musique du film J'en suis! avec Dan Bigras, à la comédie musicale Chicago, en plus d'accompagner Nanette Workman et Jimmy James dans la revue "Mississippi" au casino de Montréal. Il participe à de nombreux duos avec plusieurs artistes du Québec, dont Martin Deschamps et Marie-Chantal Toupin. Depuis 2007, il remplace Jimmy Clench au sein du groupe April Wine.

John McGale collabore avec de nombreux artistes, tant en studio qu'en spectacle: Jano Bergeron, Jerry Mercer, Nanette Workman, Lime, Favorite Nation, Dan Bigras, ses anciens collègues Gerry Boulet et Breen LeBoeuf, Simon Fauteux, Chloé Sainte-Marie, Dawn Tyler Watson, Bob Walsh, Lulu Hughes, Marie Carmen, Isabelle Boulay, Shawn Phillips, Jim Zeller, Éric Lapointe, Nathasha St-Pierre, Steve Hill, France D'Amour, Jeff Smallwood, Angel Forest, Kim Richardson, Martin Deschamps et Melissa Auf Der Maur. John McGale a enregistré trois albums avec Toyo : Symbiose, Blood Brothers, Front Porch Light. En solo, il a créé Bootleg, Friends of the Devil et Bridges. C'est John qui s'est occupé de la direction artistique de l'album Nature et c'est également lui qui a eu l'idée d'un album hommage à Offenbach avec onze des plus belles voix féminines du Québec, Les Jalouses du Blues, et qui en assume la direction.

En 1992, le répertoire du groupe est réédité en disques compacts sur les coffrets 1-3-5 et 2-4-6. Cependant, depuis les dix dernières années, la compagnie de disque québécoise Musique ProgresSon Inc[1] a eu pour projet de rééditer l'intégrale de la discographie du groupe. Ainsi, Saint-Chrone de Néant, Bulldozer, Tabarnac et Offenbach sont maintenant disponibles à une nouvelle génération.

La reformation du groupe[modifier | modifier le code]

1997-98 : Les 3 membres restant du groupe se réunissent, avec Martin Deschamps comme chanteur, Jacques Harrisson aux claviers et Christian Lajoie à la batterie, pour entreprendre une tournée à travers le Québec de près de 2 ans. De cette tournée, viendra l’idée de réenregistrer les succès du groupe version 2005 qui se retrouvent sur l’album Nature.

2001 : Johnny Gravel, Breen LeBoeuf, et John McGale décident de faire 2 spectacles (Trois-Rivières et Québec), formule en fusion avec section de cuivres, accompagnés de Justin Boulet au chant, Michel Chalse à l'orgue, et Bob St-Laurent à la batterie.

2002 : Pierre Harel revient dans le décor, avec comme projet de faire revivre le spectacle de l'Oratoire St-Joseph. Double événement, car en plus de la messe des défunts, on assiste à une fusion que personne ne croyait possible; celle des deux formations qui ont le plus marqué l'histoire du groupe; Pierre Harel, Michel (Willie) Lamothe, Roger (Wézo) Belval, avec Johnny Gravel, Breen LeBoeuf, et John McGale, le tout accompagné de Michel Bessette, et Bob (Tri-Bob) Champoux de Corbach.

2005 : En compagnie de Martin Deschamps (voix), Bernard Quessy (orgue), et Bob St-Laurent (batterie), Johnny, Breen et John s'offrent le Centre Bell avec Michel Pagliaro et April Wine. Il s'ensuit une tournée des festivals au Québec, accompagnée de Vic Vogel et son Big Band pour faire revivre l'événement de 1979 En Fusion.

2008 : Breen quitte pour April Wine, Martin retourne à sa carrière solo, mais l'aventure se poursuit avec le batteur Bob Saint-Laurent qui devient la nouvelle voix du groupe et avec Robby Bolduc comme bassiste. La dernière mouture du groupe effectue une tournée estivale à travers la province.

2012 : Michel Landry prend sa place derrière la batterie suite au départ de Bob St-Laurent à la fin de novembre 2011. Jeune mais plein de talent, il assume aussi le rôle de chanteur. Il est un exemple modèle de la relève fulgurante qui suivra.

Héritage[modifier | modifier le code]

Aux côtés d’Harmonium et de Beau Dommage, Offenbach demeure un monument au Québec. Fort d’une carrière de 40 ans depuis la sortie du premier disque, il a su se forger une horde d’admirateurs grâce à des textes brillants et à une musique rock ʼnʼ roll. Avec le recul, Offenbach demeure le seul vrai groupe rock du Québec.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Membres d'Offenbach[modifier | modifier le code]

2012-2013[modifier | modifier le code]

  • Johnny Gravel : guitare
  • John Mcgale : guitares, sax, voix, flûte, mandoline, banjo
  • Bernard Quessy : piano, orgue-B3, wurlitzer
  • Michel Landry : batterie, percussions,
  • Robby Bolduc : basse

2008-2011[modifier | modifier le code]

  • Johnny Gravel : guitare
  • John McGale : guitares, sax, voix, flûte, mandoline, banjo
  • Bernard Quessy : piano, orgue-B3, Wurlitzer
  • Bob Saint-Laurent : batterie, percussions, et voix principale
  • Robby Bolduc : basse

2005-2007[modifier | modifier le code]

  • Martin Deschamps : voix principale,basse
  • Johnny Gravel : guitare
  • Breen LeBoeuf : basse,voix
  • John McGale : guitares, voix, flûte, mandoline, sax,banjo
  • Bernard Quessy : piano, B3, Wurlitzer
  • Bob Saint-Laurent : batterie, voix, percussions, triangle

2002 à l'Oratoire St-Joseph[modifier | modifier le code]

  • Pierre Harel : voix
  • Johnny Gravel : guitare
  • Breen LeBoeuf : voix
  • John McGale  : guitares, mandoline, flute,saxophone,voix
  • Michel Lamothe : basse,voix
  • Roger "Wézo" Belval : batterie,percussions
  • Michel Bessette : orgue B-3, piano, voix
  • Bob Champoux (Tri-Bob) : guitares
  • Scott Price : piano, synthétiseurs, arrangement

2001[modifier | modifier le code]

  • Justin Boulet : voix
  • Johnny Gravel : guitare
  • Breen LeBoeuf : basse, voix
  • John McGale  : guitares, flute, saxophone, voix
  • Francois Globensky : orgue B-3, piano
  • Michel Chasle : orgue B-3,piano
  • Bob Saint-Laurent : batterie, percussions, voix

1997-1998[modifier | modifier le code]

  • Martin Deschamps : voix principale,basse
  • Johnny Gravel : guitare
  • Breen LeBoeuf : basse,voix
  • John McGale : guitares, flute, sax, voix
  • Jacques Harrisson : orgue B-3, piano
  • Christian Lajoie : batterie, percussions

1982-1985[modifier | modifier le code]

Lors de sa séparation en 1985, le groupe était composé de :

  • Gerry Boulet : voix, orgue B-3, piano, guitare (1970-1985)
  • Johnny Gravel : guitare (1970-1985)
  • Breen LeBoeuf : basse, voix (1978-1985)
  • John McGale : guitares, synthétiseur, saxophone (1978-1985)
  • Pat Martel : batterie, percussions, synt.drum kit (1982-1985)

1979-1981[modifier | modifier le code]

  • Gerry Boulet : voix, orgue B-3, piano, guitare,saxophone
  • Johnny Gravel : guitare, orgue, voix
  • Breen LeBoeuf : basse, voix
  • John McGale : guitares, flute, saxophone, voix
  • Bob Harrison : batterie, percussions

1978[modifier | modifier le code]

  • Gerry Boulet : voix, orgue B-3, piano, guitare
  • Johnny Gravel : guitare, orgue, voix
  • Pierre Lavoie : batterie, percussions
  • Pierre Ringuet : batterie, percussions
  • Breen LeBoeuf : basse, voix
  • John McGale  : guitares, flute, saxophone

1974-1977[modifier | modifier le code]

1973[modifier | modifier le code]

Offenbach Soap Opera[modifier | modifier le code]

1972[modifier | modifier le code]

  • Pierre Harel : intellectuel, congas, voix
  • Gerry Boulet : voix, orgue B-3, piano, guitare
  • Roger "Wézo" Belval : batterie, percussions
  • Johnny Gravel : guitares, voix
  • Michel Lamothe : basse, voix

1971[modifier | modifier le code]

  • Pierre Harel : intellectuel, congas, voix
  • Gerry Boulet : voix, orgue B-3, piano, guitare
  • Denis Boulet : batterie, percussions
  • Johnny Gravel : guitares
  • Michel Lamothe : basse, voix
  • Marcel Beauchamp : guitares

L'Opera Pop D'Offenbach[modifier | modifier le code]

1969-1970[modifier | modifier le code]

  • Gerry Boulet : voix, orgue B-3, piano, guitare
  • Denis Boulet : batterie, percussions
  • Johnny Gravel : guitares
  • Michel Lamothe : basse, voix

Autres[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

Dans une loge, avant un spectacle, les musiciens d'Offenbach se voient offrir des plateaux de fruits frais. Gerry Boulet, qui avait souhaité plutôt se faire servir quelques bières, aurait déclaré sur un ton grinçant : «Ouan... Ben nous autres, là, on n'aime pas ça, des frrrrruits», commenta-il en faisant rouler ses « r ». Plume Latraverse en a fait un gag de fin de chanson dans Le joyeux misanthrope (Chansons Pour Toutes Sortes de Monde, Disques Dragon, 1990). Cette phrase est d'ailleurs sortie de la bouche de Gerry lors d'un concert estival à l'international Bromont à la fin des années 1970. Phrase qui fut grandement médiatisée à l'époque.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Mario Roy, Gerry Boulet, Avant de m'en aller, Montréal, Art Global, 1991

Robert Thérien et Isabelle D'Amours, Dictionnaire de la musique populaire au Québec 1955-1992, Québec, IQRC, 1992

Livret dans les coffrets 1-3-5 et 2-4-6