Odratzheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Odratzheim
L'église Sainte-Marguerite.
L'église Sainte-Marguerite.
Blason de Odratzheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Molsheim
Canton Wasselonne
Intercommunalité Communauté de communes de la Porte du Vignoble
Maire
Mandat
François Jehl
2014-2020
Code postal 67520
Code commune 67354
Démographie
Population
municipale
444 hab. (2011)
Densité 288 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 04″ N 7° 29′ 22″ E / 48.6011, 7.489448° 36′ 04″ Nord 7° 29′ 22″ Est / 48.6011, 7.4894  
Altitude Min. 174 m – Max. 246 m
Superficie 1,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Odratzheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Odratzheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Odratzheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Odratzheim

Odratzheim (Oderze en alsacien) est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Odratzheim est située en bordure de la plaine d'Alsace, au pied des collines sous vosgiennes, à l'est de la route départementale 422 (ex RN 422), axe routier important reliant Molsheim à la RD 1004 (ex RN 4) et à Saverne. Molsheim est distante de 9 km, Saverne est à 21 km et Strasbourg est à 25 km. Odratzheim est traversée par la route départementale 620 qui se raccorde à l'ouest à la RD 422 et qui, au nord, relie le village voisin de Kirchheim. Les autres communes limitrophes sont Scharrachbergheim-Irmstett au sud, Traenheim au sud-ouest et Wangen au nord-ouest.

Le point culminant se trouve au sommet de la colline calcaire 'Am Berg (246 m), mais le village se situe à 175 m environ. Le ban communal est arrosé par la Mossig qui s'écoule vers le sud-ouest et par son affluent, le Kuhbach. Les deux cours d'eau forment une zone inondable (un plan de prévention des risques d'inondation sur le bassin de la Mossig est toujours en cours de définition en 2006). Le cours de la Mossig présente une ripisylve constituant un refuge pour l'avifaune et un corridor naturel de passage pour la petite faune. Ce cours s'accompagne également de prairies humides écologiquement intéressantes.

Une piste cyclable contournant le village par l'est emprunte le tracé de l'ancienne voie ferrée Molsheim-Saverne. La commune est desservie par la ligne de bus Réseau 67.

Histoire[modifier | modifier le code]

Odratzheim, dont le nom apparaît en 747, fait partie du domaine royal de Marlenheim-Kirchheim. Au Moyen Âge, diverses abbayes, comme celle de Honau ou de Marmoutier, y ont des biens. Le village est probablement mis en gage par Rodolphe Ier en 1276. Le fief passe entre les mains de nombreux seigneurs puis est érigé en fief de la noblesse immédiate de Basse-Alsace : son seigneur dépend alors directement de l'empereur.

Du XVe au XVIIIe siècle, les familles seigneuriales se succèdent à mesure qu'elles s'éteignent les unes après les autres.

Dépendant à l'origine de l'église de Kirchheim, Odratzheim n'est érigé en paroisse autonome qu'en 1802.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Odratzheim

Les armes d'Odratzheim se blasonnent ainsi :
« D'argent à la main dextre appaumée de gueules. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours François Jehl[2]    
mars 2001 mars 2008 François Jehl    
Les données manquantes sont à compléter.

La commune a entamé une démarche d'élaboration de PLU en avril 2006.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 444 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
418 459 515 558 596 607 555 523 508
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
502 473 488 477 440 439 389 380 370
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
343 371 349 277 303 278 270 246 238
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
247 284 291 334 347 399 445 453 443
2011 - - - - - - - -
444 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

En 1999, 11 % de la population active travaillait sur la commune et 87 % dans le reste du département du Bas-Rhin. Les déplacements liés au travail se font essentiellement vers Strasbourg et, dans une moindre mesure, sur Wasselonne, Molsheim et Saverne.

L'agriculture est l'activité économique principale du village. Elle se caractérise par une polyculture axée principalement sur le maïs et, dans une moindre mesure, sur la production de blé et la culture de la vigne. La commune dispose depuis peu d'un commerce. La Boulangerie François ! Le bon pain au cœur de notre beau village ! Pour le reste, tout est disponibles sur Marlenheim et Scharrachbergheim à quelques kilomètres. Les quelques entreprises artisanales -pépiniériste, ébénisterie, menuiserie, zinguerie sanitaire, peinture, garage- ne comptent pas plus de 7 salariés.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Marguerite : bien que construite sous le Second Empire, l'église conserve encore les trois premiers niveaux d'une ancienne tour-chœur d'époque romane, dans laquelle est incrusté un bas-relief représentant un personnage coiffé d'un chapeau pointu, lissant sa barbe et tenant un bâton. Un orgue de la maison de facteur d'orgues Stiehr-Mockers[5] a été transféré de l'église de Schirmeck dans la paroisse d'Odratzheim en 1863[6], [7], [8],[9],[10].
  • Chapelle[11] .
  • Château Geraudon : la demeure de style Régence est érigée à l'instigation du commissaire royal de guerre Augustin-Pierre Geraudon. Les deux façades sont animées par un avant-corps central sommé d'un fronton avec cartouche. La cour d'honneur s'ouvre sur la rue par un beau portail en fer forgé. Les façades, la toiture et un escalier intérieur sont classés aux monuments historiques depuis 1940[12], [13].
  • Ancienne synagogue : le bâtiment est occupé actuellement par le centre socio-culturel[14]. Exempt de toute richesse ornementale, l'édifice contraste avec celles de Westhoffen et de Balbronn et reflète la relative pauvreté de la population juive d'Odratzheim.
  • Une nécropole médiévale est attestée sur le ban communal, près du cimetière mais sans que sa localisation ne soit connue avec grande précision.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Janette WEILL née Levi, femme de bien renommée et ancêtre du Dr Michaël WEILL vit le jour dans la commune en 1793.

La commune en images[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]