Odoric de Pordenone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Odoric de Porderone

Odoric de Pordenone, né vers 1286 à Pordenone, mort le 14 janvier 1331 à Udine. Missionnaire franciscain, il a été un des rares voyageurs occidentaux à se rendre en Extrême-Orient pendant le Moyen Âge. Le récit de son voyage en Chine, dicté à Guillaume de Solagna, est authentique et fiable, au contraire de celui de Jean de Mandeville, qui le pille pour alimenter un récit de voyage imaginaire et fantaisiste.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Odoric est né à Villa Nuova, hameau proche de la ville de Pordenone dans le Frioul, aux environs de 1286. Selon ses biographes ecclésiastiques, il prend très jeune l'habit franciscain et gagne le couvent d'Udine, capitale du Frioul.

Aux alentours de 1316-1318, le frère Odoric est envoyé en Orient, où l'activité des missionnaires a pris une ampleur remarquable, et il n'en revient pas avant la fin de 1329 ou le début de 1330; cependant, en ce qui concerne les dates intermédiaires, tout ce que nous pouvons déduire de son récit et de quelques autres sources est qu'il est en Inde peu après 1321, très certainement en 1322, et qu'il passe trois ans en Chine lors d'une période comprise entre le début de 1323 et la fin de 1328.

Son voyage en Orient commence à Venise, passe par Constantinople. Il voyage par mer jusqu'à Trébizonde, et de là sur terre jusqu'à Erzurum, Tabriz et Sultaniya (Soltaniyeh), villes dans lesquelles les franciscains ont des établissements. Au départ de Sultaniya, il passe par Kashan et Yazd, et, obliquant à partir de là, il suit une route quelque peu détournée en passant par Persépolis et les régions de Shiraz et de Bagdad, jusqu'au golfe Persique. À Ormuz il s'embarque pour l'Inde, et débarque à Thana, près de Bombay.

Dans cette ville, quatre frères de son ordre, Thomas de Tolentino, Jacques de Padoue, Pierre de Sienne et Démétrius de Tiflis, avaient trouvé la mort de la main de son gouverneur musulman. Les os de ces martyrs, recueillis par le frère dominicain Jourdain de Séverac, avaient été enterrés à Supera, la Suppara des anciens géographes, près de la ville moderne de Bassein, à 42 km au nord de Bombay. Odoric rapporte qu'il déterre ces reliques et les transporte avec lui pendant la suite de ses pérégrinations.

En chemin il visite Malabar, faisant étape à Pandarani (32 km au nord de Calicut), à Cranganore, et à Kulam autrement dit Quilon, partant de là, semble-t-il, pour Ceylan et pour le sanctuaire de saint Thomas à Maylapur près de Madras.

Image pieuse catholique chinoise représentant le bienheureux Odoric

Depuis l'Inde il navigue à bord d'une jonque jusqu'à Sumatra, visitant différents ports de la côte nord de cette île, et de là jusqu'à Java, Bornéo à ce qu'il semble, Champa en Indochine, Guangzhou (Canton), alors Chin-Kalan, c'est-à-dire "Grande Chine" (Mahachin). Depuis Guangzhou il voyage sur terre jusqu'aux grands ports du Fujian. Dans l'un d'entre eux, alors appelé Zaïton, il trouve deux établissements de franciscains; il dépose dans l'un d'eux les os des frères qui ont subi le martyre en Inde.

Depuis Fuzhou il gagne à travers les montagnes le Zhejiang, et visite Hangzhou, alors réputée, sous le nom de Cansay, Khanzai, ou de Quinsai (c'est-à-dire Kin gsze, "résidence royale"), pour être la plus grande ville du monde. Odoric, comme Marco Polo, Marignolli, et Ibn Batuta, donne des détails remarquables sur cette ville splendide. Se dirigeant vers le nord via Nanjing et le Yangzi Jiang, Odoric s'embarque sur le Grand Canal de Chine et voyage jusqu'aux quartiers généraux du Grand Khan (probablement Yesün Temür Khan), à savoir la cité de Cambalec (Cambaleth, Cambaluc, etc.), aujourd'hui appelée Pékin, où il demeure trois ans, probablement de 1324 à 1327, desservant l'une des églises fondées par l'archevêque Jean de Montecorvino, à cette époque extrêmement âgé.

Son voyage de retour est rapporté d'une manière moins claire. S'en revenant par voie de terre à travers l'Asie, à travers le pays du Prêtre Jean (peut-être la Mongolie), et à travers Casan, l'audacieux voyageur semble être entré au Tibet, et même peut-être avoir visité Lhassa. La tibétologue Françoise Pommaret considère que si le moine franciscain Odoric de Pordenone a longtemps été considéré comme le premier occidental à pénétrer à Lhassa, il aurait en fait visité Khotan en Asie centrale et recueilli auprès des habitants ce qu'il écrit concernant le Tibet[1]. Il traverse le nord de la Perse, dans le Millestorte, jadis fameux en tant que pays des Assassins sur les hautes terres de l'Elbourz. Aucune autre indication n'est donnée sur son voyage de retour jusqu'à Venise, bien qu'il soit presque certain qu'il soit passé par Tabriz. Le caractère vague et lacunaire du récit, dans cette partie, contraste fortement avec la clarté et la précision de la narration jusque là.

Pendant une partie au moins de ces longs voyages, Odoric a pour compagnon le frère Jacques, un Irlandais, à ce qu'il semble d'une note des registres publics d'Udine, signalant, peu après le décès d'Odoric, un présent de deux marcs fait à ce frère irlandais, socio beati fratris Odorici, amore Dei et Odorici (« au compagnon du bienheureux frère Odoric, pour l'amour de Dieu et d'Odoric »). Peu après son retour, Odoric se rend à Padoue, à la maison franciscaine qui jouxte celle de saint Antoine, et c'est là qu'en mai 1330 il raconte l'histoire de ses voyages, qui sont rédigés en latin de cuisine par le frère Guillaume de Solagna.

En route pour la cour du pape à Avignon, Odoric tombe malade à Pise, et, retournant à Udine, capitale de sa province d'origine, il y meurt.

Contexte historique et fiabilité[modifier | modifier le code]

Il est sans doute plus juste de considérer le voyage d'Odoric comme une mission diplomatique que d'en rester à sa dimension religieuse. Près d'un siècle auparavant, les Mongols avaient pénétré en Europe. Entre 1237 et 1238, ils avaient la plus grande partie de la Russie et vers 1241 avaient dévasté la Pologne, avant de se retirer brusquement.

Le pape Innocent IV avait envoyé dès 1245 des ambassades en Tartarie, c'est-à-dire en Mongolie, pays du Grand Khan. Il avait choisi pour cela le franciscain Jean de Plan Carpin et les dominicains André de Longjumeau et Ascelin de Lombardie. En 1249, le roi Louis IX envoya pour une nouvelle ambassade André de Longjumeau, puis en 1259, le franciscain Guillaume de Rubrouck. Niccolò, Marfeo, et Marco Polo firent leurs deux voyages en 1260 et 1271. Par la suite, en 1288, le pape Nicolas IV envoya en mission le dominicain Ricoldo da Monte Croce puis en 1294 le franciscain Jean de Montecorvino.

Quelques passages montrent à quel point Odoric est un voyageur authentique et original. Il est le premier Européen après Marco Polo, qui fasse une mention claire de Sumatra. Le cannibalisme et la mise en commun des femmes qu'il attribue à certaines ethnies de cette île, sont bien le fait de cette île, ou d'autres qui en sont proches. Sa description du sagoutier dans cet archipel n'est pas exempte d'erreurs, mais ce sont les erreurs d'un témoin oculaire. La mention qu'il fait en Chine de Guangzhou sous le nom de Censcolam ou de Censcalam (Chin-Kalan), et sa description de la pêche au cormoran, de la coutume de laisser les ongles des orteils pousser jusqu'à une taille extravagante, ainsi que de comprimer les pieds des femmes, lui sont propres parmi les voyageurs de cette époque; Marco Polo n'avait évoqué aucun de ces détails.

Célébrité d'Odoric et de ses voyages[modifier | modifier le code]

Tombe d'Odoric à Udine

Ce long voyage paraît avoir impressionné plus fortement les laïcs de son pays natal que ses confrères franciscains. Ces derniers s'apprêtent à l'enterrer sans plus de cérémonie lorsque le principal magistrat de la ville intervient et décrète des funérailles officielles. Des rumeurs courent sur ses merveilleux voyages et ses miracles posthumes, au point qu'elles se répandent comme une traînée de poudre dans tout le Frioul et la Carniole. La cérémonie doit être reportée plus d'une fois. Elle a lieu finalement en présence du patriarche d'Aquilée et de tous les dignitaires de la région. La clameur populaire en fait un objet de dévotion et la municipalité lui fait construire une tombe splendide. Sa renommée en tant que saint aussi bien que voyageur se répand au loin avant le milieu du siècle. Quatre siècles plus tard, l'autorité papale décide formellement de sa béatification. Un buste d'Odoric est érigé à Pordenone en 1881.

Les nombreuses copies du récit d'Odoric (tant du texte original que de ses traductions en français, italien, etc.) qui sont parvenues jusqu'à notre époque datent surtout du XIVe siècle, et montrent à quel point et à quelle vitesse il est devenu populaire. Il serait injuste de qualifier ce récit de mensonger, comme certains l'ont fait, mais il ne le serait pas moins de le porter aux nues, comme d'autres. La crédibilité d'Odoric a été injustement entamée par l'usage qu'a fait de son récit Jean de Mandeville. Pour l'essentiel, les prétendus voyages de ce chevalier en Inde et en Chine sont des larcins fait à Odoric, augmentés de fables tirées d'autres sources et de sa propre imagination, saupoudrés de ses propres connaissances, étonnamment claires pour l'époque, en astronomie.

Béatification[modifier | modifier le code]

Ému par les nombreux miracles qui se produisaient sur la tombe d'Odoric, en 1775, le pape Pie VI approuve la vénération que les fidèles accordent à Odoric en le béatifiant. En 1881 la cité de Pordenone érige un mémorial en l'honneur de son célèbre ressortissant.

Manuscrits et éditions[modifier | modifier le code]

Vie du bienheureux Odoric

Soixante-treize manuscrits du récit d'Odoric sont connus, en latin, en français et en italien : le principal est à Paris, à la BNF[2], datant des environs de 1350. Une version traduite en Français par Jean le Long est conservée dans un manuscrit daté de 1410-1412 destiné au duc de Bourgogne Jean sans Peur[3]. La première édition en est faite à Pesaro en 1513, dans un langage qu'Apostolo Zeno (1668-1750) qualifie d'« inculte ».

La collection de Ramusio le contient d'abord au second volume de la deuxième édition (1574), en italien, dans deux versions, différant étrangement l'une de l'autre, sans introduction ni explication[4]. Une autre version, en latin, est donnée dans les Acta Sanctorum édités par les bollandistes, à la date du 14 janvier. Une intéressante discussion devant la cour papale et relative à la béatification d'Odoric forme une sorte de blue-book édité ex typographia rev. camerae apostolicae (Rome, 1755). Friedrich Kunstmann de Munich a consacré l'un de ses articles au récit d'Odoric[5].

Éditions et traductions en français[modifier | modifier le code]

Autres éditions[modifier | modifier le code]

  • (it) Giuseppe Venni, Elogio storico alle gesta del Beato Odorico, Venise, 1761.
  • (en) Henry Yule in Cathay and the Way Thither, vol. I. p. 1-162, vol. II. appendice, p. 1-42 (Londres, 1866), Hakluyt Society
  • (it) Teofilo Domenichelli, Sopra la vita e i viaggi del Beato Odorico da Pordenone dell'ordine de'minori (Prato, 1881)
  • (it) Textes d'Odoric inserrés dans la Storia universale delle Missione Francescane de Marcellino da Civezza, tome III, p. 739-781.
  • (en) et dans les Principal Navigations de Richard Hakluyt (1599), t.II, p. 39-67.
  • Jean de Viktring (Johannes Victoriensis) in Fontes rerum Germanicarum, éd. JF Böhmer
  • vol. I. éd. par J. G. Cotta (Stuttgart, 1843), p. 391
  • Luc de Wadding (Luke Wadding), Annales Minorum, A.D. 1331, vol. VII, p. 123-126
  • Bartholomio Rinonico, Opus conformitatum ... B. Francisci ..., livre I, paragraphe II, conf. 8 (folio 124 de l'édition de Milan de 1513)
  • Jean de Winterthur in Eccard, Corpus historicum medii aevi, vol. I. colonnes 1894-1897, surtout p. 1894
  • Charles Raymond Beazley, Dawn of Modern Geography, tome III, p. 250-287, 548-549, 554, 565-566, 612-613.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Françoise Pommaret Le Tibet, une civilisation blessée, Découvertes Gallimard, Paris, 2002, (ISBN 2070762998), (ISBN 9782070762996)
  2. Manuscrit latin 2584, folios 118 recto à 127 verso.
  3. BNF, Fr.2810
  4. Voir aussi l'édition de 1583, tome II, folios 245 recto à 256 recto.
  5. Friedrich Kunstmann, Histor.-polit. Blätter von Phillips und Görres, vol. xxxvii. pp. 507-537

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Odoric de Pordenone, De Venise à Pékin au Moyen Age, récit adapté en français moderne par H. Demoulin, Pari, Pierre Téqui, 1938.
  • Évariste Huc, Le christianisme en Chine, en Tartarie et au Thibet, Gaume Frères, 1857. Sur Oderic de Pordenone.
  • Paul Pelliot, Chrétiens d'Asie centrale et d'Extrême-Orient, T'oung Pao, 1914.
  • (en) A. C. Moule, Christians in China, before the year 1550, Gorgias Press, 1930.
  • René Grousset, L'Empire des steppes, Payot, 1965, rééd. 2001, p. 384...

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]