Odo Ier (margrave de la Marche de l'Est saxonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Odo Ier, connu aussi sous le nom d’Hodo Ier, est né vers 930 et est mort le 13 mars 993. Il a été margrave de la Marche de l’Est saxonne de 965 jusqu’à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

La Marche de l'Est saxonne vers l'an 1000

Selon les généalogistes, Odo était sans doute un fils d’Hidda et de Christian de Thuringe. Odo a reçu le comté de Serimuntgau des mains de Thietmar Ier de Misnie, qui était certainement un fils d’Hidda. Odo a été inhumé à Nienburg où Thietmar avait fondé un monastère. Ceci indique qu’il y avait certainement des liens de parenté entre les deux hommes.

En 965, Gero le Grand, probablement l’oncle d’Odo, est mort et sa grande marche (la marca Geronis) a été divisée en cinq marches plus petites. Odo a reçu la Marche de l’Est[1]. Plus tard, Odo a également reçu le comté de la région de Nizizi. Odo est apparu pour la première fois dans les documents avec le titre de marchio (margrave) en 974, bien qu’il ait obtenu sa marche (officiellement un comté) en 965. La même année (974), Odo a été fait comte de Nordthürnigau.

Odo était entré en guerre avec Mieszko Ier de Pologne à la fin des années 960. Du lointain Mezzogiorno où il séjournait, l’empereur Othon Ier a ordonné aux deux hommes de cesser les hostilités et d’attendre son arbitrage[2]. Le chroniqueur Dithmar de Mersebourg rapporte, apparemment avec beaucoup de plaisir, que la réputation d’Odo était telle que Mieszko « n’aurait jamais osé, portant son manteau de fourrure, entrer dans une maison où se trouvait le margrave, ou rester assis alors que le margrave se mettait debout »[3]. En 972 (ou 979), voulant forcer Mieszko à payer un tribut pour le territoire se trouvant entre l’Oder et la Warta, Odo a franchi l’Oder et envahit la région. Le 24 juin 972 (ou 979), son armée est battue par les Polonais conduits par Mieszko Ier (Bataille de Cedynia)[4].

En 993, Gero II lui a succédé.

Odo a laissé un fils, Siegfried, qui est devenu moine à Nienburg. Après le décès de son père, il a abandonné la vie religieuse pour réclamer, sans succès, l’héritage de son père. Il est quand-même devenu comte en 1018. En 1030, il s’est allié avec Mieszko II de Pologne.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Reuter, Timothy. Germany in the Early Middle Ages 800–1056. New York: Longman, 1991.
  • Thompson, James Westfall. Feudal Germany, Volume II. New York: Frederick Ungar Publishing Co., 1928.
  • Fondation de généalogie médiévale: Nobility of Meissen.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reuter, 257.
  2. Ibid.
  3. Ibid. 264.
  4. Thompson, 640.