Océade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Océade (homonymie).
Océade
Logo d'Océade.jpg
Ancien nom Océadium
Ouverture Été 1988
Domaine Bruparck
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale
Commune Bruxelles (Laeken)
Propriétaire Thierry Meeùs (La Ville de Bruxelles est propriétaire du terrain)
Type de parc Parc aquatique
Nombre d'attractions Total : 20 (14 toboggans aquatiques)


Nb d'attractions aquatiques : 20

Site Web oceade.be
Coordonnées
géographiques
50° 53′ 40″ N 4° 20′ 13″ E / 50.894539, 4.33680750° 53′ 40″ Nord 4° 20′ 13″ Est / 50.894539, 4.336807

  Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles-Capitale)
Océade

  Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Océade

Océade est un parc aquatique situé à Bruparck sur le site du Heysel à Bruxelles.

Historique[modifier | modifier le code]

Tout comme l'ensemble du site Bruparck, le parc aquatique se situe en lieu et place du Meli du Heysel. La concession de celui-ci n'est pas renouvelée en 1987 et la première pierre de Bruparck est posée le 26 octobre de la même année par Hervé Brouhon, bourgmestre de Bruxelles[1]. La « Société du parc aquatique du Heysel SA » est constituée le 16 mai 1988[2].

À l'été 1988 ouvre Océadium suite à l'investissement de 10 millions d'euros du groupe français Océade, avec la Caisse des dépôts et consignations comme actionnaire de référence. Le parc aquatique est renommé Océade. Les investisseurs français espèrent 550 000 entrées annuelles. L'année 1989 en totalise 320 000 et ce nombre diminue à 260 000 en 1991[3]. En juillet 1992, deux enfants de 5 et 7 ans se noient[4]. Thierry Den Doncker, directeur d'Océade est reconnu coupable d'homicide involontaire par défaut de prévoyance en décembre 1996[5]. Il a été acquitté en appel[réf. nécessaire].

Avec à sa tête Eddy Meeùs, le groupe Walibi acquiert le site le 18 septembre 1992. Il devient propriétaire par l'acquisition des actions de la Société du parc aquatique du Heysel (SPAH) pour 95 millions de francs belges[6]. Fin de l'année 1997, Eddy Meeùs négocie la vente d'une grande partie du Groupe Walibi avec la société américaine Premier Parks Inc., un opérateur de parcs d'attractions aux États-Unis[7]. L'acquisition du Groupe est annoncée officiellement en décembre et est clôturée début 1998 peu après l'introduction de Premier Parks à la New York Stock Exchange. La même année, Thierry Meeùs[N 1] rachète les complexes bruxellois Mini-Europe et Océade[8].

2003 est une année record avec 242 000 nageurs. En 2006, le parc représente un chiffre d'affaires de 2,5 millions d'euros et 230 000 visiteurs annuels. Ceux-ci proviennent à 30 % de Bruxelles, 20 % de sa périphérie, 40 % sont originaires du reste du pays et 10 % de l'étranger[8]. Le record annuel de visites a lieu en 2010 avec 268 000 nageurs fréquentant le site bruxellois. La décennie 2000-2010 voit une croissance de 88 %[9].

Le parc[modifier | modifier le code]

Vue partielle de la section extérieure avec l'Atomium au second plan.

Le parc offre 14 toboggans originaux : l'Anaconda, un toboggan de 140 m, avec des bouées pour une, deux ou trois personnes ; le Caméléon, toboggan de 140 m avec choix de la couleur de la descente ; le Barracuda, toboggan de 140 m en bouée une ou deux places ; l'Ouragan, toboggan de 80 m le plus rapide de Belgique ; le Salto Angel, quatre toboggans parallèles, le Bala de Canon, deux toboggans projetant le nageur au-dessus des flots et quatre toboggans pour petits enfants.

Le parc offre aussi une piscine à vagues, un pont de singe, un jeu vidéo interactif, des jets streams, une plaine de jeux aquatiques ainsi que le Cap Créole, un espace avec trois saunas, un hammam, un jacuzzi et un bain glacé. Le parc a comme thème les Caraïbes et les pirates.

Selon certaines sources[10], Océade est le parc aquatique le mieux équipé de Belgique.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Métro de Bruxelles
Ce site est desservi par les stations de métro : Heysel et Houba-Brugmann.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est le fils d'Eddy Meeùs.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Timmerman, « Main basse sur Bruxelles. Argent, pouvoir et béton », p. 133, Éditions Aden, 1991 ou Georges Timmerman, « Main basse sur Bruxelles. Argent, pouvoir et béton », sur Google livres, Éditions Aden,‎ 1991 (consulté le 27 septembre 2013)
  2. « SPAH », sur Trends-Tendances (consulté le 27 septembre 2013)
  3. Christophe Schoune, Marc Vanesse, « Un tremplin pour Walibi ? Le kangourou de Wavre fait la nique à Mickey », sur Le Soir,‎ 16 juillet 1992 (consulté le 27 septembre 2013)
  4. Christian Du Brulle, « Océade: l'incompréhension après la tristesse », sur Le Soir,‎ 15 juillet 1992 (consulté le 27 septembre 2013)
  5. « Deux enfants noyés à la piscine, quatre ans après, le directeur de l'Océade est condamné », sur Le Soir,‎ 19 décembre 1996 (consulté le 27 septembre 2013)
  6. Michael Chalklin, « Le groupe Walibi enregistre une chute importante de ses bénéfices, le kangourou modère ses bonds », sur Le Soir,‎ 15 octobre 1992 (consulté le 27 septembre 2013)
  7. LeSoir.be Walibi passe sous contrôle américain par Éric Meuwissen - 17/12/1997
  8. a et b François Robert, « Ça baigne pour le parc aquatique Océade », sur Le Soir,‎ 9 février 2006 (consulté le 27 septembre 2013)
  9. François Robert, « L’Océade coulée le 31 août 2013 », sur Le Soir,‎ 2 avril 2011 (consulté le 27 septembre 2013)
  10. « Oceade Brüssel (B) », sur tuberides.de,‎ 2011 (consulté le 27 septembre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]