Obusier Type 45 240 mm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Obusier Type 45 240 mm
Obusier Type 45  240 mm
Obusier Type 45 240 mm
Caractéristiques de service
Type Obusier lourd
Service 1912-1945
Utilisateurs War flag of the Imperial Japanese Army.svg Armée Impériale Japonaise
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde guerre sino-japonaise
Deuxième Guerre mondiale
Production
Année de conception 1912
Exemplaires produits 80
Caractéristiques générales
Poids du canon et de l'affût 38 t
Longueur du canon seul 3,892 m (L/16.24)[1]
Support Affut tournant sur plateforme fixe
Calibre 240 mm
Vitesse initiale 400 m/s
Portée maximale 10,35 km
Munitions obus explosif semi encartouché de 181,44 kg
Hausse -2° à + 65°
Azimut 360°
Mécanisme Culasse à filetage interrompu
Syst. d'absoprtion du recul Frein hydraulique
Servants 9

L'obusier Type 45 240 mm (四五式二十四糎榴弾砲, Yongo-shiki Nijyūyon-senchi Ryūdanhō?) était une pièce d'artillerie de siège utilisé par l'Armée Japonaise durant la Première et la Seconde guerre mondiale. La dénomination Type 45 indique que cet obusier a été adopté par l'Armée impériale la 45e année du règne de l'Empereur Meiji, soit 1912 dans le Calendrier grégorien [2] Ce fut la première pièce d'artillerie de ce type conçu et fabriqué au japon[3].

Histoire & développement[modifier | modifier le code]

C'est durant la Guerre Sovieto-japonaise que l'Armée impériale japonaise comprit toute l'importance d'avoir une artillerie lourde à tir courbe contre des positions ennemis fortifiées. Pour venir à bout des défenses de la place forte de Port-Arthur, les forces japonaises utilisèrent 18 obusiers lourds Krupp de 280 mm initialement positionnés pour la défense de la baie de Tokyo. Le transport et l'usage de pièce de ce calibre fut alors une première dans l'histoire militaire[4] .

L'obusier Type 45, basé sur les enseignements de ce conflit, fut la première pièce d'artillerie de ce type entièrement conçu et fabriqué au Japon. Il était en dotation au sein des unités d'artillerie lourde de l'Armée nippone et celles d'artillerie côtière.

Conception[modifier | modifier le code]

L'obusier type 45 était une pièce d'artillerie extrêmement lourde, avoisinant les 38 t en position de tir. La mise en batterie d'une telle arme prenait un temps considérable et nécessitait l'usage d'une grue pour l'installation du tube sur son affut. Cet obusier était donc normalement utilisé à partir d'emplacements statiques spécialement aménagés, pour le siège ou la défense côtière . Divisible en plusieurs parties, son transport nécessitait pas moins de 10 camions.

Le Type 45 pouvait tirer un obus de calibre 240 mm de 181 kg à près de 10 km[5]. Il utilisait des munitions semi encartouchées : l'obus était constitué de 2 parties, l'ogive et la charge propulsive, qui étaient transportées séparément et rassemblées au moment du chargement. Cela permettait aux artilleurs d'ajuster la charge de poudre en fonction des besoins de portée du moment. Une fois le tir effectué, le canon était replacé en position horizontal afin d'être rechargé par la culasse (à filetage interrompu) , puis devait être a nouveau pointé pour le prochain tir.

Autre vue du Type 45. A noter : l'obus est dans le chariot de chargement

Engagements[modifier | modifier le code]

Le type 45 fut déployé en combat pour la première fois lors du siège de Tsingtao lors de la Première Guerre mondiale, contre les défenses de l'Armée impériale Allemande. La Seconde Guerre sino-japonaise ne présenta aucune opportunité d'utiliser une telle pièce, les canons de campagne de moindre calibre venant à bout des positions ennemis[6].

Cependant lors du début de la Seconde Guerre mondiale, le Type 45 reprit du service contre les forces britanniques retranchées lors de la bataille de Hong Kong. Il fut utilisé par la suite durant l'invasion de Bataan et Corregidor, contre les positions fortifiées américaines qui furent pilonnées pendant près de 1 mois. Les archives militaires américaines attestent que les japonais tirèrent près de 1 047 obus de 240mm avec leur type 45 sur Bataan (8 pièces du 1er régiment d'artillerie lourde sous le commandement du Colonel Hayakawa) et 2 915 sur Corregidor[7].

Dans les derniers moments de la Guerre, cet obusier servit encore contre les forces soviétiques durant l'invasion de la Manchourie[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Soit 16.24 calibres. Le calibre désigne la longueur du canon divisé par son diamètre.
  2. War Department Special Series No 25 Japanese Field Artillery October 1944
  3. a et b [1] Taki's Imperial Japanese Army page
  4. The Encyclopedia of Weapons of World War II
  5. [2] US Technical Manual E 30-480
  6. Meyer. The Rise and Fall of Imperial Japan. page 55
  7. http://corregidor.org/J1/bataan_and_corregidor.htm

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Chris Bishop, The Encyclopedia of Weapons of World War II, Barnes & Nobel,‎ 1998 (ISBN 0-7607-1022-8)
  • (en) Chris Chant, Artillery of World War II, Zenith Press,‎ 2001 (ISBN 0-7603-1172-2)
  • (en) War Department Special Series No 25, Japanese Field Artillery, US Army,‎ octobre 1944
  • (en) US Department of War, TM 30-480, Handbook on Japanese Military Forces, Louisiana State University Press,‎ 1994 (ISBN 0-8071-2013-8)
  • (en) Donald B. McLean, Japanese Artillery; Weapons and Tactics, Wickenburg, Ariz.: Normount Technical Publications,‎ 1973 (ISBN 0-87947-157-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]