Observatoire spécial d'astrophysique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BTA et 6 (nombre).

Observatoire spécial d'astrophysique

Description de cette image, également commentée ci-après

BTA-6 vu de l'entrée principale.

Caractéristiques
Organisation Académie des sciences de Russie
Lieu Près de Zelenchukskaya, Caucase
Coordonnées 43° 49′ 34.2″ N 41° 35′ 12.06″ E / 43.826167, 41.5866833 ()
Altitude 2070 m (BTA-6), 970 m (RATAN-600)
Climat Voir ici
Création 1966. BTA-6 opérationnel en 1975
Site Site officiel
Télescopes
Télescope BTA-6 Réflecteur de 6 m
Radiotélecope RATAN-600 895 antennes de 2x7,4m

L'observatoire spécial d'astrophysique (en russe : Специальная Астрофизическая Обсерватория) est un observatoire astronomique qui appartient à l'Académie des sciences de Russie.
Basé dans les montagnes du Caucase près de la ville de Zelenchukskaya (république de Karatchaïévo-Tcherkessie), l'observatoire se compose d’un grand télescope optique le BTA-6 et d’un radiotélescope le RATAN-600.

Le télescope BTA-6[modifier | modifier le code]

Le BTA-6 (Большой Телескоп Азимутальный, ou Grand Télescope Altazimutal) fut pendant plusieurs années le plus grand télescope du monde à miroir rigide. Le BTA-6 possède un miroir primaire de 6 m de diamètre et est abrité dans une coupole de 48 m de diamètre à une altitude de 2070 m. Voyant sa première lumière fin 1975, il détint le record depuis sa mise en service jusqu'en 1993, quand il fut surpassé par le télescope Keck 1 à Hawaii. Les télescopes plus récents de taille comparable ou de plus grande taille ont ensuite utilisé des miroirs flexibles ou segmentés, et le BTA-6 demeure le plus grand télescope du monde à miroir rigide. Sa monture azimutale nécessite l'usage d'un dispositif de dérotation de champ pour conserver l'orientation du champ de vision.

Les premiers résultats furent décourageants à cause de l'optique médiocre et même la fissuration du premier miroir en borosilicate, qui fut remplacé en 1978. La grande coupole et le miroir massif de 42 tonnes rendent difficile le maintien du télescope à une température convenablement constante lors des sessions d'observation. La turbulence atmosphérique due à l'écoulement de l'air sur les sommets voisins du Caucase peut conduire à un médiocre seeing sur le site, et les observations ayant une résolution angulaire meilleure qu'une seconde d'arc sont rares.

Les problèmes initiaux du BTA-6 furent assez importants pour que James Oberg les inclue dans son livre de 1988 Uncovering Soviet Disasters. En dépit de ces difficultés, le BTA-6 demeure un instrument astronomique important et est toujours opérationnel, capable de fournir des images d'objets aussi faibles que la 26e magnitude.

Des observations supplémentaires sont faites avec deux télescopes Carl Zeiss de 1 m et de 0,6 m voisins du BTA-6.

Le radiotélescope RATAN-600[modifier | modifier le code]

Timbre commémoratif RATAN-600 (1987 URSS).

Le radiotélescope RATAN-600 (en russe : РАТАН-600 - РАдиоТелескоп Академии Наук, ou Radio Télescope de l'Académie des Sciences), est constitué d'antennes radio rectangulaires disposées sur un cercle de 576 m de diamètre et est également situé à l'observatoire à une altitude de 970 m. Chacune des 895 antennes de 2×7,4 m peut être orientée vers un récepteur central conique ou vers une des cinq antennes cylindriques. Chaque antenne est associée à une cabine d'instrumentation. L'effet global est celui d'une antenne partiellement orientable ayant le pouvoir de résolution d'une antenne circulaire de 600 m de diamètre (lorsque le récepteur central conique est utilisé), ce qui en fait le plus grand radiotélescope individuel du monde.

The RATAN-600 est surtout piloté comme un télescope de transit, dans lequel la rotation de la Terre est utilisée pour balayer le foyer du télescope à travers l'objet observé. Les observations radio peuvent être faites dans la bande de fréquence allant de 610 MHz à 30 GHz, bien qu'elles le soient principalement dans la bande centimétrique, avec une résolution angulaire allant jusqu'à 2 secondes d'arc. L'observation du Soleil en fréquences radio et en particulier de la couronne solaire a été un des axes majeurs du programme scientifique du RATAN-600. Il a également contribué aux observations radio du projet SETI. Le RATAN-600 n'a pas été touché par les problèmes techniques du télescope voisin BTA-6, et a été généralement très sollicité depuis sa mise en service mi-1974.

Références[modifier | modifier le code]

  • James Oberg (1988), Uncovering Soviet Disasters, Random House, ISBN 0-394-56095-7
  • (en) Parijskij, N & Korol'kov, D, « Experiment Cold: The first deep sky survey with the RATAN-600 radio telescope », Sov. Sci. Rev. E Astrophys. Space Phys., vol. Vol 5,‎ 1986, p39–179 (lire en ligne)
  • (en) Ioannisiani BK, Neplokhov EM, Kopylov IM, Rylov VS, Snezhko LI., « The Zelenchuk 6M telescope (BTA) of the USSR Academy of Sciences », ASSL Vol. 92: IAU Colloq. 67,‎ 1982, p. 3–10 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :