Observatoire de Seeberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Observatoire de Seeberg

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

L'observatoire de Seeberg en 1800

Caractéristiques
Création 1787
Clôture 1934

L'observatoire de Seeberg ou de Gotha (Sternwarte Gotha ou Seeberg-Sternwarte) est un observatoire astronomique allemand situé sur la colline de Seeberg, près de Gotha, Thuringe[1], créé après 1787 et fermé en 1934. À l'origine, il était dédié à l'astrométrie, la géodésie, les observations météorologiques et la mesure du temps.

Histoire[modifier | modifier le code]

La conception de l'observatoire a commencé en 1787 par l'astronome de cour, le baron Franz Xaver von Zach, avec l'aide financière de Ernest II de Saxe-Gotha-Altenbourg. Il est basé sur l'observatoire Radcliffe d'Oxford. Deux ailes servaient de logement au personnel[2].

Durant la direction de Hansen, l'observatoire est démantelé et déménagé vers un endroit moins exposé de Gotha[2]. Il a fermé ses portes en 1934[3].

Directeurs[modifier | modifier le code]

Les directeurs de l'observatoire ont été les suivants [4]:

Instruments[modifier | modifier le code]

Autour de 1800, l'observatoire devient un centre international pour l'astronomie, étant l'institut le plus moderne, principalement au point de vue des instruments[8]. Ceux-ci provenaient de Londres, Angleterre, l'endroit où l'on se les procuraient le plus souvent au XVIIIe siècle[8],[9]. Ils incluent un quadrant de 18 pouces, un instrument de transit de deux pieds, trois sextants de Hadley, un héliomètre achromatique, un lunette achromatique de deux pieds (60 cm), un télescope de type grégorien et plusieurs horloges[8].

Au début du XIXe siècle, des instruments améliorés sont acquis [3]: un théodolite, un nouvel héliomètre, une nouvelle monture et un cercle méridien de trois pieds. Aucune spectroscopie ou photographie n'y a été effectuée et le seul équipement d'astrophysique de l'observatoire était un photomètre Zöllner[8].

Hommages[modifier | modifier le code]

L'astéroïde (1346) Gotha a été nommé en l'honneur de la ville de Gotha, en reconnaissance de son observatoire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) D. Howse, « The Greenwich List of Observatories - a World List of Astronomical Observatories Instruments and Clocks - 1670-1850 », Journal of the History of Astronomy., vol. 17, no 51,‎ novembre 1986, p. 1 (Bibcode 1986JHA....17A...1H) – see page A29.
  2. a et b (en) A. Armitage, « Baron von Zach and his astronomical correspondence », Popular Astronomy, vol. 57,‎ 1949, p. 326–332 (Bibcode 1949PA.....57..326A)
  3. a et b (en) Gudrun Wolfschmidt, « Gotha - the instruments of the observatory », Acta Historica Astronomiae, vol. 3,‎ 1998, p. 89–90 (Bibcode 1998AcHA....3...89W)
  4. (en) Taylor, Marie Hansen; Kiliani, Lilian Bayard Taylor, On two continents: memories of half a century, Doubleday, Page & company,‎ 1905 (ISBN 0-548-98711-4, lire en ligne), p. 4
  5. a et b (en) E. C. S., « Calendar of Scientific Pioneers », Nature, Nature Publishing Group, vol. 107, no 2682,‎ 1921, p. 124 (DOI 10.1038/107124a0, Bibcode 1921Natur.107..124E, lire en ligne)
  6. (en) Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, Blackwell Scientific Publications,‎ 1897, 224 p.
  7. (en) Hector Macpherson, Astronomers of to-day and their work, Gall & Inglis,‎ 1905, 180 p.
  8. a, b, c et d (en) Gudrun olfschmidt, « Gotha - the instruments of the observatory », Acta Historica Astronomiae,‎ 2005 (consulté le 2009-05-16)
  9. (en) William Barton, Memoirs of the Life of David Rittenhouse, E. Parker,‎ 1813, 130 p. (ISBN 1-146-88042-1)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :