Observatoire cantonal de Neuchâtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Observatoire cantonal de Neuchâtel
Vue extérieure de l'observatoire
Vue extérieure de l'observatoire
Présentation
Date de construction 1858
Destination initiale Oobservatoire astronomique
Propriétaire Canton de Neuchâtel
Protection Bien culturel d'importance nationale
Géographie
Pays Suisse
Canton Canton de Neuchâtel
Localité Neuchâtel
Localisation
Coordonnées 47° 00′ 00″ N 6° 57′ 11″ E / 47.000057, 6.95291947° 00′ 00″ Nord 6° 57′ 11″ Est / 47.000057, 6.952919  

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

(Voir situation sur carte : canton de Neuchâtel)
Red pog.svg

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Red pog.svg

L'observatoire cantonal de Neuchâtel est un observatoire astronomique fondé en 1858 par le Département de l'économie publique du canton de Neuchâtel. Il est situé à Neuchâtel, Suisse et fait partie des biens culturels d'importance nationale.

L'observatoire et la mesure du temps[modifier | modifier le code]

Avant 1967, une seconde est définie en fonction de la rotation terrestre, ainsi l'observatoire de Neuchâtel avait pour charge de calibrer les horloges grâce aux observations astronomiques. Aujourd'hui son télescope ne sert plus que comme instrument historique, le calibrage horloger étant désormais assuré par horloge atomique.

Le rôle historique de l'observatoire de Neuchâtel était l'évaluation et la notation de la précision des chronomètres et chronographes. En effet, à mesure que la marine adopte l'usage des instruments horlogers comme aide à la navigation, la précision de ceux-ci devient primordiale. À cette fin est développé un système d'évaluation astronomique au sein de plusieurs grands observatoires dont ceux de Neufchâtel, Kew et Besançon.

Le procédé de test, long et complexe, dure en moyenne près de 45 jours : chaque mouvement est testé dans cinq position et deux températures au cours de dix séries d'une durée de quatre ou cinq jours. Le niveau de tolérance à l'impression est bien plus strict que pour toute autre mesure, y compris le COSC actuel. Les mouvements qui parviennent à passer le test reçoivent la certification de viabilité de l'observatoire, signée par le directeur et désignée sous le nom de Bulletin de Marche. Celui-ci stipule précisément les critères d'évaluation et les performances mesurées. Les mouvements auxquels est décerné un Bulletin sont alors référencés comme Chronomètres de l'Observatoire (Observatory Chronometer) et se voient délivrés un numéro de référence.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :