Observatoire Canada-France-Hawaï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

19° 49′ 31″ N 155° 28′ 10″ O / 19.82534, -155.46957

Coupole de l'observatoire. La coupole, un peu plus grande qu'une demi-sphère, repose sur un bâtiment cylindrique.
Le dôme de l'observatoire Canada-France-Hawaii.

L'observatoire Canada-France-Hawaï (OCFH ; en anglais Canada-France-Hawaii Observatory, en abrégé CFH Observatory[1] et CFHO) est un observatoire astronomique implanté près du sommet du Mauna Kea à Hawaï, à une altitude de 4 204 m. Il a été inauguré en 1979. Son télescope, le télescope Canada-France-Hawaï[2] (TCFH[2] ; en anglais Canada-France-Hawaii Telescope, abrégé en CFH Telescope et CFHT[1]) possède une configuration à Cassegrain f/8 avec un miroir de 3,58 mètres de diamètre utile. En plus de sa configuration Cassegrain, les instruments peuvent être utilisés directement au foyer primaire[3].

Tube ajouré du télescope, composé d'un entrelacs de tubes soutenant le miroir secondaire
Tube du télescope.
Tube du télescope, à moitié caché par la monture jaune, équatoriale, massive
Tube et monture

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Platine d'instruments, août 2002, montée au foyer
La platine d'instruments en août 2002.

Le CFHT abrite des instruments uniques, tels que :

  • MegaPrime[4], un imageur haute résolution grand champ dont le détecteur est formé d'une mosaïque de 36 capteurs CCD totalisant 340 Megapixels.
  • WIRCam, un imageur infrarouge à grand champ formé d'une mosaïque de 4 CCDs, totalisant 16 Megapixels.
  • ESPaDOnS[5], un spectropolarimètre / spectrographe échelle.
  • PUEO, une bonnette à optique adaptative, est encore offerte aux utilisateurs du télescope.
  • MOS, un spectrographe multi-objets.
  • Gecko, un spectrographe à très haute résolution.

Collaboration[modifier | modifier le code]

L'établissement est régi par un accord tripartite entre l'université d'Hawaï, le Centre national de la recherche scientifique français et le Conseil national de recherches du Canada (CNRC). La Corée du Sud et Taïwan ont apporté une contribution financière à la fabrication de WIRCam.

Le CFHT est couramment ouvert aux scientifiques du Canada, de France et de l'État d'Hawaï. Les astronomes de l'Union européenne peuvent aussi soumettre des demandes de temps dans le cadre du Opticon Access program. Un accord entre Academia Sinica Institute of Astronomy and Astrophysics et le CFHT ouvre le télescope à la communauté taïwanaise jusque fin 2010.

Le CFHT, en collaboration avec Edizioni Scientifiche Coelum, maintient un site web nommé « Hawaiian Starlight », qui offre des images de très hautes qualités prises au CFHT, notamment sous la forme d'un calendrier annuel.

Programmes[modifier | modifier le code]

Depuis 2003, le CFHT accueille le « Canada-France Ecliptic Plane Survey » (CFEPS), un programme de surveillance des petits corps situés près du plan de l'écliptique avec MégaPrime[6]. On lui doit la découverte d'environ 200 KBOs, dont notamment celle de 2001 QW322. À partir de 2006, la surveillance s'est étendue à des latitudes plus élevées (+10° à +60°) de l'écliptique avec le programme « High-Lat Survey »[6].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.cfht.hawaii.edu/en/about/
  2. a et b http://www.cfht.hawaii.edu/fr/about/
  3. (en) « CFHT Observatory Manual - Section 4 - THE TELESCOPE » (consulté le 08 nov 2008)
  4. (en) « The World's Biggest Digital Imager Ready to Explore the Universe on the Canada-France-Hawaii Telescope » (consulté le 08 nov 2008)
  5. (en) « ESPaDOnS - the new generation stellar spectropolarimeter » (consulté le 08 nov 2008)
  6. a et b (en) « Canada-France Ecliptic Plane Survey » (consulté le 09 nov 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]