Observance (pharmacothérapie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Observance.

L'observance est le respect par le patient des prescriptions de son médecin. Il concerne les traitements médicamenteux avec la dose prise et l'heure, les règles hygiéno-diététiques, la présence aux consultations médicales.

L'observance est un élément clé du succès d'une thérapie médicamenteuse. Si la prise rigoureuse des médicaments n'est pas respectée, l'observance est mauvaise. Ceci peut faire échouer le traitement et mettre en danger la santé du patient.

Le manque d'observance est retrouvé dans la plupart des maladies chroniques. Un rapport de l'OMS en 2003, indique qu'il est de l'ordre de 50 %.

La mauvaise observance est donc un problème majeur de santé publique.

Une bonne alliance thérapeutique (relation médecin-malade) est le facteur le plus important dans l'amélioration de l'observance, bien que le coût élevé de la prescription joue aussi un rôle majeur.

Les grandes barrières à la observance sont la complexité des traitements modernes, une pauvre culture en santé, un manque de compréhension des bénéfices des traitements, l'apparition d'effets indésirables sans que le patient en soit informé, le coût des traitements, une mauvaise communication ou un manque de confiance entre le patient et son médecin. Des efforts pour améliorer la observance visent à simplifier la prise des traitement, fournir des aides-mémoires efficaces, améliorer l'éducation du patient, limiter le nombre de traitements prescrits simultanément.

Définition générale[modifier | modifier le code]

L'observance est la correspondance existant entre le comportement d'une personne et les prescriptions concernant un traitement préventif ou curatif (médicament, changement des habitudes de vie, visites de suivi...). En pratique pharmaceutique, l'observance réfère au fait d'adhérer aux recommandations[réf. nécessaire].

L'un des dossiers les plus complets sur l'observance est celui de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sorti en 2003 (attention : le mot clef à utiliser est "adhérence" et non "compliance") qui montre que la mauvaise observance touche toutes les pathologies chroniques et surtout, que la mauvaise observance touche aussi les pathologies mettant en jeu le pronostic vital (immunosuppresseur et greffe rénale, cancer, sida)[réf. nécessaire]. Des centaines de greffons rénaux sont perdus chaque année en raison d'un problème d'inobservance.

Volets et définition opérationnelle[modifier | modifier le code]

La mesure de l'observance peut impliquer plusieurs volets  : si le patient se procure le médicament prescrit, si celui-ci prend son médicament comme recommandé quant à la dose, l'horaire des prises, le mode d'administration, les précautions et si celui-ci cesse prématurément la prise de son (ou ses) médicaments (notion de non persistance). Si l'observance d'un patient doit être mesurée de façon pratique et opérationnelle, il faut au préalable répondre à quelques questions concernant la/les situation(s) d'inobservance et à partir de quel écart est observé l'inobservance. Il existe un grand continuum entre l'inobservance totale et l'observance parfaite avec de nombreux types d'erreurs qui peuvent rentrer en compte

Une définition d'inobservance telle qu'utilisée au Québec par plusieurs pharmaciens est celle-ci : acquisition par le patient de ± 20 % des doses telle qu'établie par une prescription sur une période minimale de 90 jours. Par contre, Il n'existe aucun consensus autour d'une définition unique. C'est normal, lorsqu'à ce jour, il n'existe aucune méthode fiable de mesure de l'observance hormis les nouvelles méthodes électroniques qui sont encore très confidentielles.

Terminologie[modifier | modifier le code]

  • Observance : à l'origine dès le XIIIe siècle, utilisation dans un sens religieux. Se soumettre à une loi, une pratique religieuse [1]. En anglais le mot adherence est aussi utilisé
  • Inobservance / non-observance : non-respect de la prescription médicale. Ce terme est flou. Il va de l'oubli passager à des prises de médicaments groupées, des arrêts momentanés à l'absence totale de prise de médicament
  • Pensée magique envers un médicament [réf. nécessaire]: c'est l'inverse de l'inobservance médicamenteuse. Elle s'accompagne d'une inobservance pour les règles hygio diététiques. Elle consiste à considérer un problème médical uniquement sous le point de vue du médicament en négligeant tout changement d'environnement ou toute règle hygiénodiététique. Par exemple, essayer de diminuer son taux de LDL cholestérol en prenant une statine sans modifier son alimentation ou sans augmenter son activité physique.
  • Ratio de prescription médicamenteuse (medication prescription ratio ou MPR) : il désigne la différence entre ce qui est prescrit au patient et ce qu'il récupère à la pharmacie.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, entre 20 et 30 % des prescriptions ne sont jamais retirées en pharmacies. Il existe de nombreuses explications à cela : le coût des traitements, le doute sur l'utilité du traitement, des préférences pour des mesures de santé prise de manière autonomes autres que les médicaments. Le manque de caractère pratique, les effets indésirables et le manque d'effets bénéfiques démontrés sont aussi des facteurs d'une situation complexe.

Méthodes de mesure[modifier | modifier le code]

Interrogatoire[modifier | modifier le code]

Questionnaire de Morisky[modifier | modifier le code]

  • Vous arrive-t-il d'oublier de prendre votre médicament ?
  • Êtes-vous quelquefois négligent dans la prise de votre médicament ?
  • Lorsque vous vous sentez mieux, vous arrive-t-il de cesser de prendre votre médicament ?
  • Si vous vous sentez moins bien quand vous prenez votre médicament, vous arrive-t-il de cesser de le prendre ?

Autres techniques[modifier | modifier le code]

Blister dit « intelligent »[modifier | modifier le code]

L'emballage (en anglais blister) dit « intelligent » enregistre la date et l'heure exacte chaque fois que le patient expulse un comprimé du blister, grâce à une puce de type RFid qui enregistre chaque rupture de micro-contact à l'ouverture d'une alvéole. Cette méthode électronique de mesure de l'observance est déjà utilisée en recherche clinique pour authentifier les prises médicamenteuses et valider le bon respect des protocoles de recherche.

L'avenir de cette méthode va au-delà de la recherche clinique car la généralisation de l'emballage dit « intelligent » devrait permettre à tout clinicien de connaître le niveau exact d'observance de sa prescription. Cela peut être crucial pour certains traitements (dont le paradigme est représenté par le traitement anticoagulant) où la dose efficace est proche de la dose toxique. Cela peut être très important aussi pour tous les traitements chroniques tels que les immunosuppresseurs, les anti-cancéreux par voie orale, les antihypertenseurs, les antidépresseurs.

Dénombrement des doses restantes (pill-count)[modifier | modifier le code]

Peu coûteux, facile bien que peu pratique, ne renseigne pas sur le moment de la prise, manipulation possible.

Contenants spéciaux[modifier | modifier le code]

Ils permettent d'informer sur le moment des prises, mais sont coûteux, et des manipulations sont possibles.

Marqueurs biologiques[modifier | modifier le code]

Méthode objective, pas toujours facile à interpréter, invasive, difficile pour le patient, coûteuse et qui n'est pas possible pour tous les médicaments.

Analyses des renouvellements d'ordonnance et présentation consultation[modifier | modifier le code]

Méthode discrète, manipulation par le patient difficile, peu coûteux, accessible au pharmacien, ne renseigne pas sur le moment de la prise, nécessite une fidélité à la pharmacie ou à l'assureur et nécessite un traitement médicamenteux chronique renouvelable. Cette méthode est la plus utilisée.

Facteurs déterminants de l'observance[modifier | modifier le code]

L'observance d'un traitement est amélioré par :

  • le fait de recommander des traitements qui sont efficaces dans les circonstances où elles sont requises
  • Sélectionner des traitements avec moins d'effets indésirables ou moins de complications à long terme
  • prescrire un nombre limité de médicaments ayant le même mécanisme d'action
  • Simplifier le régime de dosage en sélectionnant un traitement différent ou une substance à libération prolongée qui nécessitent moins de doses pendant la journée
  • Discuter des possibles effets indésirables et s'il est important de continuer le traitement malgré ces effets indésirables
  • Avertir des moyens pour minimiser ou faire face aux effets indésirables. Par exemple, s'il faut prendre un traitement le ventre vide ou pendant un repas.
  • Développer la confiance que les patients ne se sentent pas embarrassés ou fâchés s'ils sont incapables de prendre un traitement particulier, ce qui permet au médecin d'essayer un traitement alternatif mieux toléré.

Prise en charge[modifier | modifier le code]

  • Alliance thérapeutique
  • Éducation thérapeutique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Recommandations[modifier | modifier le code]

  • 2003. Adherence to Long-Term Therapies: Evidence for Action (WHO)

Autres[modifier | modifier le code]

  • Laurier C, Collin J. Notes de cours. PHM3635 Pharmacie, système et services de santé. Utilisation des médicaments : mesure et déterminants. Baccalauréat en pharmacie, Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Québec, Canada.
  1. Le substitut s'aperçut de la stricte observance des lois ecclésiastiques que sa femme lui imposait les jours maigres, et il ordonna à ses gens de lui servir du gras pendant toute l'année (Balzac,Double fam., 1830, p.281). via http://www.cnrtl.fr/definition/observance