Objet contondant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

Un objet contondant est un objet qui écrase mais ne coupe pas et ne perce pas.

Du latin contundere, frapper. Du verbe contondre, « blesser sans couper »

Exemples d'objets contondants : marteau, masse, maillet, pilon, ...

Différentes armes contondantes : gourdin, massue, matraque, tonfa, bâton, makhila, ...

Objets contondants et criminalité[modifier | modifier le code]

Un objet contondant est un objet qu'un criminel peut utiliser pour frapper sa victime et provoquer chez elle des lésions ou des contusions pouvant occasionner la mort. On dit que c'est une arme par destination car utilisée pour blesser ou tuer alors que sa fonction est normalement tout autre.

Il peut dans ce cas s'agir :

  • d'armes naturelles : poing, pied, ongles, dents, coup de tête, etc. ;
  • d'armes improvisées : barre de fer, club de golf, crosse de hockey, batte de baseball, caillou, canne, chandelier, gourdin, manche de pioche, marteau, matraque, pierre, presse-papier, poêle, etc. ;
  • d'armes préparées : canon de fusil, casse-tête, coup de poing américain, crosse de pistolet, nunchakus, etc.

La médecine légale différencie les instruments contondants, des instruments tranchants (armes blanches), des instruments piquants et bien sûr des armes à feu. Pour la petite histoire, en 1935 lors d'un débat à l'Assemblée nationale, un député demanda à Pierre Laval la définition du terme « objet contondant », celui-ci lui répondit qu'un objet devenait contondant « lorsqu'on se le prend sur la figure », ce qui finalement est peut-être la définition la plus claire.

Les contusions peuvent être classées par catégorie, selon la gravité du coup, du premier degré, pour une ecchymose simple, au quatrième degré, pour des blessures s'accompagnant de destructions tissulaires importantes ou de destructions d'organes, comme des fractures ou des broiements. L’ampleur de la blessure dépend de la taille, de la dureté, de la vitesse de l’objet contondant et de la force du coup directement porté.

Lors de crimes, le recours à un objet contondant improvisé est relativement fréquent. Le plus souvent l'assassin l'utilise sans préméditation, en mettant la main dessus par hasard. Ceci est d'autant plus vrai lorsqu'il s'agit d'un crime lié à une crise de folie meurtrière ou d'une victime devenue meurtrière en se défendant d'une agression.

Selon les chiffres 2001 sur la criminalité au Québec, un objet contondant a été utilisé dans 2,34 % des agressions contre les femmes et dans 6,06 % des agressions contre les hommes, ce qui laisserait à penser que l'aspect « improvisé » est moins important qu'il ne semble être.

Objets contondants et forces de sécurité[modifier | modifier le code]

Les polices du monde entier et les services de sécurité utilisent des armes contondantes pour neutraliser les individus car elles n'occasionnent pas de traumatismes mortels dans la majorité des cas.