Oberbruck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oberbruck
La mairie d'Oberbruck
La mairie d'Oberbruck
Blason de Oberbruck
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Thann
Canton Masevaux
Intercommunalité C.C. de la Vallée de la Doller et du Soultzbach
Maire
Mandat
Jacques Behra
2008-2014
Code postal 68290
Code commune 68239
Démographie
Population
municipale
437 hab. (2011)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 36″ N 6° 56′ 36″ E / 47.81, 6.9433 ()47° 48′ 36″ Nord 6° 56′ 36″ Est / 47.81, 6.9433 ()  
Altitude Min. 455 m – Max. 1 120 m
Superficie 4,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Oberbruck

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Oberbruck

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Oberbruck

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Oberbruck

Oberbruck est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Ses habitants sont appelés les Oberbruckois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Son nom signifie en allemand « Pont supérieur » De « ober » (supérieur) et de « Brücke » (le pont). Le village s’est développé autour du pont sur le torrent le « Rimbach » qui était alors le pont le plus en amont pour gagner la haute-vallée de Masevaux, le pont en aval étant situé sur la Doller à Niederbruck À l'origine c'était une possession de l'Abbaye de Masevaux.
Grâce à l'énergie hydraulique du torrent qui le traverse, Oberbruck devient un village industriel dès le Moyen Âge : un fourneau à fondre le fer utilisant les minerais extraits dans la haute vallée de la Doller est cité dès 1409. Par la suite, des forges et des martinets perpétuent le travail du fer, comme l'atteste aujourd'hui le quartier nommé "Renardière." Ce nom vient de "renard" qui désigne une masse de fer pâteuse issue de l'affinage de la fonte. La métallurgie connaît son apogée aux XVIIIe et XIXe siècles puis décline et disparaît en raison de l'épuisement du minerai local.
Le textile prend la relève grâce à l'implantation par les industriels Zeller en 1822 d'une importante filature qui alimente en filés plusieurs tissages installés dans les villages environnants. Cette activité prospère pendant plus d'un siècle, puis connaît la crise et la fermeture vers 1960.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Oberbruck

Les armes d'Oberbruck se blasonnent ainsi :
« De sinople au pont à deux arches d'or maçonné de sable posé sur une pointe ondée d'argent à deux fasce ondées d'azur et surmonté d'un haut-fourneau d'argent, maçonné et ouvert de sable, enflammé de gueules. »[1]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 - 1808 André Meyer
1808 - 1815 Martin Steger
1815 Jean Uhlen
1815 - 1830 Martin Steger
1830 - 1831 Henri Uhlen
1832 - 1842 Ferréol Zeller
1842 - 1871 Antoine Schacher
1871 - 1881 Edouard Zeller
1881 - 1898 Charles Zeller
Les données entre 1898 et 1945 ne sont que partiellement connues.
1909 César Weiss
1926 Alfred Angly
1938 Alphonse Behra
1945 - 1955 Joseph Gebel
1956 - 1977 Xavier Gebel
1977 - 1995 Bernard Behra
1995 - 2001 Philippe Tritter
2001 - 2008 André Kippelen
mars 2008 Jacques Behra

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 437 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
457 375 425 461 586 657 665 660 628
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
606 658 650 593 595 598 577 550 549
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
530 509 509 516 530 515 508 529 569
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
577 548 506 439 462 475 454 445 439
2011 - - - - - - - -
437 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Antoine-de-Padoue

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Oberbruck a été marquée par plusieurs familles liées à l’industrie. Jean-Henri d'Anthès développa la métallurgie au XVIIIe siècle. Ses installations passèrent aux mains des familles Rosen puis Broglie. Au XIXe siècle, les frères Joseph et Ferréol Zeller fondèrent des usines textiles qui ont fonctionné jusqu’au milieu du XXe siècle.

De la famille Zeller sont issus de nombreux militaires dont le général André Zeller (1898-1979), l'un des quatre généraux organisateurs du putsch des généraux d'Alger en 1961.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :