Obélisque du Latran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Obélisque du Latran
Obélisques
Image illustrative de l'article Obélisque du Latran
Commanditaire Thoutmôsis III
Construction XVIIIe dynastie
Inscriptions hiéroglyphes
Poids autour de 350 t
Hauteur d'origine 36 m
Hauteur actuelle 36,18 m
Hauteur avec piédestal 45,70 m
Emplacement d'origine temple d'Amon à Karnak
Emplacement actuel place de Saint-Jean de Latran
Ordonnateur Sixte V
Date d'installation 1587
Coordonnées 41° 53′ 13″ N 12° 30′ 17″ E / 41.886808, 12.50477241° 53′ 13″ Nord 12° 30′ 17″ Est / 41.886808, 12.504772  
  Géolocalisation sur la carte : Rome
Location map Italy Rome.png
Obélisque du Latran

L'obélisque du Latran ou obélisque de la place Saint-Jean-de-Latran est un obélisque égyptien du XVe siècle avant notre ère, situé à Rome au Latran, et qui fut érigé à l'origine à l'est du temple d'Amon à Karnak (Égypte) par le pharaon Thoutmôsis III (-1504/-1450). C'est le plus grand de tous les obélisques égyptiens connus.

L'obélisque de Thoutmôsis III à Karnak[modifier | modifier le code]

L'obélisque est couvert de hiéroglyphes : on voit, sur les colonnes centrales des quatre faces, le roi Thoutmôsis III recevant la bénédiction d'Amon- ou Amon-Aton, et aussi déposant des offrandes aux dieux. Son fils Thoutmôsis IV a ajouté les colonnes latérales qui content l'embellissement du temple par ce roi, et aussi les travaux des artisans sur l'obélisque, qui ne durèrent pas moins de trente-cinq ans[1].

Les spécialistes se sont longtemps demandé quel pouvait être l'emplacement d'origine de cet obélisque. L'égyptologue français Gustave Lefebvre (1879-1957) pensait, à la lumière des inscriptions, que le monolithe devait provenir de Karnak et, plus précisément, de la partie est du grand temple[2]. Son collègue Paul Barguet découvrit l'emplacement exact à l'est de la salle des fêtes de Thoutmôsis III en mettant au jour quatre gros blocs de grès assemblés en queue d'aronde identifiés comme son soubassement[3].

Transport à Rome[modifier | modifier le code]

Ammien Marcellin rapporte qu'Auguste avait songé à transporter cet obélisque, puis avait dû y renoncer et en choisir un de taille plus modeste, au vu des difficultés techniques que cela posait à l'époque.

C'est Constantin (272-337) qui, en 337, le fit transporter de Thèbes à Alexandrie, pour l'ériger à Constantinople. Mais il n'eut pas le temps de mener à bien son projet, et son fils Constance II (337-361), son successeur, préféra l'acheminer vers Rome en 357, le destinant à la spina du Circus Maximus : le géant vint donc prendre place au côté de l'obélisque d'Auguste, actuellement obélisque de la piazza del Popolo.

Restauration par Sixte Quint[modifier | modifier le code]

Il fut retrouvé en 1587, à une profondeur de 7 m, brisé en trois morceaux, lors de fouilles menées au Grand Cirque par le pape Sixte Quint, qui le fit restaurer et enfin réériger sur la place Saint-Jean-de-Latran l'année suivante le 3 août 1588 par l'ingénieur Domenico Fontana. L'inauguration eut lieu le 10 août 1588[1].

Poids, dimensions[modifier | modifier le code]

La partie basse manque, sur une hauteur de 0,30 m environ, qui n'a pu être conservée lors de la restauration de 1588. La pointe a également disparu.

  • Hauteur actuelle[1] : 32,18 m (hauteur d'origine probable : environ 32,50 m)
  • Hauteur actuelle avec le piédestal : 45,70 m
  • Poids, selon les auteurs : 230 t, ou 350 t, ou même 455 t (L. Habachi).

Son poids ne peut être que supérieur à celui de l'obélisque de Louxor de la place de la Concorde à Paris, nettement moins volumineux et donné pour 230 t.

  • Évaluation du poids des obélisques : voir indications dans l'article Monolithe.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Labib Habachi, The Obelisks of Egypt, skyscrapers of the past, pp. 112-117.
  2. Gustave Lefebvre, « Sur l'obélisque du Latran », in Mélanges d'archéologie et d'histoire offerts à Charles Picard, PUF, Paris, 1949, pp. 586-593.
  3. Paul Barguet, L'Obélisque de Saint-Jean-de-Latran dans le temple de Ramsès II à Karnak, ASAE 50 (1950) p. 269-280.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :